Censure gauchiste

montage sleeping-giants

Pour faire suite à mon billet « La balance est bousillée depuis un bail » du 20 mars 2020 qui pointait  du doigt le sentiment de toute puissance de la députée franco-togolaise Laetitia Avia, dont le nom est aussi celui d’une loi liberticide, je diffuse le message de Boulevard Voltaire que j’ai reçu le 5 mars dernier à propos d’un groupuscule gauchiste qui lance régulièrement des chasses-aux-sorcières depuis l’élection de Trump en 2016 et qui a proposé un amendement à cette fameuse loi Avia : les Sleeping Giants.

Ces Torquemada de pacotilles, adeptes d’une censure qui ne dit pas son nom (et qu’ils maudiraient si ils la subissaient en retour !), ont vu leur amendement retoqué par le Sénat fin février 2020 alors que l’assemblée nationale avait voté pour, le 23 janvier 2020 (cf. Toujours plus de censure ! L’amendement « Sleeping Giants » de la loi Avia a été voté…sur Boulevard Voltaire le 23 janvier 2020 où l’on retrouve, ci-dessous, le discours d’Emmanuelle Ménard dans l’hémicycle le jour du vote).

Même le philosophe Yves Michaud, proche d’une « gauche libertaire » mais absolument Yves-Michaud-contre-la-tyrannie-des-bons-sentimentsréaliste comme à propos de Flamby dont il dit qu’ « il n’écoute personne. C’est un pur opportuniste. Seul son avenir demain le préoccupe » (cf. entretien avec Elisabeth Chavelet dans le Paris Match du 29 mars 2016), dénonce la tyrannie des bons sentiments et explique qu’il est nécessaire de « contrer des gens aussi nuisibles et aussi ennemis du droit« , « qu’il existe un délit de dénigrement qui peut entraîner de très lourdes amendes » (cf. Atlantico du 8 décembre 2019). Suivons son conseil : « Il est temps que les démocraties mettent fin à la bienveillance et cessent d’être aveugles« .

Voici donc le message de Boulevard Voltaire qui est accompagné d’une pétition à signer : « L’amendement « Sleeping Giants » a été définitivement rejeté la semaine dernière au Sénat.

Oui, ces activistes de la bien-pensance, qui attaquent notre site d’information libre Boulevard Voltaire depuis des mois – mais aussi l’hebdomadaire Valeurs Actuelles ou encore l’émission d’Eric Zemmour sur CNews – en harcelant nos annonceurs pour nous couper les vivres, se sont fait retoquer.

Avec cet amendement introduit dans la loi Avia, ils voulaient carrément obliger les entreprises à « s’auto-dénoncer » en publiant la liste des médias sur lesquels leurs publicités paraissent, pour faciliter leurs mesures d’intimidation abjectes et priver de financement tout site osant dévier de la pensée unique.

Cette bonne nouvelle, nous voulions la partager avec vous et avec les 48.000 signataires de notre pétition « Non à la censure généralisée sur internet », dont nous avons informé les sénateurs avant le vote de la loi Avia. Merci à tous.

Pour autant…

… la loi Avia qui, sous couvert de lutter contre les contenus haineux, organise une censure proprement scandaleuse et un contrôle sans précédent de l’information donnée aux Français, est toujours en cours d’adoption.

Et il faut une mobilisation phénoménale pour y faire barrage, avant le vote définitif à l’Assemblée nationale début avril.

Voici comment la loi Avia fait peser de très graves menaces sur la liberté d’expression et d’information des Français.

1 °)  La loi Avia oblige les réseaux sociaux à censurer tous les contenus « manifestement illicites » ou supposés tels.

Les pires dangers de censure reposent dans ce « manifestement ». Illicite, on sait ce que ça veut dire. « Manifestement illicite », c’est juste une personne qui va considérer qu’un texte est illégal, délictueux. Et là, les pires dérives sont possibles.

Quand on sait, par exemple, que certains pensent que critiquer la PMA, c’est être « homophobe » donc commettre un délit, cela donne une idée assez précise de ce que donnera la censure sur internet si la loi Avia est votée !

