Paradis grossier

« Dans les écoles dont s’enorgueillissait tellement le XIXe siècle, on n’a pas pu faire autre chose que d’enseigner aux masses les techniques de la vie moderne; on n’a pas réussi à les éduquer.

On leur a donné des instruments pour vivre intensément, mais pas de sensibilité pour les grands devoirs historiques.

On leur a inoculé violemment l’orgueil et le pouvoir des moyens modernes, mais non l’esprit.

Aussi ne veulent-elles rien avoir de commun avec l’esprit; les nouvelles générations se disposent à prendre la direction du monde, comme si le monde était un paradis sans traces anciennes, sans problèmes traditionnels et complexes. »

José Ortega y GassetLa révolte des masses (Éd. Les Belles Lettres, coll. Bibliothèque classique de la Liberté, p. 123) – 2011 [1929]

Éducation industrielle

« L’éducation de masse, qui se promettait de démocratiser la culture, jadis réservée aux classes privilégiées, a fini par abrutir les privilégiés eux-mêmes.

la société moderne, qui a réussi à créer un niveau sans précédent d’éducation formelle, a également produit de nouvelles formes d’ignorance.

Il devient de plus en plus difficile aux gens de manier leur langue avec aisance et précision, de se rappeler les faits fondamentaux de l’histoire de leurs pays, de faire des déductions logiques, de comprendre des textes écrits autres que rudimentaires. »

Christopher LaschLa culture du Narcissisme (Éd. Climats, Paris, p.169) – 2000

L’état thérapeutique

« La démocratie pluraliste devait aboutir à la formation, dans la culture, d’un modèle de la personnalité démocratique, à situer en contraste avec ce que l’École de Francfort nommait la personnalité autoritaire, ce qui veut dire qu’à travers sa mutation thérapeutique, l’État diversitaire entend faire naître un nouveau type d’homme.

La démocratie ne sera véritablement légitime que lorsqu’elle aura accouché d’un nouveau peuple qui lui, sera digne d’exercer la souveraineté, car il sera purgé de l’identité du peuple ancien.

En fait, la société, devenue laboratoire de l’utopie, est absolument absorbée par l’État, qui a travers son dispositif technocratique et juridique en vient à s’emparer de tous les processus de socialisation.

L’État diversitaire renoue ainsi avec la fabrique de l’homme nouveau : il entend en fait fabriquer le type d’homme nécessaire à son projet politique.

Ce n’est pas le moindre paradoxe de la culture libertaire qui a pris forme avec les radical sixties qu’elle ne peut se diffuser qu’à travers une reconstruction autoritaire de la société. »

Mathieu Bock-CôtéLe multiculturalisme comme religion politique (Éd. du Cerf, Paris, p. 220) – 2016

Égalité à toutes les sauces

« La république est alors un régime d’homogénéité entre les institutions de l’État et les moeurs de la société.

La tradition républicaine, en ce sens, ne remonte ni à Rousseau ni à Machiavel. Elle remonte proprement à la politeia platonicienne. Or celle-ci n’est pas le règne de l’égalité par la loi, de l’égalité « arithmétique » entre unités équivalentes.

Elle est le règne de l’égalité géométrique qui met ceux qui valent plus au-dessus de ceux qui valent moins.

Son principe n’est pas la loi écrite et semblable pour tous, mais l’éducation qui dote chacun et chaque classe de la vertu propre à sa place et sa fonction. »

Jacques RancièreLa haine de la démocratie (Éd. La fabrique, Paris, diffusé par Les Bellles Lettres, p.71) – 2005

Supercalifragilisticexpialidocious

arnaque-220x249_1_
Lu sur lengadoc-info.com 2PMi-rDsle 22 décembre 2014 à propos des fameux rythmes scolaires mis en place en début d’année.

