Europa !

Institut Iliade

J’ai trouvé cette vidéo chez l’ami Bedeau, vidéo que j’avais déjà vue par ailleurs car l’Institut Iliade est un des nombreux phares européens guidant les embarcations isolées des nations d’Europe, loin des écueils terribles de la globalisation et du grand remplacement des peuples endémiques par une compotée à l’américaine, informe et sans saveur. Cet institut fait la part belle aux notions d’héritage, de transmission d’une certaine vision occidentale du monde :  » Les citoyens actuels de l’Europe mésestiment le rôle joué par leur civilisation dans l’histoire du monde. Cet effacement mémoriel anticipe l’acceptation d’une disparition collective. Refusant une telle extinction, l’Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne entend œuvrer à l’affirmation de la richesse culturelle de l’Europe et à la réappropriation de leur identité par les Européens. Par cette initiative, nous entendons participer de manière originale, novatrice et la plus décisive possible à un effort plus général — et impérieux : le réveil de la conscience européenne. Concrètement, l’Institut ILIADE se donne pour vocation la transmission de la longue mémoire européenne.
Cette volonté de transmission passe par des actions de formation, de réflexion, d’information et de communication, afin de faire partager au plus grand nombre l’histoire et la mémoire de la civilisation européenne. L’Institut traite de l’ensemble des aspects de la civilisation européenne, en insistant sur sa singularité, sa grandeur et son attrait toujours actuel. Il s’agit de fournir du sens et des repères, en particulier aux jeunes générations d’Européens qui seront confrontés aux conséquences vraisemblablement tragiques des événements en cours
« .

Le billet de Bedeau met aussi en lien un autre de ses articles du 7 novembre 2019 dans lequel nous retrouvons certaines excellentes citations à propos de la déliquescence européenne actuelle face aux assauts des cultures allogènes et des trahisons incessantes des politicards français à la solde du Nouvel Ordre Mondial et de la globalisation.

« C’est l’État français qui, par sa politique, ses lois, ses tribunaux, a organisé le « grand remplacement » des populations, nous imposant la préférence immigrée et islamique avec 8 millions d’Arabo-musulmans (en attendant les autres) porteurs d’une autre histoire, d’une autre civilisation et d’un autre avenir (la charia). […] « En France, de par sa tradition universaliste et centraliste, l’Etat fut depuis plusieurs siècles l’ennemi de la nation charnelle et de ses communautés constitutives. L’État a toujours été l’acteur acharné du déracinement des Français et de leur transformation en « Hexagonaux » interchangeables. […] La réalité, c’est qu’en France, l’État n’est pas le défenseur de la nation. C’est une machine de pouvoir qui a sa logique propre, passant volontiers au service des ennemis de la nation et devenant l’un des principaux agents de déconstruction identitaire » – Dominique Venner – « Lettre sur l’identité à mes amis souverainistes » – 26 juin 2012. 

« Nous, les musulmans, ne sommes pas dans un projet d’assimilation. La France doit s’habituer au fait que nous restons. Je suis triste pour le Rassemblement national et les fachos car s’ils ne nous aiment pas, ils ne se rendent pas compte de ce qu’on a préparé, c’est-à-dire nos enfants«  – Yassine Belattar, ancien conseiller personnel chargé du Conseil des Villes (quartiers et banlieues) du président -son « frère »- Emmanuel Macron, inculpé pour outrages sur personne dépositaire de l’ordre public, pour harcèlement, comportements humiliants et pour menace de mort… (le 27 octobre 2019, au cours d’un « rassemblement contre l’islamophobie »).

« Les minarets sont nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées sont nos casernes et les croyants nos soldats«  – Recep Tayyip Erdogan, président de la république de Turquie, Prix du Courage pour la promotion de la paix entre les cultures du Congrès juif américain, Prix Kadhafi des droits de l’homme, Prix de la personnalité islamique de l’année 2011, Prix palestinien d’excellence,… (reprenant les propos du théoricien du nationalisme turc Zia Gokalp (1876-1924)).

Identité européenne

“Taxez-moi de romantisme. Qu’importe!

Pour moi le trésor du monde, c’est une infante de Vélasquez, un opéra de Wagner ou une cathédrale gothique. C’est un calvaire breton ou une nécropole de Champagne. C’est le romancero du Cid ou le visage hugolien de “l’enfant grec”.

C’est le tombeau des Invalides ou le grand aigle de Schönbrunn, l’Alcazar de Tolède ou le Colisée de Rome, la Tour de Londres ou celle de Galata, le sang de Budapest ou le quadrige orgueilleux de la Porte de Brandebourg, devenu le poste-frontière de l’Europe mutilée.

Pour ces pierres, ces aigles et ces croix, pour la mémoire de l’héroïsme et du génie de nos pères : pour notre terre menacée d’esclavage et le souvenir d’un plus grand passé, lecteurs, la lutte ne sera jamais vaine.

Frêle Geneviève de Paris, patronne de l’Europe, seule contre les hordes mongoles, tu symbolises notre esprit de résistance.
Et toi, vainqueur blond au visage de dieu, Macédonien aux dix milles fidèles, Alexandre, toi qui conquis le monde oriental avec ta foi et ton épée, dressé contre le destin et le sens de l’Histoire, tu symboliseras peut-être un jour le triomphe de l’Europe impériale. »”

Jean de Brem – Le testament d’un européen (Éd. La Table Ronde, Paris) – 1964.