Car en plus, la loi Avia donne le pouvoir aux simples internautes de déclencher cette censure effrénée, par un mécanisme de « signalement ».

2 °)  Avec son mécanisme de « signalement » des contenus « manifestement illicites », la loi Avia est une arme de censure massive, au service des activistes de la bien-pensance.

Concrètement :
Un média partage un article ou une vidéo sur les réseaux sociaux…
Un internaute décrète qu’à son avis, c’est un contenu illicite et le signale en cliquant sur un simple bouton…
Aussitôt, le compte à rebours est déclenché. Les réseaux sociaux ont un délai très court (24 heures dans la version initiale de la loi) pour traiter la plainte, sous peine de lourdes sanctions financières voire pénales.

Le « signalement » étant une des armes favorites des activistes de la bien-pensance indignés, nul doute que les réseaux sociaux crouleront sous les signalements, impossibles à analyser en 24 heures, et qu’ils censureront à tour de bras, sans aucun discernement.

De quoi interdire tout débat, toute information contradictoire, sur tous les sujets dits sensibles : l’islam, l’immigration, la PMA et la GPA, etc.

Adieu le peu d’information libre encore possible sur internet. Bonjour la seule information autorisée : lisse, aseptisée, passée au crible de la bien-pensance.

3 °) Car avec cette loi, le gouvernement cherche à contrôler l’information et museler les sites d’information qui refusent le diktat de la pensée unique.

Le Secrétaire d’Etat au numérique, Cédric O, l’a clairement dit lors des débats sur la loi Avia : il y a des sites « que nous souhaitons ici voir disparaître ».  Et plus précisément, à propos de l’amendement Sleeping Giant rejeté et qui visait à assécher les financements des sites anti-politiquement correct, il s’est déclaré « assez favorable à la philosophie de ces dispositions ».

Difficile, en tant que membre du gouvernement, de s’exprimer plus clairement CONTRE la liberté d’information des citoyens ! »

Pour conclure ce billet, je ne puis m’empêcher de penser à Philippe Muray 314.1485439305(« encore une fois ! C’est une manie ! » me direz vous… mais quand on aime, on ne compte pas !) qui, en excellent observateur de son époque il y a 29 ans, avait bien compris l’expansion irrésistible de l’Empire du Bien, le principe entropique de bienveillance inconsidérée : « car de même qu’il n’y avait qu’un seul Dieu, il ne doit plus y avoir, à moyen terme, qu’une seule forme de société. La respublica fidelium spectaculaire avait vocation de s’étende jusqu’aux limites de l’univers par destruction ou conversion des derniers infidèles, voilà qui est fait ou presque. La Cité du Bien succède à la Civitas Dei comme projet de communauté spirituelle unique rassemblée sous l’autorité d’une instance souveraine, parfaitement globale, parfaitement féroce » (cf. L’Empire du Bien, Éd. Les Belles Lettres, Paris, 2011 [1991], p. 95).

N.B. : allez jeter un coup d’oeil sur l’article du 8 février 2020,  » Sleeping Giants ou le totalitarisme « soft » qui veut tuer », sur le site de l’Observatoire du journalisme (anciennement OJIM, Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique).

La foire aux girouettes

1315446-La_foire_aux_girouettes.jpg

Comme le montre le « Crapouillot » de 1935 ou comme le recensait  « Le dictionnaire des girouettes »  en 1815 , ouvrage auquel je faisait allusion dans ce billet « Un escroc français !… fuyons ! », il y a un peu plus d’un an, à propos de Fillon et Hollande, le monde politique qui se veut pourtant porteur d’une mission de modernisation, de progression de la société, ce monde politique reste bien campé sur l’un des piliers traditionnels de son mode de fonctionnement (avec le népotisme et la corruption) : l’opportunisme.

