Misère morale

Voyant le temps défiler à une allure impensable comme je le constate régulièrement, j’ai décidé de reprendre et d’achever un article démarré en décembre !

Comme en parle Émile Durkheim ici, le monde occidental atteint un niveau de misère morale, de lamentable perversion normalisée et de sexualisation outrancière jamais vu depuis les temps de décadence antique.

Il n’y a pas une journée sans son lot d’imagerie licencieuse, de provocations aux comportements libidineux et d’exemples à toute heure de promotion de comportements déviants ou dépravés.

Que ce soit par l’intermédiaire de publicités indignes pouvant passer à la télévision à des heures de grande écoute avec des enfants s’imprégnant comme des éponges des messages subliminaux ou non…

(des publicités soit au message direct

pub lamentable

soit au message suggéré et vulgaire)

et cela ne date pas d’hier

ou que ce soit au travers de l’actualité « politique » avec des propositions aberrantes comme celles, habituelles, de l’inverti Bergé qui veut des capotes dès le collège, ou celles de ses amis gauchistes qui introduisent le genre dès l’école avec l’ABCD de l’égalité afin de « déconstruire » (ça, détruire, ils aiment et savent faire !!) des schémas sociaux, des déterminismes familiaux trop forts et dès le collège avec un film comme Tomboy au programme du collège avec un dossier pédagogique plus que contestable (campagne « Collège au cinéma » du CNC et du ministère de la propagande de l’éducation) sans parler de la TVA sur les préservatifs ou les actions féministes des demeurées FEMEN qui sont de drôles de sal**** (merci Défrancisation !).

1470366_10152044283354875_1384203494_n

eloise-bouton-madeleine

ou encore que ce soit par des comportements consumméristes d’une partie de la population a priori de plus en plus nombreuse au vu de la prolifération des magasins dédiés aux objets de plaisir sexuel (les fameux sexshops de moins en moins confidentiels) ou à l’intérêt croissant des catalogues classiques de vente par correspondance (La Redoute avec en section bien-être 849 articles sur 22 pages de sextoys contre 15 pages pour les blousons hommes ou les luminaires, les 3 suisses avec 96 produits sur 2 pages,…)

montage misère sexuelle

Tout se vend pour des pratiques incroyablement déviantes ou tout simplement ahurissantes, et aux propriétés vomitives en ce qui me concerne…

montage objets déviants

et là aussi, cela ne date pas d’hier…

vibromasseur-ancien

Cet assouvissement consummériste qui tombe dans la dégénérescence mentale avec les poupées en silicone pour lesquelles leurs propriétaires vouent une affection délirante et ont un comportement digne des plus grands asiles psychiatriques de la planète !!! mais là encore, bientôt, ce type de comportement sera normalisé, banalisé…

(notons au passage, une interdiction de moins de 10 ans pour le moins hallucinante au vu du sujet traité !!!)

Ainsi, comme le signale l’Observatoire de la Christianophobie dans un billet intitulé « Une parodie abjecte de la Nativité » (information dont j’ai pris connaissance via le Salon Beige), la misère morale s’affiche partout et devient une sorte de « lien social », un pitoyable critère de reconnaissance sous couvert d' »esprit d’ouverture » et de « libertés individuelles » qui amène à élaborer des affiches prévenant d’un événement douteux au titre explicite et bassement provocateur « Sodomize me », reprenant sans originalité le misérable slogan des Guetta « F*** me i’m famous » inventé en 2001 pour les soirées au Pacha à Ibiza.

Fuck_Me_Im_Famous-450x236

Nativité détournée Must club Noël 2013

Il m’est toujours très difficile de prendre la décision d’évoquer ce genre d’affaire étant tiraillé entre le sentiment de colère m’invitant à dénoncer cette immondice et la crainte de faire une publicité inutile et presque flatteuse  à une brochette de dégénérés qui sont la honte de la France et du monde occidental.

Mais comme le clamait partout l’agaçant Stéphane Hessel, il est nécessaire de s’indigner dont acte, je m’exécute !

