Le déclin de la France

Capture d’écran 2020-04-29 à 22.52.03

Jean-Loup Bonnamy, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie et spécialiste de philosophie politique, pose un constat sévère mais juste sur ce pays qui part à vau-l’eau depuis de nombreuses décennies et que la crise sanitaire exceptionnelle actuelle met encore plus en lumière.

Dans un article du 19 mars 2020 du Figaro, il évoque le « déclin français » qui tiers-mondiste cette nation qui fut, il y a encore un siècle et demi, un guide pour le monde entier à de nombreux niveaux, tant scientifiques que culturels.`

Voici quelques morceaux choisis de cette triste et pitoyable bérézina…

« La crise sanitaire en cours révèle les fragilités stratégiques françaises, plaide le spécialiste de philosophie politique Jean-Loup Bonnamy. Selon lui, la Corée, qui était en 1950 un pays du Tiers-Monde, est aujourd’hui un pays développé. La France, au contraire, régresse.

La crise du coronavirus est le révélateur des fragilités stratégiques de la société française. Procédons à une rapide comparaison. La Corée du Sud, géographiquement proche de la Chine, a été l’un des pays les plus précocement et les plus massivement touchés. Cependant, la maladie y est désormais contenue, le nombre de nouveaux cas quotidiens décroît nettement et la mortalité est extrêmement faible (moins de 0,8 %). Et pourtant, la Corée du Sud a refusé le confinement et n’a pris aucune mesure contraignante. Même les restaurants sont ouverts. S’inscrivant dans le même schéma, le Japon, Hong-Kong, Taïwan et Singapour affichent un bilan spectaculaire dans leur lutte contre l’épidémie sans sacrifier ni leur économie ni les libertés fondamentales.

Pourquoi la France ne réagit-elle pas comme la Corée? Il nous faut regarder la vérité en face: la Corée, qui était en 1950 un pays du Tiers-Monde, encore plus pauvre que bien des pays africains, est aujourd’hui un pays développé. La France ne l’est plus. Derrière les illusions du PIB, nous avons perdu en richesse réelle. Comme le souligne Emmanuel Todd dans son nouveau livre, lorsqu’on revient de Corée, du Japon, d’Allemagne ou de Scandinavie et qu’on arrive en France, on est frappé par la régularité des accidents de train ou des pannes d’escalator. Dysfonctionnements typiques des pays sous-développés.

[…]

hopital-coupes-budgetairesExaminons nos fragilités les plus criantes. Première faiblesse: notre système hospitalier. Si les Français sont aujourd’hui confinés chez eux, ce n’est pas à cause de l’épidémie en elle-même, dont le taux de mortalité est très faible. Mais c’est parce que notre système de santé est à bout et n’a pas les capacités d’accueil suffisantes pour gérer l’afflux des nouveaux malades. Désorganisé par le double effet des 35 heures et des restrictions budgétaires, notre hôpital est déjà saturé en temps normal. Il n’est donc pas surprenant qu’il ne puisse gérer un stress imprévu.

Notre pays peut offrir seulement six lits d’hôpital pour mille habitants, contre neuf en 1996, soit une baisse de 30 %. Au contraire, la Corée du Sud affiche un ratio de 14 pour 1 000, un chiffre qui n’a cessé d’augmenter puisqu’il a été multiplié par sept en 30 ans. Les Coréens ont donc 2,3 fois plus de lits d’hôpital par habitant que les Français. Autre chiffre alarmant: la France dispose seulement de 5 000 lits équipés d’un ventilateur, l’Allemagne, elle, en compte 25 000. En janvier, avant la crise actuelle, 1 000 médecins hospitaliers, dont 600 chefs de service, avaient symboliquement remis leur démission pour protester contre le manque de moyens.

[…]

1043139975_5-0-1199-1117_1194x1117_80_0_0_33277ee48e1e17b0f9ff1fd79b600173Mais il n’y a pas que l’hôpital qui souffre. Notre système pharmaceutique est en crise, lui aussi. Nous sommes d’autant plus impardonnables que nous avions déjà connu une pénurie de médicaments en 2018-2019. Plus de 530 «médicaments d’intérêt thérapeutique majeur» connaissaient alors des ruptures de stock ou des difficultés d’approvisionnement. Aujourd’hui, 80 % des principes actifs sont fabriqués en dehors de l’UE (contre 20 % il y a 30 ans). Aucune usine de paracétamol n’existe plus en Europe. Quand les pays émergents, qui fabriquent désormais ces médicaments, ont des urgences sanitaires, ils se servent en priorité et nous n’avons plus que nos yeux pour pleurer. De même, on peut très bien imaginer qu’ils se servent un jour de ce moyen de pression contre nous dans d’éventuels bras de fer géopolitiques.

Économiquement, il faut réindustrialiser notre pays et relocaliser une partie de la production de biens pour réduire notre dépendance vis-à-vis de l’étranger. Cet effort de réindustrialisation doit porter en priorité sur les médicaments afin d’assurer l’indépendance et la souveraineté de la France et de l’Europe dans le domaine pharmaceutique. Ainsi on créera des emplois, on améliorera notre balance commerciale et on protégera notre santé et notre puissance stratégique. Certains secteurs sont trop précieux pour être laissés aux seules mains du marché.

