La fin du meilleur des mondes !

montage Société égalitaire.jpeg

N’est-il pas absurde qu’une société moderne prônant le pluralisme, la diversité, et portant très haut l’étendard de l’enrichissement par la différence, ne supporte pas la contradiction, les discours réactionnaires, le vote dit populiste, le doute quant à son idéologie mortifère pour les nations et les peuples, et veuille des citoyens identiques quant à leurs valeurs, leur façon de penser la Fronce,…

Curieux paradoxe de promouvoir des « marches des fiertés » absurdes pour débiles embrigadés et de vilipender les marches patriotes… chacune pourtant exclue à sa façon un certain public !

Incohérent de prôner l’égalité pour tous (égalité des salaires par exemple) et en même temps de tenir à conserver la notion d’ancienneté au travail donnant droit à quelques privilèges bien loin de l’égalité tant vénérée !

Cette sorte d’inquisition intellectuelle qui prône un modernisme destructeur des coutumes et des traditions, d’un progressisme tyrannique qui dénigre le passé et qui est hypnotisé par l’avenir, ne peut générer que frustrations et haines qui sont toujours à l’origine des révoltes sanglantes.

Prenez garde, parasites de la Gueuse ! Vous récolterez bientôt de façon anarchique ce que vous avez semé de façon très méthodique et réfléchie.

Ne soyez pas surpris lorsque le jour viendra, car il viendra, si le retour de bâton se matérialise par les mêmes méthodes que les vôtres (emprisonnements sous couvert de la loi, violences policières au nom du Camp du Bien,…) et soit d’une vigueur que vous n’aviez même pas envisagée.

La réponse sera à la hauteur du mépris et du cynisme des apparatchiks du système mondialiste envers le peuple. Le ball-trap sera inévitable…

Souviens-toi d’Hector !

« Arose from the ashes
The remains of a time set aside
The warrior of Eden
Bound by honor when two worlds collide… »

Hammerfall – Hector’s hymn – 2014 [(r)Evolution]

Traduction du début :
Surgi des cendres
Les restes d’un temps réservé
Le guerrier d’Eden
Lié par l’honneur lorsque deux mondes se rencontrent
Encore et encore
Avec gloire il est venu, il a vu qu’il a vaincu
Il a rassemblé ses armées
Véritables carrés d’élite, les templiers en acier
Ils ont cherché le dragon
Fait saigner l’ennemi, les fait s’agenouiller

Plus de devoirs et moins de droits !

« Notre dette est incommensurable à l’endroit de l’histoire de la société, « les vivants sont toujours, et de plus en plus, dominés par les morts », avait déclaré Auguste Comte (1851, t. II : 18). Ils précisait même dans son Catéchisme positiviste, nous l’avons déjà noté, que « nous naissons chargés d’obligations de toute espèce envers nos prédécesseurs, nos successeurs et nos contemporains. Elles ne font ensuite que se développer ou s’accumuler avant que nous puissions rendre aucun service. » (Comte, 1852 : 147)

Ce qui l’amenait à proclamer que « le positivisme n’admet jamais que des devoirs, chez tous et envers tous. Car son point de vue toujours social ne peut comporter aucune notion de droit, constamment fondé sur l’individualité. » (Ibid)

Les solidaristes ne le suivront pas jusque-là… »

Michel MessuL’ère de la victimisation (Éd. de L’Aube, p. 75) – 2018

L’abbé Pierre a dit…

Ce discours (retransmis le 22 janvier 2007 sur TF1 à l’occasion du décès du saint homme) ne date pas d’hier mais il est toujours d’actualité quand nous constatons avec quelle énergie, avec quelle mauvaise foi, les politicards de tout poil, et leurs sous-fifres des merdias et du monde du spectacle,  s’acharnent à vouloir décrédibiliser le mouvement populaire des gilets-jaunes qui ne manifeste pas que pour des raisons financières mais bien au-delà, pour des raisons aussi identitaire et culturelle (pour ne pas dire cultuelle…), en le faisant passer pour diaboliquement violent, fondamentalement haineux et je ne sais quoi encore comme débilités.

L’abbé Pierre remet ici les pendules à l’heure, le monde à l’endroit en montrant du doigt clairement qui sont les responsables de la bérézina actuelle dont l’origine remonte aux Trente Glorieuses voire un poil avant, à la seconde guerre mondiale, avec la débâcle française de 40 (peuple honteux des plus manipulables) et l’aide américaine comme le plan Marshall (OPA américaine sur la France comme, entre autres exemples, le financement de FO et de la CFTC par la CIA ), un des premiers inoculums du N.O.M. pour nous vacciner contre l’identité française et la souveraineté nationale.

Il est bon d’entendre en ces temps troublés, où règne l’inversion permanente (les hommes veulent être femmes, les femmes se prennent pour des hommes, les adultes agissent comme des enfants, l’anormal est normalisé,…), ce prêcheur, ce convaincu, expliquer que ce sont ceux qui prônent la paix, qui clament partout leur vertu qui sont les plus violents, les plus pervers !

Il le dit très bien : « Ceux qui ont pris tout le plat dans leur assiette, laissant les assiettes des autres vides, et qui ayant tout disent avec une bonne figure « Nous qui avons tout, nous sommes pour la paix ! », je sais ce que je dois leur crier à ceux-là : les premiers violents, les provocateurs, c’est vous !

Quand le soir, dans vos belles maisons, vous allez embrasser vos petits enfants, avec votre bonne conscience, vous avez probablement plus de sang sur vos mains d’inconscients, au regard de Dieu, que n’en aura jamais le désespéré qui a pris les armes pour essayer de sortir de son désespoir.