Dans cet exemple, tiré parmi une multitude de déchets graphiques et publicitaires encombrant la toile virtuelle, rendez-vous est donné à la jeunesse ligérienne des alentours de Bellegarde-en-Forez pour fêter d’une bien drôle de façon la naissance d’un illustre personnage…

Soirée Must Club Nativité détournée

Comme a pu le dire très justement Alain Touraine  : « Une société qui ne pense pas ne peut que s’enfoncer dans la décadence, lentement ou brutalement »…là, c’est un des à-coups brutaux d’une réalité française dont une part de la jeunesse ne pense plus, cherche à faire les plus grosses fêtes avec au menu, si possible, les activités de débauche les plus poussées (cf. slogan « trash – no limit », et en anglais s’il-vous-plaît !).

montage Must décadent

Je vous indique l’adresse de ce cloaque pour leur faire une publicité de tous les diables et surtout, allez donner votre avis sur google pour leur expliquer votre façon de voir les choses.

Pour ma part, c’est fait !

adresse Must club

avis google Lebuchard 22-12-2013Qu’ils finissent tous comme cette poupée en latex !!!

L’obsolescence programmée de la décadence cordicole !

montage poupée crevée

Baratin carnavalesque

Extrait du Figaro d’hier…

-

En visite à Moscou, le premier ministre français a défendu, dans une interview, une réforme très critiquée par les dirigeants russes et fait valoir que «l’amitié» franco-russe «autorise aussi la franchise».

Quel baltringue ! La véritable franchise aurait été de tenir ces propos en face de Medvedev ou de Poutine ! Mais peut-on attendre autre chose d’un homme aussi charismatique et dégageant autant de force de caractère qu’un gloubiboulga raté dégoulinant du bol de casimir ??…

52ba1377

Dans une interview au quotidien russe Kommersant parue ce jeudi, Ayrault évoque quelques-unes de ces «différences», objets de friction entre la France et la Russie. Il défend notamment une réforme très critiquée par les dirigeants russes, celle du mariage et de l’adoption par des couples homosexuels. Rappelant «les tensions» qu’avait suscités en leur temps la légalisation de l’avortement et l’abolition de la peine de mort, le chef du gouvernement français estime que «la France est un pays de débats où toutes les réformes de société sont âprement discutées».

Parlons-en du débat !!… Quel débat y a-t-il eu ??…

Entre les consultations trop peu nombreuses et trop brèves des représentants de ceux contre cette mascarade célébrant des paires d’invertiségalité pour tout, et la propagande incessante des média en grande majorité favorable à ce projet funeste pour la famille (comment en pourrait-il être autrement pour ce conglomérat de déviants, de déboussolés, de drogués,… aux vies souvent dissolues), si l’on peut parler de débat alors il a été tronqué et réduit à sa portion congrue.

Rappelons-nous l’anecdote de la censure du débat contradictoire prévu par Benoît Duquesne tellement révélatrice de cette volonté d’imposer une réforme inutile et scandaleusement décadente, véritable symbole de notre perte de repères, de limites au nom d’une tolérance défendue becs et ongles par tous les tordus souhaitant être tolérés.

«Mais, ajoute-t-il, le génie de la France, c’est aussi d’être capable de surmonter ses propres divisions pour faire avancer les grandes causes, comme celle de l’égalité».

Il n’y a rien de génial à surmonter des divisions aussi marquées et durables, provoquées par ceux à l’origine de la polémique, en ayant la majorité au parlement et au sénat !!!…

Et si l’égalité est une grande cause, on comprend mieux les conséquences mortifères pour notre civilisation de toutes les gesticulations politiques des gauchistes. Cette obsession égalitariste est un cul-de-sac obscur où s’accumuleront et se bousculeront un relativisme destructeur et une imbécilité exponentielle.

Non, l’égalité n’est pas une grande cause, elle n’est qu’une volonté électoraliste afin de céder aux caprices des individualismes les plus exacerbés en nivelant la société vers le bas. L’effrayante horizontalité voulue par une élite décadente dénoncée par Richard Millet (et d’autres) : « Nous sommes entrés dans un monde post-démocratique, que j’appelle aussi monde horizontal, lequel se caractérise par le renoncement à toutes les valeurs de la verticalité. La fatigue du sens est un des attributs de l’horizontalité ; elle affecte l’ensemble des valeurs de l’Occident, élevant le plus souvent la non-valeur au rang de valeur nouvelle et définitive, au sein d’une lassitude générale qui est un aveuglement collectif et le triomphe d’un narcissisme qui, dans sa dilatation mondialisée, rencontre sans cesse la figure de l’autre, de l’étranger, de l’immigré devenu la figure même de l’innocence ».