Il s’agit d’une énième réforme, véritable poudre de perlimpinpin, afin de justifier les salaires des hauts fonctionnaires affectés à la gestion d’un ministère de la « déséducation » navigant à vue et déconnecté des réalités depuis belle lurette. Cette nouvelle arnaque permet de désengager un peu plus l’État dans la prise en charge économique des structures responsables de l’avenir de la nation. Cette réforme est une usine à gaz comme les précédentes et les aberrations qu’elle génère se multiplient. P1010555-660x330 Testée en 2013 par Vincent Peillon et généralisée à la dernière rentrée par Benoît Hamon, la réforme des rythmes scolaires pour les écoles maternelles et primaires, fait régulièrement parler d’elle par l’hostilité qu’elle soulève aussi bien chez les parents que chez les enseignants. Lengadoc Info a rencontré une enseignante de la région montpelliéraine qui a accepté de témoigner anonymement car elle pourrait être sanctionnée par sa hiérarchie. Pour elle, ce qui est choquant, ce sont les Temps d’Activités Périscolaires (TAP) mis en place par cette réforme. Dans son établissement, chaque jour, à partir de 16h, les enfants sont pris en charge par des agents municipaux pour faire des activités diverses ( anglais, poterie, sport, musique, etc) et ce jusqu’à 18h30. Désormais ces activités ont même lieu le midi. Le résultat ne s’est pas fait attendre, « on ne voit que des petits qui pleurent, qui n’en peuvent plus. On les prend par la main, on les pousse, on les tire. Ils sont fracassés de fatigue, ils n’ont qu’une envie, c’est qu’on les laisse tranquilles ». Les temps de repos qu’ils devraient avoir sont finalement pris sur les heures de classe. Ainsi l’après-midi, comme il est impossible pour l’enseignant de faire travailler les élèves, ces heures sont consacrées à la sieste. De même, à partir de 16h, l’enseignant est obligé de quitter sa classe pour laisser la place à des animateurs que l’on ne connaît pas et qui changent tout le temps. « Les enseignants sont relégués au second plan, ce n’est plus l’école qui prime, on ne veut plus de nous». Lire la fin ici. La dernière phrase de cet entretien plaira à Skandal et aux autres fâcheux : « Quant aux syndicats, « on ne les comprend plus, ils sont à la solde du gouvernement »… sûrement un témoignage d’une prof essstrêêême-drouaaate !!!…. images Il y a ensuite, dans les commentaires, un autre témoignage tout à fait intéressant à mes yeux car il fait écho à ce que je peux attendre dans la salle des professeurs de mon lycée, chez de très nombreux parents de l’école primaire de mon village et au sein même des équipes éducatives de plusieurs autres écoles y compris la nôtre (ma femme y est professeur des écoles !). « Il y a un monde entre les gens qui rédigent ce genre de décrets stupides avec la complicité honteuse de syndicats enseignants et d’associations de parents majoritaires mais finalement très peu représentatifs, et le monde réel dans lequel les enseignants, les parents, les collectivités et surtout les pauvres enfants se débattent pour tenter d’y coller » au mieux »! Si au moins, comme vous l’affirmez, tout le monde avait réellement le choix, entre TAP et garderie, entre récupérer son enfant plus tôt ou le laisser bénéficier de ces si enrichissantes activités ! Et que dire du décret Hamon, qui regroupe les activités sur un après-midi sans raccourcir aucunement les autres journées, ni celle-là d’ailleurs ? Et laissez-moi également vous dire que pour ce qui est des enfants détendus, c’est loupé.dormir.2 Je suis moi aussi enseignante et je peux vous dire que pour gagner une matinée d’apprentissage, vous perdez le jeudi et le vendredi complets. Sachant que le lundi, la plupart des enfants sont également peu disponibles, je vous laisse faire le calcul tout seul… Cette propagande du ministère pour faire accepter cette réforme est purement scandaleuse de même que le muselage de tous ceux qui ont tenté de parler pour s’y opposer. Je ne pense pas être trop loin de la vérité en affirmant que les objectifs de ce remaniement du temps scolaire sous couvert de « l’intérêt de l’enfant » cache des objectifs beaucoup moins louables, notamment économiques. En effet, plus les enfants seront gardés à l’ecole et pas chez des nounous le mercredi et même les autres jours, moins cela coûtera d’argent à l’État. Qui se moque bien de savoir que les enfants sont bien souvent moins en securite que ce soit physique ou morale. J’entends bien s’exprimer certains « animateurs » recrutés par défaut et qui d’ailleurs sont une insulte à une profession déjà trop peu reconnue, et j’ai même vu des enfants courir sur le toit de mon école. Sur le plan des apprentissages, cela ne fonctionnera pas, nous les enseignants nous le savons déjà. Comme nous savons aussi que l’on nous rejettera la responsabilité de cet échec. Alors que la magnifique « école inclusive » de notre chère ministre en fait rêver certains, dont vous peut-être, nous nous attendons au pire car accueillir tous ces enfants différents sans moyens supplémentaires (car oui soyons honnêtes, si l’école s’en donnait RÉELLEMENT les moyens le budget serait colossal), c’est juste plomber définitivement l’école publique. C’est l’objectif, inavoué car peu glorieux. Et oui, l’école coûte cher, trop cher. Ce qui est urgent, Serra, c’est d’écouter les gens qui sont sur le terrain, ce qui urgent , c’est que les gens se réveillent pour ne pas laisser faire ça. Il n’y a que la rue pour faire reculer le gouvernement, mais pour cela il faudrait que chacun se sente vraiment concerné, et ne pas attendre que d’autres bougent à notre place. » Pour le recrutement, l’Éducation Nazionale lance une campagne publicitaire à la télévision plutôt pathétique avec son quota d’handicapé, de diversité parmi une grande majorité de « petits blancos » (comme dirait le matador Valls). Mais qui va-t-on voir postuler ? S’il n’y a pas de personnel qualifié demandeur par vocation, que faire d’une réforme sur les rythmes scolaires, sur les contenus,… (si l’on a que des « animateurs » non qualifiés en magasin) ??!!… http://www.dailymotion.com/video/x2dmuhs_l-ecole-change-avec-vous-video-campagne-web-2015_school

