Coronavirose, ça vire au sketch !

Que n’a-t-on pas entendu depuis des mois sur ce Covid-19 ou Coronavirose, terminologie que préfère ce cher Paul-Émic !… Que nous étions en guerre !… Sérieusement ?!… Comment peut-on affirmer une chose pareil en espérant garder une certaine crédibilité après, surtout quand celle-ci voit son capital déjà plus qu’entamé ?!!

Pour le présipède (merci Nouratin ! Ce petit surnom lui va si bien !), pas de souci ! Mais a priori il s’agissait plutôt d’un blitzkrieg car tout est retombé très vite comme une grippe classique…

De guerre, il n’y a eu que les morts ! Pour le reste, il fallait bien que le jeune arrogant montre un poil les « gros » bras, histoire de s’inventer une destinée, de se valoriser en exagérant la gravité du contexte et en prouvant à ses partenaires, ses mécènes qu’il est bien aux ordres du bloc bourgeois et qu’il suit les plans ! Ah, la précieuse ridicule !

Évidemment, le petit dessin du haut faisait partie du processus pour nous mettre dans l’ambiance ! Il m’a fait pensé à ceux utilisés pendant la Seconde Guerre Mondiale à propos de la méfiance envers les espions écoutant les conversations entre citoyens… Ambiance anxiogène garantie, comme toutes les mises en scène médiatiques dont nous ne voyons pas forcément l’envers du décors (cf. le tweet de Michael Downey du 18 mars 2020 et d’un(e) journaliste à Beyrouth en combinaison intégrale de protection face à son technicien de l’image habillé normalement !) et le ton martial de tous les pseudo-experts qui sont intervenus depuis le début de la pandémie.

New Rochelle, New York, 11 mars 2020.

Dans un entretien du 19 avril 2020 accordé au New Zeland Geographic, le professeur Michael Levitt, lauréat du prix Nobel de chimie et biophysicien de Stanford, affirme qu’il n’y a pas de preuve évidente que le Covid-19 provoque des pertes massives de vies humaines. Et que les personnes qui décèdent de cette maladie sont celles qui étaient de toute façon en danger de mort même sans le virus. Selon lui nous serions victimes d’une « panique du Covid-19 »…

Sur le blog d’Olivier Demeulenaere aujourd’hui, nous pouvons trouver quelques extraits. En voici deux :

« …La grippe a été presque totalement absente l’hiver dernier et, d’une certaine manière, les décès de covid-19 compensent cette absence… Comme il n’y a pas eu de saison de grippe sérieuse cette année, beaucoup de personnes fragiles sont encore en vie et elles sont évidemment la première cible du coronavirus. »

« Les estimations des [premières] modélisations étaient incroyablement fausses. Regardez ce qui s’est passé en Angleterre et aux États-Unis. Le groupe de modélisation de l’Imperial College a déclaré très clairement qu’il prévoyait 2 millions de décès aux États-Unis et 500 000 au Royaume-Uni. Quelques semaines plus tard, ils sont revenus sur ces chiffres : Oh non non non, nous voulions dire 20 000. [Donc] chaque année, pendant la saison de la grippe, on va devoir mettre la société en confinement. … Pensez-vous que ce soit une bonne idée ? »

Hier, chez l’excellent Lupus, il nous invitait à la distanciation médiatique (il aurait dû rajouter la distanciation politicarde aussi !) en nous présentant deux vidéos démontrant l’emballement (volontaire ?…) des merdias et leur rétropédalage par la suite.

