Disciplina deserta

Classroom, St Margaret Mary School

Le niveau monte ?… tiens, cela m’évoque un blog plutôt sympathique, malheureusement en sommeil depuis juin 2012.

Par contre, cela ne m’évoque certainement pas les  résultats pédagogiques de l’institution nationale pour optimiser le potentiel intellectuel de chacun et permettre l’émancipation de futurs citoyens droits dans leurs bottes.

Dans un article de Sophie Coignard dans Le Point du 20 novembre 2014, nous apprenons, mystérieusement sans grand étonnement, que la tendance est à la baisse concernant le niveau des jeunes « adultes » à qui les « responsables » français vont confier l’instruction l’éducation de nos chères têtes « blondes »…

affiche-nevers_1846640

Ainsi, la patronne de l’Éducation Nazionale de la Ripoublique française, Najat Vallaud-Belkacem, claironne l’embauche de « professeurs » dans une zone dont on ne s’occupe que trop peu, qui bénéficie rarement de subventions par rapport à des zones rurales délaissées et misérables : la Seine-Saint-Denis…

« La ministre de l’Éducation nationale vient d’annoncer, à l’occasion d’une visite à Bondy, la création de 500 postes d’enseignants supplémentaires en Seine-Saint-Denis d’ici 2017. Elle se félicite aussi de leur accroissement à l’échelon national : plus de 11 000 en 2015 contre 8 000 en 2014 pour le primaire, et 2 000 de plus pour le secondaire. Cette politique est présentée comme la panacée pour remédier aux échecs de l’école.

Ce dont la ministre évite soigneusement de parler, c’est du niveau des professeurs recrutés. Pour l’école élémentaire, certains ont été reçus avec des moyennes de 5 à 6 sur 20. Au collège et au lycée, ce n’est pas mieux. Les rapports de jury de Capes (Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré) pour l’année 2014, qu’ils adoptent la langue de bois ou, au contraire, un discours de vérité, montrent que les exigences du ministère sont assez éloignées des critères d’excellence. […] Le seul, finalement, qui n’emploie pas la langue de bois, c’est Olivier Grenouilleau, le président du jury de l’autre concours d’histoire-géographie, réservé aux professeurs contractuels : « Le jury, écrit-il, a pu observer des lacunes graves et inquiétantes chez certains candidats qui ont déjà en charge des élèves. Les connaissances scientifiques de certains sont si minces qu’elles rendent difficile, voire impossible, toute réflexion didactique ou pédagogique. » Il ne reste plus qu’une solution à Najat Vallaud-Belkacem : supprimer, aussi, les notes aux concours de recrutement des enseignants. »

Friche pédagogique

Au vu de la qualité des copies des élèves ces dernières années et de notre place au classement PISA, nous nous doutions bien de ce mécanisme machiavélique qui consiste pour l’Éducation Nazionale à produire de nombreux et calamiteux enseignants (ils ne le sont pas tous fort heureusement !) et à auto-alimenter son processus de déclin du niveau d’instruction.

Étant professeur, je le constate chaque année et je garde de multiples témoignages de cette diminution régulière des exigences soi-disant visées par les « responsables » en charge de l’instruction éducation du peuple.

Entre les copies mal présentées et truffées de fautes d’orthographe (parfois j’en corrige, parfois, je laisse tomber lorsque j’ai le sentiment que cela ne servira à rien, d’autrefois encore, je ne les corrige pas au départ et puis finalement j’en corrige… c’est selon l’humeur), et les sujets du brevet par exemple de plus en plus simplifiés (dictée très courte et certains mots écrits au tableau durant l’épreuve pour éviter des confusions entre homonymes….), voici quelques spécimens de cette année illustrant le niveau des réponses… consternant, surtout en sachant qu’il s’agit d’un contrôle après correction des mêmes questions (quasiment) lors de la séance précédente…

IMG_3091 corrigé

IMG_3090IMG_3089IMG_3088IMG_3087

Comment des jeunes peuvent arriver au lycée (en seconde) avec de telles lacunes ?… Leur parcours scolaire permissif leur permet d’atteindre des niveaux qui ne reflètent en rien la réalité du moment, par gentillesse, niaiserie, nous cherchons toujours des excuses à l’élève en échec quite à le faire passer coûte que coûte afin d’éviter un redoublement…

Il faut impérativement revenir aux fondamentaux et arrêter d’avoir des lubies, des fixations sur quelques thèmes qui sont loin d’être représentatifs de la majorité et qui ne perpétue en rien la culture et l’histoire de notre peuple.

