Antique sentence

« La diversité d’origine peut aussi produire des révolutions jusqu’à ce que le mélange des races soit complet; car l’État ne peut pas plus se former du premier peuple venu, qu’il ne se forme dans une circonstance quelconque. Le plus souvent, ces changements politiques ont été causés par l’admission au droit de cité d’étrangers domiciliés dès longtemps, ou nouveaux arrivants. Les Achéens s’étaient réunis aux Trézéniens pour fonder Sybaris; mais étant bientôt devenus les plus nombreux, ils chassèrent les autres, crime que plus tard les Sybarites durent expier. Les Sybarites ne furent pas, du reste, mieux traités par leurs compagnons de colonie à Thurium; ils se firent chasser, parce qu’ils prétendaient s’emparer de la meilleure partie du territoire, comme si elle leur eût appartenu en propre. A Byzance, les colons nouvellement arrivés dressèrent un guet-apens aux citoyens; mais ils furent battus et forcés de se retirer.

Les Antisséens, après avoir reçu les exilés de Chios, durent s’en délivrer par une bataille. Les Zancléens furent expulsés de leur propre ville par les Samiens, qu’ils y avaient accueillis. Apollonie du Pont-Euxin eut à subir une sédition pour avoir accordé à des colons étrangers le droit de cité. A Syracuse, la discorde civile alla jusqu’au combat, parce que, après le renversement de la tyrannie, on avait fait citoyens les étrangers et les soldats mercenaires. A Amphipolis, l’hospitalité donnée à des colons de Chalcis devint fatale à la majorité des citoyens, qui se virent chasser de leur territoire. »

AristotePolitique, Théorie générale des révolutions, Livre VIII, chapitre 1, paragraphe 10 et 11 (Éd. Librairie philosophique de Ladrange Paris) – 1874 [345/344 av. J.C]

6 réflexions sur “Antique sentence

    1. Nous le savons bien que l’histoire des hommes, malgré de nombreuses améliorations techniques et scientifiques, est un éternel recommencement et donc que nous vivons des évènements similaires à de nombreuses situations du passé mais je suis toujours stupéfait par le bon sens (qui en devient prémonitoire à nos yeux) des anciens sur ceux-ci.
      Je viens d’acquérir Plutarque (Vies parallèles) et Cicéron (Les devoirs), et en les feuilletant, je tombe systématiquement sur des extraits que je considère comme des « perles » en pensant à l’état de déliquescence de nos sociétés modernes, « perles » qui ne sont en fait qu’évidences (réactionnaires et rabougries pour nos ennemis) et bon sens sur la vertu, l’honneur, le courage,… notions bien éloignées des républiques égalitaristes et bananières de tout poil !
      Prochain achat : Caton l’Ancien et Les Origines.

  1. A méditer. Il y aussi LA CHIENNE QUI MET BAS du fabuliste Phèdre dans le même genre :
    LA CHIENNE QUI MET BAS
    Une Chienne, près de mettre bas, demanda à une de ses compagnes de lui prêter sa cabane pour y faire ses petits; elle l’obtint facilement. Puis, l’autre réclamant son asile, notre Chienne la supplia de lui accorder un court délai, jusqu’à ce qu’elle pût emmener ses petits, devenus plus forts. Ce temps encore écoulé, l’autre redemande son lit avec plus d’instance. « Si tu peux, lui dit-elle, tenir tête à moi et à toute ma bande, je te céderai la place. »

    1. Bonjour très chère Carine !
      Malheureusement, la répétition, les phénomènes cycliques dans les sociétés humaines sont monnaie courante…
      Pourtant, j’ai toujours entendu dire que la répétition fixe la notion !!…
      Étrange…
      Merci d’être passée. Bien à vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s