Disciplina deserta

Classroom, St Margaret Mary School

Le niveau monte ?… tiens, cela m’évoque un blog plutôt sympathique, malheureusement en sommeil depuis juin 2012.

Par contre, cela ne m’évoque certainement pas les  résultats pédagogiques de l’institution nationale pour optimiser le potentiel intellectuel de chacun et permettre l’émancipation de futurs citoyens droits dans leurs bottes.

Dans un article de Sophie Coignard dans Le Point du 20 novembre 2014, nous apprenons, mystérieusement sans grand étonnement, que la tendance est à la baisse concernant le niveau des jeunes « adultes » à qui les « responsables » français vont confier l’instruction l’éducation de nos chères têtes « blondes »…

affiche-nevers_1846640

Ainsi, la patronne de l’Éducation Nazionale de la Ripoublique française, Najat Vallaud-Belkacem, claironne l’embauche de « professeurs » dans une zone dont on ne s’occupe que trop peu, qui bénéficie rarement de subventions par rapport à des zones rurales délaissées et misérables : la Seine-Saint-Denis…

« La ministre de l’Éducation nationale vient d’annoncer, à l’occasion d’une visite à Bondy, la création de 500 postes d’enseignants supplémentaires en Seine-Saint-Denis d’ici 2017. Elle se félicite aussi de leur accroissement à l’échelon national : plus de 11 000 en 2015 contre 8 000 en 2014 pour le primaire, et 2 000 de plus pour le secondaire. Cette politique est présentée comme la panacée pour remédier aux échecs de l’école.