[…]

Autre problème: la fracture socio-géographique du territoire français, déjà mise puzzleen évidence par la crise des Gilets Jaunes. Comme l’a bien vu Christophe Guilluy, le pays est divisé entre des métropoles bien intégrées à la mondialisation et des territoires périphériques. Or, les métropoles sont dépendantes du travail de gens qui vivent dans les territoires périphériques: infirmiers, policiers, enseignants…tous ces acteurs vitaux ont été chassés des grandes villes (dans lesquelles ils travaillent mais où ils n’habitent plus) par les coûts prohibitifs de l’immobilier.

Face à la crise sanitaire, cette fracture entrave notre réactivité et n’a pas encore été prise en compte par les autorités. Ainsi, la SNCF réduit depuis le dimanche 15 mars son offre de transport, y compris sur les trains de banlieue et les TER. Mais en faisant cela, elle supprime des trains que prennent un grand nombre d’infirmiers et de brancardiers pour venir travailler dans les grandes villes. La nouvelle grille horaire ne tient absolument pas compte du planning des soignants. Par exemple, sur la ligne P du Transilien, le train de 05h04 qui relie Château-Thierry à Paris est supprimé. Les commentaires sur les réseaux sociaux sont éloquents: «Les soignants commencent à 06h45 et finissent à 21h15. Impossible d’arriver à l’heure au travail si on nous supprime le 05h04» ou encore «Pourquoi supprimer le 05h04? Je suis infirmier et beaucoup d’infirmiers et d’aide-soignants le prennent. On va devoir encore mettre notre vie en péril pour venir travailler, passer des journées de dingue, arriver en retard et faire attendre l’équipe de nuit qu’on doit relever.» Une fois la crise passée, nous devrons revoir en profondeur l’aménagement du territoire, faire revenir une partie des classes populaires dans les grandes villes et nous assurer que notre réseau de transport puisse assurer une mobilité pertinente, même en cas de crise« …

L’intégralité de cet excellent article est ici.

9782259191579-475x500-1

Pleurnicherie cordicole

Billet_Chochotte_03092007_t

Dans le genre « information primordiale », on a connu l’AFP plus pertinente !

Le pauvre Cahuzac se plaint ici que, depuis qu’il a eu un bref moment d’estime de soi et d’amour propre, il n’a de cesse de subir une intolérable pression…

pauvre chiffe molle !

Il  explique qu’il « déménage tous les deux jours pour fuir la pression » allant chez des proches de la famille en Normandie, en Bretagne ou à Gujan-Mestran sur les bords du Bassin d’Arcachon…

Il aurait aussi passé une nuit dans sa voiture !… Vous rendez-vous compte !! Une quintessence d’honnêteté et de probité acculée de la pire des manières, un digne représentant de l’ultime et meilleur régime politique qui soit (c’est l’article 89 de la Constituion qui nous le dit :« La forme républicaine du Gouvernement ne peut faire l’objet d’une révision » !), régime  au sein duquel la corruption, le délit d’initié, le népotisme, les conflits d’intérêts, et j’en passe, ne sont qu’exceptionnels : cette chasse au sorcière sent le populisme à plein nez, le poujadisme des heures les plus sombres…

montage Cahuzac République

Non mais sérieusement…

Tout d’abord, les états d’âme (s’il en a une) de l’ancien ministre du budget, je suis convaincu qu’une large majorité de mes compatriotes s’en balance à un point que cette dépêche n’aurait jamais dû être émise.

Ensuite, ce menteur sans vergogne au compte en banque plus que fourni (je n’ai franchement rien contre les gens qui peuvent avoir un sacré patrimoine, si celui-ci a été bâti à la sueur de leur front et aux mérites de leur courage et de leurs compétences !) a bien de la chance d’avoir de la famille, des gens sur qui compter et des lieux où être hébergé !!

Beaucoup de français n’ont pas cette veine par les temps qui courent.

Enfin, cette péripétie républicaine lui aura permis de goûter un tout petit peu au quotidien de trop nombreux travailleurs sans domicile 20111211-074142-g qui eux sont contraints sur de plus longues périodes de dormir dans leur véhicule !!… des travailleurs sdf dont j’avais constaté l’existence, il y a une paire d’années, en rendant visite à un copain habitant Toulouse et dont le rue, en plein hiver, était balisée la nuit par des colonnes de fumées de pots d’échappement !

Ce Cahuzac est, en attendant, un bel exemple d’élu de Cordicopolis dont l’amoralité et l’hypocrisie sont des symboles très représentatifs du déclin de nos sociétés occidentales.

Il est temps de passer à autre chose, il est temps de faire tomber cette république bananière !

N’hésitez pas à aller faire un tour chez Nouratin et Koltchak pour encore plus de précisions sur cette affaire Cahuzac, et ainsi découvrir deux fameux blogues si ce n’est pas encore fait !