Ainsi, tel une efficace girouette, quelques fameuses pompes à vélo tournent, tournent au gré des vents idéologiques et des souffles carriéristes ministériels comme ces tristement célèbres « écologistes » que sont Barbara Pompili, celle qui ne savait pas qu’elle savait pour Baupin, et qui est devenue secrétaire d’état à la biodiversité (pas fumeux comme intitulé…), et le colonel parachutiste Jean-Vincent Placé (dommage que le ridiule ne tue pas instantanément !!… c’est le sort que tout bon parasite mérite !), secrétaire d’État chargé de la Réforme de l’État.

Eux qui étaient tellement opposés à l’utilisation de l’article 49.3 en 2015, tout d’un coup, au bout d’un an, le trouve indispensable « pour faire avancer la France »…. À part de n’avoir aucune dignité, ni aucune exigence de droiture intellectuelle, comment peuvent-ils se regarder dans une glace ??!!!… A priori, soit ils n’ont pas de miroir, soit ils n’ont aucun scrupule. Je penche pour la seconde option.

Vous me direz : « On peut changer d’avis ! Tu viens bien de la mouvance gauchiste !… »

Certes… à la différence que ma réorientation politique est le résultat d’un travail personnel sur plus de dix ans (lectures, rencontres, expériences personnelles multiples dans la France d’après,…) et que ce changement idéologique ne m’a procuré et ne me procure aucun avantage dans notre société décadente actuelle, bien au contraire ! (risque de poursuites juridiques pour telle ou telle pensée exprimée, isolement social en perdant du vue certains « amis », risques professionnels notamment dans le monde de l’Éducation Nazionale,…).

Dans leurs cas, il s’agit d’une réorientation subite (en un an !) juste après avoir obtenu un poste au sein du gouvernement, gouvernement qui souhaite utiliser ce 49.3…

Et que dire de ce peintre espagnol qui se réclame français et qui n’a aucune parole, aucune dignité ??!!!…

Ce phénomène de rotation politique reste une énigme pour moi…

Il existe depuis toujours mais aujourd’hui, avec tous les moyens numériques dont nous disposons, la mémoire des peuples est un peu plus performante et pourtant, les citoyens continuent à élire tout ce ramassis d’incompétents et de menteurs !!!…9782246861300-001-X

C’est bien la preuve que la démocratie est un régime dont il faut se méfier.

Comment un charlot comme le premier ministricule peut-il être encore en poste alors qu’à quelques années d’intervalle, son retournement de veste magistral est une preuve d’un manque total de cohérence et d’exigence envers soi-même ??!!!…

Ce prétentieux, au coup de menton facile, a fait éditer un bouquin intitulé « L’Exigence » chez Grasset et Fasquelle (avec un « e » majuscule s’il-vous-plaît !)… quel cynisme !

Lui qui dénonçait en 2010 que « tout passage en force, l’absence de dialogue social dans une démocratie moderne conduit à des situations comme celles que nous connaissons »  et qui en 2016, n’hésite pas en passer en force avec son 49.3 en bafouant le débat démocratique et le dialogue social qu’il se targue de défendre à tout moment !!!Alex_Lebout_dessin_hollande_girouette_pr_R_sident

Son « con père » Hollande est tout aussi pitoyable (et petit ! cela a son importance quant à la frustration qu’ils ont emmagasiné depuis leur jeunesse et qu’il gère aujourd’hui à leur façon, en humiliant les français en les prenant pour des cons tous les jours) puisque lui aussi est un habitué des écoeurantes palinodies. Il n’a pas manqué lui aussi de donner son avis sur le « déni de démocratie », « la brutalité » que constitue l’utilisation de l’article constitutionnel tant décrié lorsqu’il était premier secrétaire du PS en 2006 lors des évènements liés au CPE ! (cf. BFMTV le 17 février 2015 et la vidéo ci-dessous).

Aujourd’hui, par magie, ce n’est donc plus « une violation des droits du Parlement » et Toutmou n’appelle plus à sa suppression mais à son utilisation tout simplement !