Ce dont la ministre évite soigneusement de parler, c’est du niveau des professeurs recrutés. Pour l’école élémentaire, certains ont été reçus avec des moyennes de 5 à 6 sur 20. Au collège et au lycée, ce n’est pas mieux. Les rapports de jury de Capes (Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré) pour l’année 2014, qu’ils adoptent la langue de bois ou, au contraire, un discours de vérité, montrent que les exigences du ministère sont assez éloignées des critères d’excellence. […] Le seul, finalement, qui n’emploie pas la langue de bois, c’est Olivier Grenouilleau, le président du jury de l’autre concours d’histoire-géographie, réservé aux professeurs contractuels : « Le jury, écrit-il, a pu observer des lacunes graves et inquiétantes chez certains candidats qui ont déjà en charge des élèves. Les connaissances scientifiques de certains sont si minces qu’elles rendent difficile, voire impossible, toute réflexion didactique ou pédagogique. » Il ne reste plus qu’une solution à Najat Vallaud-Belkacem : supprimer, aussi, les notes aux concours de recrutement des enseignants. »

Friche pédagogique

Au vu de la qualité des copies des élèves ces dernières années et de notre place au classement PISA, nous nous doutions bien de ce mécanisme machiavélique qui consiste pour l’Éducation Nazionale à produire de nombreux et calamiteux enseignants (ils ne le sont pas tous fort heureusement !) et à auto-alimenter son processus de déclin du niveau d’instruction.

Étant professeur, je le constate chaque année et je garde de multiples témoignages de cette diminution régulière des exigences soi-disant visées par les « responsables » en charge de l’instruction éducation du peuple.

Entre les copies mal présentées et truffées de fautes d’orthographe (parfois j’en corrige, parfois, je laisse tomber lorsque j’ai le sentiment que cela ne servira à rien, d’autrefois encore, je ne les corrige pas au départ et puis finalement j’en corrige… c’est selon l’humeur), et les sujets du brevet par exemple de plus en plus simplifiés (dictée très courte et certains mots écrits au tableau durant l’épreuve pour éviter des confusions entre homonymes….), voici quelques spécimens de cette année illustrant le niveau des réponses… consternant, surtout en sachant qu’il s’agit d’un contrôle après correction des mêmes questions (quasiment) lors de la séance précédente…

IMG_3091 corrigé

IMG_3090IMG_3089IMG_3088IMG_3087

Comment des jeunes peuvent arriver au lycée (en seconde) avec de telles lacunes ?… Leur parcours scolaire permissif leur permet d’atteindre des niveaux qui ne reflètent en rien la réalité du moment, par gentillesse, niaiserie, nous cherchons toujours des excuses à l’élève en échec quite à le faire passer coûte que coûte afin d’éviter un redoublement…

Il faut impérativement revenir aux fondamentaux et arrêter d’avoir des lubies, des fixations sur quelques thèmes qui sont loin d’être représentatifs de la majorité et qui ne perpétue en rien la culture et l’histoire de notre peuple.

L’Éducation Nationale doit revenir à son rôle premier, celui d’instruire, de transmettre un savoir, d’aider l’élève à développer son sens critique et à devenir un libre penseur. Elle doit abandonner sa mission de rééducation des esprits en remplaçant l’éducation des familles et en ne favorisant trop souvent qu’une certaine pensée unique.

montage doigt levé 2

« Plus on prendra de soin pour ravir aux hommes la liberté de la parole, plus obstinément ils résisteront, non pas les avides, les flatteurs et les autres hommes sans force morale, pour qui le salut suprême consiste à contempler des écus dans une cassette et à avoir le ventre trop rempli, mais ceux à qui une bonne éducation, la pureté des moeurs et la vertu donnent un peu de liberté.

Les hommes sont ainsi faits qu’ils ne supportent rien plus malaisément que de voir les opinions qu’ils croient vraies tenues pour criminelles (…) ; par où il arrive qu’ils en viennent à détester les lois, à tout oser contre les magistrats, à juger non pas honteux, mais très beau, d’émouvoir des séditions pour une telle cause et de tenter quelle entreprise violente que ce soit. Puis donc que telle est la nature humaine, il est évident que les lois concernant les opinions menacent non les criminels mais les hommes de caractère indépendant, qu’elles sont faites moins pour contenir les méchants que pour irriter les plus honnêtes, et qu’elles ne peuvent être maintenues en conséquence sans grand danger pour l’État. »

SpinozaTraité théologico-politique (1670)