Incarnation moderne…

26165880_1659822487411463_5203723919902891662_n

Ce petit dessin hilarant illustre bien la triste et pitoyable époque que nous vivons, une époque de déni généralisé de la réalité et des faits, travestissant le principe d’incarnation au gré des désidérata de telle association d’indigènes trop grassement subventionnée, de tel collectif d’invertis astucieusement soutenu par de fâcheux politicards ou tel mouvement idéologique de « penseurs » à la mode.

Cette illustration de Marsault, artiste régulièrement victime de la censure facebookienne, est accompagnée du petit texte ci-après que l’on peut retrouver sur la page face-de-bouc de la maison d’édition Ring (ici).

Il souligne ainsi avec ironie le ridicule et la dangerosité, ces dernières années, de trop nombreuses torsions révisionnistes de personnages historiques ou mythologiques, que ce soient dans les merdias ou au travers de productions d’artistes « engagés » et d’articles « scientifiques » écrits par des intellectuels au parti pris évident : adapté l’histoire antique, les mythes anciens au désir fou du melting-pot généralisé tellement rêvé par les tenants de la mondialisation, de la globalisation, tous obnubilés par le modèle foutraque américain (cf. Idriss Elba en dieu nordique Heimdall en 2011 ou Djimon Hounsou en chevalier Bédivère en 2017).

Idris-Elba-as-Heimdall-in-Thor-and-Thor-The-Dark-World

Je reviendrai d’ailleurs dans un prochain billet sur la malhonnêteté intellectuelle de nombreux universitaires, penseurs ou artistes qui utilisent souvent une réalité historique avérée mais ciblée et très limitée comme argument et caution à un phénomène généralisé idéalisé et falsifié.

Bonne lecture.

« Achille, héros de la guerre de Troie, va être joué par David Gyasi, un acteur Noir (dans une série Netflix, photo en commentaire et liens retrouvables partout sur Google).

En tant que Républicain antiraciste, cette décision me ravit. Nous sommes tou.te.s des frères/soeurs, par delà les frontières discriminantes et les prétendues cultures.

Et puisque les races n’existent pas et que nous sommes tous.te.s des citoyen.ne.s du monde, j’appelle Netflix à faire incarner des personnages Historiques Noirs par des acteurs Blancs.

Tiens: Nelson Mandela joué par Gérard Depardieu, vous en pensez quoi? Obama incarné par Franck Delapersonne, ça aurait de la gueule.

Je suis sûr que la communauté Noire va accueillir ce révisionnisme historique avec la plus grande des bienveillances, que les subventions couleront à flots, que le système médiatique ne tarira pas d’éloges et que le paradis multiculturel n’en sera que plus doux et féérique.

En guise de préliminaires d’une réflexion plus poussée sur la question, je propose un visuel du nouveau Martin Luther King. J’autorise bien évidemment Netflix à s’en inspirer. »

Notons aussi au passage l’utilisation de l’écriture inclusive en guise de clin d’oeil à la bêtise contemporaine…

Joyeux Noël !

4BC63C42-F622-4072-9E21-22D9F7E7E253

Je souhaite de très belles fêtes de Noël à tous mes abonnés, à tous ceux qui ce sont égarés par ici et à tous les patriotes, les révoltés contre le monde moderne.

Je vais esssyer pour cette année 2018 de reprendre en mains cet établissement laissé trop longtemps à l’abandon.

Je répondrai alors à tous les derniers commentaires… que les concernés veuillent bien me pardonner !…

À très bientôt.

 

Fallait pas faire 6% !

Chroniques désabusées

Me voilà de retour après une longue pause de blog, pour cause de lassitude. Ne vous réjouissez pas trop vite, je ne sais pas encore quel sera le rythme de publication.

Ceci posé, intéressons-nous à l’actualité du jour, à savoir la grande rencontre télévisée de ce soir, organisée par France 2, opposant Edouard  » Prime Minister  » Philippe à Jean-Luc  » Battling  » Mélenchon.

Déjà, la distribution est étonnante. On ne peut pas dire que notre Premier sinistre, désolé mais il a l’air aussi joyeux qu’une feuille d’impôt, si on en s’en tient à ses quelques prestations télévisuelles, soit taillé pour une rencontre de ce type. Car en face il y a un véritable bateleur de foire dont le bagout n’a pas à être vanté.

Ensuite, on peut se poser la question de la légitimité de la présence du guignol faussement insoumis. Si on regarde posément les chiffres, il est…

View original post 650 mots de plus

Allez-y de ma part

Pangloss encore lui!

Cicéron a eu une vie passionnante dans une époque troublée. Il était avocat, le meilleur de son temps, dit-on, (certains disent de tous les temps) mais aussi philosophe, écrivain et homme politique. Il a vécu les derniers jours de la république romaine en croisant tous les acteurs de ce drame, en s’alliant à eux ou en les combattant.
Tiron fut son ami et secrétaire, esclave puis affranchi; il l’a accompagné dès le début de sa carrière. Il a pris note de tout, de ses plaidoiries, de ses traités philosophiques mais aussi de tous les épisodes de sa vie. Il a mis au point une méthode sténographique pour transcrire le latin (les notes tironiennes) qui fut utilisée après lui pendant des siècles.

C’est grâce à lui que l’œuvre de Cicéron nous est parvenue.

Dommage qu’il n’ait pas écrit ses mémoires ou -s’il l’a fait- qu’elles aient été perdues.

Qu’à cela ne…

View original post 21 mots de plus

Le jeune Miguel de Unamuno

Noix Vomique

20170915_095630.jpg

Les vagues de l’histoire, avec leur rumeur et leur écume miroitante au soleil, roulent sur une mer massive, profonde, infiniment plus profonde que la couche qui ondule sur cette mer silencieuse dont le fond dernier n’est jamais atteint par le soleil. Tout ce que racontent quotidiennement les journaux, toute l’histoire du « moment historique présent », ce n’est que la surface de la mer; surface qui se congèle et cristallise dans les livres et les archives. Les journaux ne disent rien de la vie silencieuse des millions d’hommes sans histoire qui à chaque heure du jour et dans tous les pays du globe se lèvent sur un ordre du soleil et vont à leurs champs pour continuer l’obscure et silencieuse tâche, quotidienne et éternelle, cette tâche semblable à celle des madrépores au fond des océans et qui jette les bases sur lesquelles s’érigent les îlots de l’histoire. C’est sur le…

View original post 575 mots de plus

La folie du progrès

Survivre_au_progres

« Un homme sensé, même s’il a un peu chaud, n’ouvre pas l’outre d’Éole pour se procurer un léger zéphyr.

Le premier bienfait d’une société policée est dans la stabilité qu’elle assure à tous, de sorte qu’il n’est pas un de ses membres, même parmi les moins défavorisés, qui dans le présent, ne se trouve le maître d’un peu d’avenir.

Cette stabilité s’oppose à la folie du progrès, puisqu’elle substitue la jouissance d’un bien réel à la poursuite d’un bien imaginaire, mais loin d’être contraire aux améliorations véritables, elle seule les permet. »

Abel BonnardLe drame du présent, Les Modérés (Éd. Bernard Grasset, Paris, 25e édition,  p. 24) – 1936