Nous sommes donc les témoins privilégiés du jeu misérable de politicards sans foi ni loi qui sont de fieffés menteurs assumés comme le caudillo Valls épinglé par l’excellent Emmanuel Ratier, mort brutalement comme par hasard en août dernier (cf. Riposte laïque du 21 août 2015) après son enquête explosive.vraivisagevalls

Comme on peut le voir ci-après dans l’entretien qu’il avait accordé à TV-Libertés le 24 avril 2014, Emmanuel Ratier expliquait comment le fourbe premier ministricule « était passé d’un soutien presque fanatique à la cause palestinienne, dans les années 2000, à un soutien, suite à son mariage avec Anne Gravoin, à Israël, dont il se disait lié de manière éternelle » et comment il avait montré que « la famille de Valls était la plus aisée de Catalogne, et que jamais le père n’avait fui le régime de Franco, qui lui permettait d’exposer ses œuvres et de revenir en Espagne en toute liberté. La preuve, notre « anti-franquiste » est né à Barcelone en 1962 ! »

Dans ce maelström de pourriture, une seule solution : la javel ou la vidange totale pour ce régime lamentable dans lequel chacun de ces petits calculateurs d’avides bourgeois profite encore et toujours d’un système à bout de souffle.

Système très bien cerné et dénoncé par Guillaume Meurice sur France Inter (radio qui pour une fois fait preuve d’honnêteté…) dans « Le moment Meurice » du 11 mai 2016 avec les saloperies des députés qui sont nombreuses, les places prévues pour dormir à l’Assemblée qui s’appellent l’hémicycle,  de l’argumentation sérieuse et étayée de Benoît Apparu des Républicains (gnagnagna…), la fuite malpolie de Razzi Hammadi du PS (un bon FDS) dans l’incapacité de répondre au fait que Toutmou soit incohérent, voire le mépris du socialo Hugues Fourage qui prend le peuple français pour des benêts dépassés (en même temps, ce sont ces français qui l’ont élu !!… il a peut-être raison…),…

Avec beaucoup de poésie et de classe, à l’image de tous ces parlementaires parasites qui ne représentent qu’eux-même pour leurs propres intérêts et certainement pas le peuple de France (existe-t-il encore??..), il nous explique comment l’article 49.3 de la Constitution, est « une disposition qui peut mettre à mal l’industrie de la vaseline mais relance dans le même temps celle du gravier ».

Le gravier, c’est ce que l’on mettra bientôt sur leurs fosses mortuaires !

(« Le 49.3 expliqué par les professionnels de la démocratie« , chronique de France Inter « Le moment Meurice » par Guillaume Meurice le 11 mai 2016)

Usurpateurs

« Il faut avoir vécu dans cet isoloir qu’on appelle Assemblée nationale, pour concevoir comment les hommes qui ignorent le plus complètement l’état d’un pays sont presque toujours ceux qui le représentent. »

Pierre-Joseph ProudhonConfessions d’un révolutionnaire pour servir à l’histoire de la révolution de février (La Voix du Peuple, Paris, p. 41)  – 1849

Hashtable et la ripoublik : dans le mille !

HashtableIl y a deux façons d’assortir une cravate avec une chemise, dit-on. La première consiste à trouver une cravate dont le coloris dominant, ou les motifs, seront en accord avec la chemise. L’autre méthode consiste à choisir une couleur à l’opposé chromatique de la couleur de la chemise, pour jouer sur le contraste. Cela fait ressortir la cravate, et permet parfois de camoufler la banalité de la chemise. La politique, en France, est composée comme cette opposition chromatique cravate – chemise…

Et dans le rôle de la cravate, rutilante, chatoyante des mille feux que lui permet un train de vie très au-dessus de celui de la chemise (élimée, fadasse et camouflée derrière la débauche de moyens et de paillettes de l’accessoire vestimentaire), on trouve bien sûr les abonnés à la gamelle. Ces tendres mammifères se regroupent à l’Assemblée, au Sénat, dans tout un tas de Commissions Théodule lucratives et pléthoriques, ainsi que dans certaines associations où on se sent bien au chaud, protégé de la conjoncture économique par d’épaisses couvertures (sociales, financières, médiatiques, …)

Lire la suite ici