Il y a aussi l’analyse « Coronavirus, mensonges et trahisons » de « J’suis pas content » du 18 mars 2020 qui vaut tout de même le détour avec entre autres celle qui devrait être tondue sur la place publique (oooooh c’est pas très humaniste toussa !), la charmante Laetitia Avia, et la journalope Anna Cabana « en position turlutte » (courtisane qui ressemble quand même pas mal à un travelo !) avec sa sortie sur le présipède, en date du 3 février 2020 sur BFMTV : « […] il y a dans son tempérament, dans son intelligence, dans son… dans la, dans la, dans la chimie assez exceptionnelle de son ADN quelquechose… […] ». Vous ne rêvez pas ! Une journaliste qui parle à l’antenne, en des termes plus qu’élogieux, du pitoyable gestionnaire de la pandémie qui s’achève !! Veut-elle une promotion ?…

Enfin, l’ami Paul-Émic y va lui aussi de la sienne, d’analyse en abordant plusieurs points forts intéressants dans un billet dont je vous propose une lecture des premiers paragraphes ci-après.

 » Le problème que pose une attaque bactériologique, c’est qu’il est pratiquement impossible d’en déterminer l’auteur si l’attaque est menée avec intelligence. Ce n’est que lorsque le jeux sont faits qu’émergera le véritable vainqueur et véritable commanditaire.

Dans le cas qui nous préoccupe  ─ la coronavirose, oui j’ai adopté ce nom  pour la grippe coronarienne, ça fait moins Terminator que ce nom avec des chiffres dedans ─ dans le cas de la coronavirose disais-je, les gens qui ne croient pas vraiment que ce virus bizarre soit l’enfant de dame Nature et encore moins qu’un Pangolin ait sodomisé une chauve-souris, ou inversement avant d’éternuer au nez d’un amateur de mets exotiques, ont d’abord suspecté la Chine d’avoir bricolé des choses pas claires dans un laboratoire vendu par la France et si j’ai bien suivi, fonctionnant sous la double autorité française et chinoise. Pas un bon point pour nous, mais on restait dans le domaine de l’accident. Plus tard on a appris que la fondation Soros, dont Bill Gates le vaccinomaniaque fou, n’est jamais très loin, possédait un laboratoire, de même niveau, à quelques rues de là.
Dans le genre coïncidences, ça commençait à faire lourd.

Puis la maladie est sortie de ses frontières malgré un confinement drastique de type camp de concentration, atteignant l’Europe, puis l’Amérique du Nord puis plus ou moins tout l’hémisphère nord avec un succès contrasté .
Tous les pays n’ont pas réagi de la même manière mais il faut honnêtement reconnaître que ceux qui ont réagi de la manière la plus drastique et la plus autoritaire n’ont pas nécessairement eu de meilleurs résultats que d’autres, le point déterminant semblant être la capacité d’accueil des malades et l’utilisation de traitements alternatifs forts contestés, pour ne pas dire diabolisés, en France.
Derrière cela  émerge le spectre de la Big Pharma, et de l’incontournable Bill Gates, le prophète, nous promettant la paix et la santé contre un gros, très gros pactole et la perte de la quasi totalité de nos libertés, de nous déplacer, d’entreprendre, de travailler de nous exprimer et même de pense
r ».

La suite est ici

Censure gauchiste

montage sleeping-giants

Pour faire suite à mon billet « La balance est bousillée depuis un bail » du 20 mars 2020 qui pointait  du doigt le sentiment de toute puissance de la députée franco-togolaise Laetitia Avia, dont le nom est aussi celui d’une loi liberticide, je diffuse le message de Boulevard Voltaire que j’ai reçu le 5 mars dernier à propos d’un groupuscule gauchiste qui lance régulièrement des chasses-aux-sorcières depuis l’élection de Trump en 2016 et qui a proposé un amendement à cette fameuse loi Avia : les Sleeping Giants.

Ces Torquemada de pacotilles, adeptes d’une censure qui ne dit pas son nom (et qu’ils maudiraient si ils la subissaient en retour !), ont vu leur amendement retoqué par le Sénat fin février 2020 alors que l’assemblée nationale avait voté pour, le 23 janvier 2020 (cf. Toujours plus de censure ! L’amendement « Sleeping Giants » de la loi Avia a été voté…sur Boulevard Voltaire le 23 janvier 2020 où l’on retrouve, ci-dessous, le discours d’Emmanuelle Ménard dans l’hémicycle le jour du vote).