Cette autosatisfaction niaise de cette triple buse de premier ministricule, à défaut de se battre pour le triple A français, est une nouvelle démonstration de l’état délabré de son cerveau, juste capable de restituer les éléments de langage fourni par les divers lobbies tirant les ficelles d’un pouvoir aux ordres.

À la tête d’un gouvernement de merde, on ne pouvait espérer mieux ! C’est pas moi qui le dit…

lyon-cap

L’égalité, une grande cause…. dire des conneries aussi monumentales paraît impensable… mais si, c’est possible avec l’Ayrault « in » ! (bon, il est tard, bonne nuit les petits…)

thumb

 

Un grand merci à Ray Choquell pour son blog politiquement incorrect qui regorge de montages souvent très réussis comme celui ci-dessus ! Allez lui rendre visite, histoire de décoincer les zygomatiques en ces temps troublés…

Névrose cordicole

« L’acte homosexuel n’est pas un acte sexuel. Il se fonde sur le reniement de la sexualité réelle et constitue le déjouement symbolique d’un besoin d’amour par le moyen du sexe. Une personne vraiment sexuelle est hétérosexuelle. (…) sans son partenaire,  il (l’homosexuel) est plongé dans la souffrance qui est toujours présente mais qui est drainée par l’activité sexuelle. Le but recherché n’est cependant pas le sexe, c’est l’amour.

En règle générale, l’homosexuel est le plus tendu de tous les névrosés, car c’est lui qui a été obligé de se séparer le plus profondément de son moi réel. La tension peut le pousser à boire, à se droguer, ou à une activité sexuelle compulsive, sans que ces exutoires lui suffisent.

(…) Je qualifierai d’homosexualité tout acte qui est vécu comme s’il était pratiqué par deux personnes du même sexe. Si  un homme fait l’amour avec une femme tout en étant complètement absorbé par des fantasmes concernant des hommes, il vit d’après moi une expérience homosexuelle.

(…) Beaucoup d’homosexuels semblent ne pas comprendre quelque chose qui est pourtant évident : le fait qu’ils sont en quête de substituts. Beaucoup font l’apologie de l’amour homosexuel et le considèrent comme le seul amour véritable, en citant l’exemple des Grecs pour appuyer leur théorie. Mais c’est un amour irréel fait par des personnes irréelles. Si l’homosexuel poursuit sa quête sexuelle avec un acharnement si intense, c’est qu’il a besoin de se sentir enfin aimé et de mettre un terme à la tension qui le ronge.

(…) des amants homosexuels se satisfont de façon symbolique et non réelle. Généralement, ils cherchent à obtenir l’un de l’autre, l’amour du père.

(…) Je crois qu’il est essentiel de considérer les déviations sexuelles comme faisant partie d’une névrose totale, et non comme un comportement spécial et bizarre, détaché de la personnalité dans son ensemble. Mais je ne crois pas que l’on ait besoin d’un spécialiste de l’homosexualité pour soigner le sujet, pas plus que l’on a besoin d’un spécialiste pour traiter les autres fuites devant la souffrance.

Il ne s’agit pas, pour soigner l’homosexualité, de donner au sujet un comportement d’homme ou de femme. Il s’agit, à mon avis, de provoquer un comportement réel.

(…) Pour ma part, je ne considère pas que l’homosexualité soit différente de n’importe qu’elle autre forme de névrose, sauf par le degré pathologique. Ce qui veut dire que si l’on est capable de guérir une névrose, on devrait être capable de les guérir toutes. »

 

Dr Arthur JanovLe cri primal (Champs, éd. Flammarion) – 1970

Mission contre la dénaturation progressiste du mariage

opération sénat manifpourtous

A partir du 4 avril, le Sénat va examiner en séance publique le projet de loi. Les auditions à la commission des lois du Sénat sont terminées : voir les compte-rendus et vidéos. La majorité gouvernementale au Sénat ne dispose que de 6 sénateurs de plus que l’opposition (sur 348 sénateurs – qui est mon sénateur ?). Or nombreux sont les sénateurs qui sont indécis ou n’osent pas se déclarer contre le mariage pour tous. Soutenons-les ! Interpellons les maires et les adjointsqui célèbrent le mariage et élisent les sénateurs afin qu’ils relaient notre opposition au projet de loi auprès des sénateurs et du gouvernement.

Lu sur le Salon Beige