Psychose de masse ou la maladie mentale des Occidentaux…

Merci à I’M OK Le Grand Réveil et à l’Academy of ideas !

Voici la notion de psychose de masse abordée par un documentaire vidéo assez bref, seulement 22 minutes, qui nous explique plutôt clairement et efficacement les mécanismes entraînant les transformations que subissent nos sociétés occidentales et qui se déroulent sous nos yeux depuis quelques décennies. Ces phénomènes de masse s’observent très bien dans le contexte du Covid avec une adhésion aveugle à des mesures coercitives aberrantes que nous connaissons, mais correspondent aussi à tous ces mouvements type Black Lives Matter au sein desquels pullulent les « individus d’une société infectée qui deviennent moralement et spirituellement inférieurs, et descendent inconsciemment à un niveau intellectuel plus bas« .

Carl Gustav Jung évoque la Ratio qui est pour lui « la source du déclin des cultures et civilisations, parce que le rationalisme a la prétention d’avoir réponse à tout« .

« Et Jung de demander au rationaliste « illuminé » si la réduction qu’il a opérée grâce à sa raison a permis de maîtriser la matière et l’esprit. La peur subsiste, le monde vit un cauchemar. La raison a misérablement échoué ; nous nous acheminons progressivement vers ce qu’elle voulait éviter : l’anéantissement de l’homme et du monde«  (C.G. Jung et le malaise social dans le monde occidentalVéronique Liard dans Sociétés 2003/4 (no 82), pages 93 à 106)

Nous vivons une période historique d’une importance considérable qui aboutira à une société améliorée ou au pire des cauchemars selon que le réveil des peuples occidentaux sera fracassant ou que sa léthargie funeste prendra le dessus !

Quels risquent courent les employeurs à appliquer la loi de sécurité sanitaire covid en ce qui concerne le licenciement des salariés non vaccinés . Vivons nous un coup d’état ?

Politique émois et moi

Les sanctions liées à l’état de santé ne sont pas légales !

Selon le rédacteur de l’article du Courrier des Stratèges, les employeurs ont tout à perdre et les salariés tout intérêt à se défendre, si la loi sécurité sanitaire récemment votée est appliquée pour les raisons suivantes :

  • le contrat de travail a force de loi, celui qui l »empêche d’être efficient est responsable devant la loi, or la loi ne crée aucune contrainte de rupture de contrat
  • la loi impose un contrôle du respect de l’obligation vaccinale, mais l’employeur n’a aucun droit d’interroger son salarié sur son état de santé qui devra être déterminé par le médecin du travail qui statuera sur une inaptitude ou non
  • Le code du travail stipule qu’aucun salarie ne peut être licencié ni être discriminé sur la base de son état de santé
  • toute sanction envers un salarié en particulier le licenciement doit…

Voir l’article original 331 mots de plus

Ce qui nous arrive

Paul Fortune

La crise de covidémence est particulièrement perturbante car elle nous laisse en plein désarroi: il est très difficile de comprendre ce qui se passe. De comprendre ce qui nous arrive. Si nous pouvons mieux saisir ce qui la sous-tend, alors nous serons moins angoissés par la situation et nous pourrons y répondre avec un peu plus de sérénité. Ma conviction profonde est que cette crise, au-delà de son aspect profondément liberticide, indique un moment civilisationnel.

En surface, il est évident que nos dirigeants sont dépassés et se sont engagés dans une voie où seule la surenchère devient possible. C’est très exactement une situation d’hybris, de démesure, à laquelle les Grecs anciens faisaient immanquablement succéder un écroulement par punition divine. Macron et sa bande sont pris dans cette surenchère, et il ne faut pas trop leur prêter de motifs rationnels ou de calculs machiavéliques. Ce ne sont pas des génies…

Voir l’article original 756 mots de plus

Pédagogie

nouratinbis

Au sein de l’Union Européenne il ne fait pas bon s’en prendre aux Juges. C’est sacré, ça, les Juges, pas touche, guardare ma non toccare, vietato, verbotten, achtung minen, no trapassar! Nos amis Polonais, catalogués nauséabonds ne l’oublions pas, viennent d’en faire l’amère expérience. Figurez vous que ces salfachos prétendaient instaurer une cour disciplinaire dotée du pouvoir de sanctionner les Juges! Non mais vous vous rendez compte! Les Juges en Europe font ce qu’ils veulent, c’est bien connu, ils jouissent du privilège d’irresponsabilité associé, c’est en tout cas ainsi en France, à un pouvoir absolu et incontrôlé d’interpréter la Loi à leur guise, c’est à dire, pour parler clair, de la faire, la loi. Personne n’est parfait, certes, mais aux Etats-Unis les juges sont élus démocratiquement, du coup, au moins peuvent-ils se faire virer au cas où ils déplairaient à une majorité de citoyens. On peut en penser ce…

Voir l’article original 1 699 mots de plus

0% vegan ! (2)

Kévin Badeau dans son article du 13 décembre 2019, intitulé « Les incohérences de la mouvance vegan » et publié dans Les Échos, évoque l’ouvrage de Frédéric Denhez qui démontre les contradicitons de ce mouvement intégriste à côté de la plaque qui a tendance à me faire rapidement sortir de mes gonds !

« Ne plus manger ni utiliser de produits d’origine animale. Considérer vaches, poules et cochons comme nos semblables. Ces injonctions, par souci du bien-être animal, suscitent la sympathie du grand public autant qu’elles agacent les pourfendeurs du mouvement végan. Elles font justement l’objet d’un livre remarquable signé Frédéric Denhez. Ce spécialiste des questions environnementales revient sur les leçons du catéchisme végan et antispéciste pour mieux les déconstruire.

L’auteur, qui soutient « n’avoir rien contre les végans », montre que ce mouvement en vogue se trompe lorsqu’il affirme que le tout-végétal résoudra les problèmes de l’agriculture, du climat et de la nutrition. Il émet également des réserves sur son approche philosophique. Finalement, le véganisme est un puritanisme comme un autre, à la différence près qu’il « s’approche dangereusement de la négation de la science »« .

émission d’André Bercoff sur Sud Radio le 16 octobre 2019

En avoir après les « casse-bonbons » vegan ne me pose aucun souci de conscience ! Les puritains du « camp du Bien » qui me reprochent, sous des prétextes fallacieux de protection de l’environnement et d’un spécisme imbécile qui ne dit pas son nom, de me régaler avec un bon rumsteck ou un délicieux tartare de boeuf, ces donneurs de leçon m’emmerdent d’une façon inimaginable !

Certaines pérorent même à qui veut bien les écouter qu’elles ne feront pas de mioche, en plus de ne plus participer au massacre et à la déportation d’animaux de boucherie comme le rabâche l’hystérique et la siphonnée du bocal Solveig Halloin (même l’association L214 la trouve consternante…) : eh bien, tant mieux ! Que ces demeurées ne se reproduisent pas (elles sont bien incapables d’élever des enfants !) et qu’elles ne perpétuent pas leur idéologie débile est une excellente chose ! Nous aurons alors peut-être la paix…