Même le philosophe Yves Michaud, proche d’une « gauche libertaire » mais absolument Yves-Michaud-contre-la-tyrannie-des-bons-sentimentsréaliste comme à propos de Flamby dont il dit qu’ « il n’écoute personne. C’est un pur opportuniste. Seul son avenir demain le préoccupe » (cf. entretien avec Elisabeth Chavelet dans le Paris Match du 29 mars 2016), dénonce la tyrannie des bons sentiments et explique qu’il est nécessaire de « contrer des gens aussi nuisibles et aussi ennemis du droit« , « qu’il existe un délit de dénigrement qui peut entraîner de très lourdes amendes » (cf. Atlantico du 8 décembre 2019). Suivons son conseil : « Il est temps que les démocraties mettent fin à la bienveillance et cessent d’être aveugles« .

Voici donc le message de Boulevard Voltaire qui est accompagné d’une pétition à signer : « L’amendement « Sleeping Giants » a été définitivement rejeté la semaine dernière au Sénat.

Oui, ces activistes de la bien-pensance, qui attaquent notre site d’information libre Boulevard Voltaire depuis des mois – mais aussi l’hebdomadaire Valeurs Actuelles ou encore l’émission d’Eric Zemmour sur CNews – en harcelant nos annonceurs pour nous couper les vivres, se sont fait retoquer.

Avec cet amendement introduit dans la loi Avia, ils voulaient carrément obliger les entreprises à « s’auto-dénoncer » en publiant la liste des médias sur lesquels leurs publicités paraissent, pour faciliter leurs mesures d’intimidation abjectes et priver de financement tout site osant dévier de la pensée unique.

Cette bonne nouvelle, nous voulions la partager avec vous et avec les 48.000 signataires de notre pétition « Non à la censure généralisée sur internet », dont nous avons informé les sénateurs avant le vote de la loi Avia. Merci à tous.

Pour autant…

… la loi Avia qui, sous couvert de lutter contre les contenus haineux, organise une censure proprement scandaleuse et un contrôle sans précédent de l’information donnée aux Français, est toujours en cours d’adoption.

Et il faut une mobilisation phénoménale pour y faire barrage, avant le vote définitif à l’Assemblée nationale début avril.

Voici comment la loi Avia fait peser de très graves menaces sur la liberté d’expression et d’information des Français.

1 °)  La loi Avia oblige les réseaux sociaux à censurer tous les contenus « manifestement illicites » ou supposés tels.

Les pires dangers de censure reposent dans ce « manifestement ». Illicite, on sait ce que ça veut dire. « Manifestement illicite », c’est juste une personne qui va considérer qu’un texte est illégal, délictueux. Et là, les pires dérives sont possibles.

Quand on sait, par exemple, que certains pensent que critiquer la PMA, c’est être « homophobe » donc commettre un délit, cela donne une idée assez précise de ce que donnera la censure sur internet si la loi Avia est votée !

Car en plus, la loi Avia donne le pouvoir aux simples internautes de déclencher cette censure effrénée, par un mécanisme de « signalement ».

2 °)  Avec son mécanisme de « signalement » des contenus « manifestement illicites », la loi Avia est une arme de censure massive, au service des activistes de la bien-pensance.

Concrètement :
Un média partage un article ou une vidéo sur les réseaux sociaux…
Un internaute décrète qu’à son avis, c’est un contenu illicite et le signale en cliquant sur un simple bouton…
Aussitôt, le compte à rebours est déclenché. Les réseaux sociaux ont un délai très court (24 heures dans la version initiale de la loi) pour traiter la plainte, sous peine de lourdes sanctions financières voire pénales.