Mais nous ne trompons pas il n’y pas de violence qu’avec des armes« .

Point d’hypocrisie, un discours franc et direct sur la ploutocratie française et internationale, aux commandes de pays vendus aux multinationales.

Et à propos de notre petit pisseux gérontophile de Manu, grand ploutocrate devant l’Éternel, et zélé serviteur de Bruxelles et du libéralisme mortifère pour les peuples, ce cher Pangloss, tenant un établissement des plus respectables, nous fait part de son sentiment du moment que je partage totalement.

Je vous le propose donc ici : « Dans un pays où il y a plus de cent mille SDF, où il y a des restaurants du cœur, où les Petits Frères des Pauvres (c’est ce qui m’a fait penser au discours de l’abbé Pierre !) quêtent pour pouvoir s’occuper de vieillards abandonnés qui ne trouvent même pas de place dans les EPHAD, où les transferts sociaux servent trop souvent à acheter la paix sociale (ou ethnico-religieuse) et où ceux qui ont un boulot ou une pension de retraite sont obligés de mettre un gilet jaune pour faire comprendre à une classe politique autiste qu’ils en ont assez de payer pour la gabegie de l’Etat, il va être difficile de penser que supprimer une augmentation de taxes va résoudre tous les problèmes et va convaincre le petit peuple qui finira bien par rentrer chez lui que tout peut continuer comme avant.

Si la cocotte ne pète pas cette fois-ci, elle pètera plus tard. »

Allez lire son anecdote sur la connerie de l’administration française… nous avons tous vécu de telles absurdités, c’est édifiant !

Le merle blanc

« […] il me semble que la démocratie est une forme politique qui est en train de crever et que nous allons inéluctablement vers des ordres. Ils seront noirs, ils seront rouges, ils seront blancs, je n’en vois pas bien la couleur, mais je crois que nous sommes condamnés à l’ordre. Ce n’est pas un souhait que j’émets, c’est un diagnostic. Je suis persuadé que, demain, la démocratie devra passer la main. Évidemment, il y a des ordres de mon choix et d’autres qui le sont moins. Il va de soi que je préfère une France gaulliste telle que nous l’avons connue pendant dix ans avec cette espèce de Don Quichotte monarchique qui s’appelait le général de Gaulle à la France d’un quelconque Georges Marchais. Je suis pour le despote éclairé, si vous voulez savoir mon idéal de gouvernement. Et le gaullisme a réussi ce miracle. De Gaulle gouvernait absolument seul, impunément, mais, coup de chance, ce n’était pas une terreur. Mais souhaiter des despotes éclairés dans une Europe en pleine déliquescence, c’est espérer la venue d’un merle blanc. Il se trouve que la France a été gouvernée pendant dix ans par un merle blanc qui portait un képi de général et que je suis heureux d’avoir connu cette époque. Qui aurait dit que nous aurions un nouveau roi dans la France de 58, républicaine, IIIe République, IVe République, cette affreuse république, radicale, socialiste, amateur de congrès, de banquets, de cassoulet et de bannières tricolores tendues sur les bedaines, avec ces espèces de marionnettes qu’étaient les présidents du Conseil. Pourtant nous l’avons eu, notre nouveau roi. Parce que la France est monarchiste, tiens. La France n’est pas démocrate et la France n’est pas républicaine. »

Jean Cauentretien avec Jacques Vanden Bemden (revue Vouloir, n°105-108, archives Eroe) – 1993

Écrits prémonitoires ?…

« Parce que la Démocratie – je m’égosille à l’annoncer ! – est morte. Bouchez-vous les oreilles,fermez les yeux, refusez de voir et d’entendre, mais elle est morte.

Idéologiquement, elle est hors-jeu.

Mythiquement, elle est ridicule.

Politiquement, elle liquide les affaires courantes.

Elle n’était possible, en vérité, que lorsqu’elle n’existait pas. Lorsqu’elle n’était que le miroir qu’une société se tendait à elle-même. Le fils obéissait au père et la femme eu mari et le disciple au professeur et le peuple à Dieu, et etc.

Sur ce socle briqueté par des « féodalismes » (par des hiérarchies, des fascismes et tout ce que vous voudrez…) la Démocratie pouvait croire en son être, mais elle n’était pas.

Du jour où elle prétend cesser d’être formelle et manifeste sa volonté de s’insérer dans la pratique des rapports sociaux et humains, elle se désagrège.

On s’apercevra demain que la Démocratie au collège – que l’égalitarisme intersexes – est une colossale et fatale plaisanterie.

Sans doute y a-t-il encore des seuils et l’égalitarisme doit-il descendre encore quelques degrés avant que, dans la cave, ses utopies explosent.

Mais cela, en vérité, je le proclame, arrivera. »

Jean CauLes écuries de l’Occident, Traité de morale (Éd. La Table Ronde, Paris, p. 74 et 75) – 1973

L’expérience révolutionnaire

« L’expérience révolutionnaire est faite.

Son espoir a été trompé : c’est aux intellectuels que s’est attaquée le plus violemment la révolution russe, elle en a tué par le fer ou le feu trois cent cinquante-cinq mille deux cent cinquante,  et cette belle statistique ne parle pas de ceux, instituteurs ou professeurs, avocats ou poètes, dont elle a eu raison par la famine ou par le froid.

Le règne de l’or, maître du fer, devenu l’arbitre de toute pensée séculière, se prolongera donc si l’on n’essaye pas d’une voie nouvelle qui permette de lui échapper. »

Charles MaurrasL’avenir de l’Intelligence (Éd. Ernest Flammarion, Paris, p. 6) – 1927