Ochlocratie ou le pouvoir des imbéciles…

(Modliszki de Jaroslaw Kukowski, en couverture)
Fabrizio Tribuzio-Bugatti dans Démocratie ? (Krisis, n°50, septembre 2020, p.4 )

Ceci ne cesse de se vérifier depuis des décennies et d’autant plus avec l’avénement des réseaux sociaux avec ses nuées de procureurs et d’inquisiteurs de toute sorte qu’Umberto Eco critiquait déjà à l’époque de leur émergence !!!

« Les réseaux sociaux ont donné le droit à la parole à des légions d’imbéciles qui avant ne parlaient qu’au bar et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite. Aujourd’hui ils ont le même droit de parole qu’un prix Nobel« .

Ce qui me paraît aberrant, c’est l’adhésion massive de trop nombreuses personnalités, parfois brillantes, à ce type de fonctionnement sociétal avec les démissions, les repentances voire les bannissements multiples et variés que cette ochlocratie génère !

Plus je vieillis (je viens de faire 49 ans en début de mois), plus j’exècre les masses humaines modernes et je conchie le système démocratique tel que nous le connaissons. Je suis vraiment bien heureux, comme Alexandre, de me tenir loin des Faces-de-Boucs et autres Twitter, et d’habiter un département aussi isolé que la Lozère. Pourvu que ça dure !

Idoles culturelles

« (…) De l’éloge de la main, puis de la célébration de sa maladresse, on passera à la délectation de ses propres déchets, de tout ce qui peut tomber du corps, des rognures d’ongle aux humeurs les plus diverses.

Cette hystérisation du statut de l’artiste, jouissant d’une parfaite impunité, dont tout geste, tout mouvement, toute production, y compris et surtout les productions organiques, seront adorés par des foules immenses de spectateurs, participent de cette idolâtrie (…).

Détachées de leur origine et de leur fonction, les oeuvres de nos musées sont devenues nos idoles. »

Jean Clair – L’hiver de la culture (Café Voltaire, éd. Flammarion, p.117) – 2011