Le « signalement » étant une des armes favorites des activistes de la bien-pensance indignés, nul doute que les réseaux sociaux crouleront sous les signalements, impossibles à analyser en 24 heures, et qu’ils censureront à tour de bras, sans aucun discernement.

De quoi interdire tout débat, toute information contradictoire, sur tous les sujets dits sensibles : l’islam, l’immigration, la PMA et la GPA, etc.

Adieu le peu d’information libre encore possible sur internet. Bonjour la seule information autorisée : lisse, aseptisée, passée au crible de la bien-pensance.

3 °) Car avec cette loi, le gouvernement cherche à contrôler l’information et museler les sites d’information qui refusent le diktat de la pensée unique.

Le Secrétaire d’Etat au numérique, Cédric O, l’a clairement dit lors des débats sur la loi Avia : il y a des sites « que nous souhaitons ici voir disparaître ».  Et plus précisément, à propos de l’amendement Sleeping Giant rejeté et qui visait à assécher les financements des sites anti-politiquement correct, il s’est déclaré « assez favorable à la philosophie de ces dispositions ».

Difficile, en tant que membre du gouvernement, de s’exprimer plus clairement CONTRE la liberté d’information des citoyens ! »

Pour conclure ce billet, je ne puis m’empêcher de penser à Philippe Muray 314.1485439305(« encore une fois ! C’est une manie ! » me direz vous… mais quand on aime, on ne compte pas !) qui, en excellent observateur de son époque il y a 29 ans, avait bien compris l’expansion irrésistible de l’Empire du Bien, le principe entropique de bienveillance inconsidérée : « car de même qu’il n’y avait qu’un seul Dieu, il ne doit plus y avoir, à moyen terme, qu’une seule forme de société. La respublica fidelium spectaculaire avait vocation de s’étende jusqu’aux limites de l’univers par destruction ou conversion des derniers infidèles, voilà qui est fait ou presque. La Cité du Bien succède à la Civitas Dei comme projet de communauté spirituelle unique rassemblée sous l’autorité d’une instance souveraine, parfaitement globale, parfaitement féroce » (cf. L’Empire du Bien, Éd. Les Belles Lettres, Paris, 2011 [1991], p. 95).

N.B. : allez jeter un coup d’oeil sur l’article du 8 février 2020,  » Sleeping Giants ou le totalitarisme « soft » qui veut tuer », sur le site de l’Observatoire du journalisme (anciennement OJIM, Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique).

Pitreries radiophoniques

montage RTL saluts cons

Comment un type de l’envergure d’Yves Calvi, que je considère comme un des rares journalistes honnêtes du PAF, a-t-il pu se fourvoyer dans une publicité aussi pitoyable que ridicule, relevant de la bouffonnerie digne de l' »humour » lamentable et raté du triste maniéré Ruquier ??!!!…

Seul l’appât d’un cachet intéressant peut expliquer un tel degré d’abaissement d’un individu qui devrait se considérer comme un  représentant de la réflexion politique, de l’analyse d’évènements complexes, et qui à ce titre se doit de garder dignité et sérieux.

Mais a priori, tout ce cirque fonctionne puisque RTL confirme son redressement selon Le Figaro du 14 janvier 2015 puisqu’elle est revenue à la première place des généralistes… en même temps, elle est au coude à coude avec NRJ dont la matinale avec Manu, demeuré qui s’ignore, ce qui n’est franchement pas une référence.

L’audiométrie n’est pas gage de qualité, elle démontre juste qu’elle plaît à une masse.

Calvi et Ruquier ont grappillé du pourcentage d’audience… mais quelle audience ??!!!…

Je ne préfère pas me fier à la publicité ci-après pour répondre à cette douloureuse question !

Encore une fois, la société du spectacle de Debord démontre sa suprématie, la carnavalisation à la Baudrillard des héritiers inconscients d’un flamboyant Occident est vérifiée…

1103_societe_spectacle416ayClArsL._SY344_BO1,204,203,200_