Le miracle de Notre-Dame : Les grands noms de l’évasion fiscale retrouvent le sens du “don”… défiscalisé

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

« Rappel de la petite cuisine fiscale

Pour mémoire, ces dons sont déductibles des revenus à hauteur de 66% dans la limite de 20% du revenu imposable et à 75% pour les « riches » qui paient l’impôt sur la fortune immobilière (dans la limite de 50 000 €).

L’ex-ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon souhaite cependant classer Notre-Dame « trésor national », ce qui permettrait de passer les déductions à 90%.

Résumons : les contribuables à l’impôt sur le revenu auront le choix entre donner 100 à l’Etat ou 66 à Notre-Dame et 34 à l’Etat (ou 75 et 25 à l’Etat ou même 90 et 10 à l’Etat). Voilà l’avenir hurlent les mécènes, dans le fond pourquoi payerions-nous des impôts puisqu’il suffit que nous choisissions là où nous souhaitons investir : la culture bien sûr, tenir les rênes de la recherche et de la formation et le bon peuple…

Voir l’article original 84 mots de plus

Assange l’Homme qui valait 10 Milliards — Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Assange l’Homme qui valait 10 Milliards A Londres, Assange est arrêté dans l’ambassade d’Equateur sur pression des USA. Pendant ce temps, Lenin Moreno , président équatorien, obtient un prêt de 10,2 milliards de $ du FMI et de la BanqueMondiale situés… à Washington. Un hasard ? Dans le vide du silence nous n’entendrons plus les […]

via Assange l’Homme qui valait 10 Milliards — Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Aéroports de Paris – Ardian, le nouveau scandale impliquant Macron et sa fine équipe de conseillers

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

Privatisation d’ADP : les révélations chocs du Canard enchaîné

« Dans le cycle médiatique hebdomadaire, le mercredi est toujours particulier car c’est le jour de la sortie du Canard Enchaîné. On peut trouver les titres amusants mais l’hilarité tourne bien souvent au rire jaune lorsque l’on découvre la gravité de certaines révélations. Certaines semaines, on peut même grincer des dents. C’était le cas ce mercredi 03 Avril à la vue de l’article d’Odile Benyahia-Kouider sur la privatisation d’ADP et la proposition des départements d’Île de France de se porter acquéreur de 30 % d’ADP au côté du fonds d’investissement Ardian (ex Axa Private Equity).

Dans l’article on découvre le scandale qui ne devrait pas passer inaperçu : le cas de ce conseiller de Macron qui mélange un peu trop les genres et les réseaux. La personne en question, c’est le « Conseiller entreprise, attractivité et export » de la Présidence de la République, Emmanuel Miquel

Voir l’article original 517 mots de plus

Une vraie bande de branques !

Après les multiples sorties, hallucinantes d’incompétences et d’amateurismes, des représentants du mouvement LREM avec entre autres l’idiot Hervé Berville des Côtes d’Armor qui ne connait pas l’existence de la prime de Noël (chez Bourdin sur RMC le 4 décembre 2017) ou l’insupportable impéritie de la députée (représentante du peuple ??…) et commissaire aux Lois Élise Fajgeles qui ignore le montant du SMIC (chez Morandini sur CNews le 3 décembre 2018) ou encore l’autre andouille de Castaner qui va en boîte de nuit le 9 mars au soir après une manifestation de Gilets jaunes et qui trompe sa femme sans vergogne (Atlantico du 15 mars 2019), sans compter les innombrables petites phrases insupportables et méprisantes du gérontophile de service Macaron, voici encore une fois l’illustration du l’état déplorable et déliquescent de la politique française…

Du jeunisme avec Stéphane Séjourné présentant la liste de 30 candidats de LREM aux élections européennes qui ne sait pas ce qu’il raconte (encadré par des vieilles carnes inaptes), qui ne sait pas s’exprimer convenablement en public sur un sujet qu’il est censé maîtrisé : un bien beau concentré des capacités de ceux qui dirigent la France droit dans le mur depuis des décennies et qui donnent des leçons de conduite et de morale à tout le monde !

La symbolique de l’effondrement du banc au fond au moment de la photo de groupe de LREM est parfaite !

« Une équipe différenciante des autres (sic) », a commenté Stéphane Séjourné… (Valeurs Actuelles du 27 mars 2019)

Et pour la route, souvenez-vous de cet article de Marianne du 28 juillet 2017 intitulé « Quand les députés LREM rejettent un article… par étourderie » et qui explique que ce « jeudi 27 juillet, les nouveaux députés, votant mécaniquement « pour » toute proposition du camp LREM, et bien souvent « contre » ce qui vient de l’opposition, se sont mélangés les pinceaux. Au moment de mettre aux voix l’article 7 TER, élargissant l’obligation de transparence des ministres sur leur situation fiscale à tous leurs impôts, le président de séance Sacha Houlié n’a pas caché sa stupéfaction. »

La France est tombée bien bas !

La masse ne sait rien !

montage masse ne sait rien

« La masse sait qu’elle ne sait rien, et elle n’a pas envie de savoir. La masse sait qu’elle ne peut rien, et elle n’a pas envie de pouvoir. On lui reproche violemment cette marque de stupidité et de passivité.

Mais pas du tout: la masse est très snob, elle fait comme Brummel [il avait un serviteur pour choisir à sa place devant un paysage splendide… »Which Lake do I préféré ? »] et délègue souverainement la faculté de choisir à quelqu’un d’autre, par une sorte de jeu d’irresponsabilité, de défi ironique, d’involuté souveraine, de ruse secrète.`

Tous les médiateurs (politiques, intellectuels, héritiers des philosophes des Lumières dans la contemption des masses) ne serviraient au fond qu’à ceci : gérer par délégation, par procuration, cette affaire fastidieuse du pouvoir et de la volonté, délester les masses de cette transcendance pour leur plus grand plaisir et leur en offrir le spectacle par surcroît.

Vicarious : tel serait, pour reprendre le concept de Veblen, le statut de ces classes « privilégiées », dont la volonté serait détournée à leur insu vers les finalités secrètes des masses mêmes qu’elles méprisent. »

Jean BaudrillardLes stratégies fatales (Éd. Grasset et Fasquelle, coll. Figures, p. 138) – 1983