L’Éducation Nationale doit revenir à son rôle premier, celui d’instruire, de transmettre un savoir, d’aider l’élève à développer son sens critique et à devenir un libre penseur. Elle doit abandonner sa mission de rééducation des esprits en remplaçant l’éducation des familles et en ne favorisant trop souvent qu’une certaine pensée unique.

montage doigt levé 2

Affaire de frusques

En me baladant comme souvent sur le blog Salon Beige animé par les fervents Michel Janva et Lahire, le nom de ce dernier exprimant phonétiqement l’état dans le quel je me trouve face au monde des modernoeuds,  je suis tombé sur un extrait de l’émission ONPC du militant homosexualiste Ruquier (émission que je ne regarde plus, comme l’a décidé cette très chère Carine ayant évoqué la même chose ici, depuis le départ de Zemmour !).

Cet extrait présente une réponse de l’immense Michel Galabru (à une question que j’ignore, mais là n’est pas l’important) à propos des codes vestimentaires qui disparaissent et qui ont pourtant une grande utilité !

(Michel Galabru défend la messe en latin – ONPC Ruquier 24-02-2013)

Et ce que dit M. Galabru, au fond, est d’une grande pertinence. Les symboles sont fondamentaux dans une société humaine, quels qu’ils soient (symbole du paternel, symbole de la famille unie, symbole de l’autorité, symbole de la détention du savoir,…).

Malheureusement, il n’a pas parlé de la blouse de l’instituteu du professeur des écoles (égalitarisme jusque dans les termes du corps enseignant…) ou du professeur de lycée….Habit prof avant après

Cela m’a rappelé une de mes démarches qui a eu lieu au moment d’une profonde remise en question de mes croyances idéologiques, remise en question aboutissant à mon passage du côté obscur de la force. Je me suis interrogé, entre autres, sur ma façon de me présenter face aux élèves apprenants et sur le port de l’uniforme pour les élèves. Nous étions a priori nombreux à vouloir mettre le holà (ici) ! original.17468.demi

Le sujet ne m’avait jamais vraiment interpellé car les profonds soucis éducatifs des générations montantes n’étaient pas encore si flagrants. Etant enseignant dans un lycée rural, nos jeunes étaient à peu près épargnés des situations familiales disloquées (familles en plein divorce, familles recomposées, familles monoparentales), de la mauvaise éducation, du manque de respect de l’adulte, … et du relativisme vestimentaire.

Mais à force, entre la quincaillerie faciale (percings et autres joyeusetés)coiffure-louffoque-373776064, les pantalons sous les fesses, les espadrilles en classe quand vient l’été ou les maillots à manches courtes taille 1 fluorescents et divulguant le nombril, je me suis demandé s’il y avait un rapport entre cela et leurs manques d’attention, de concentration et d’investissement dans leur scolarité.

Bon, je sais, pour la photo de la jeune adolescente équilibrée, bien dans sa peau et élégante, j’exagère mais certains spécimens que l’on peut croiser en milieu éducatif urbain n’en sont pas loin !!!

En tous les cas, la réponse à mon questionnement apparu comme une évidence !

D’abord, les jeunes veulent être considérés (donc qu’ils commencent à se regarder un peu le nombril d’abord, bon sang de bois !), c’est sûr, mais il existe aussi un profond désir caché de considérer l’enseignant à la hauteur de son statut, autant qu’ ils sont demandeurs de limites qu’ils ne trouvent malheureusement que trop rarement chez eux.

Mais comment avoir de la déférence envers quelqu’un qui s’habille comme vous, en « djeuns » ou qui parle de façon familière ??!!… Habit prof femme avant après

Les élèves ont besoin de repères et de limites mais surtout que ces derniers soient visibles au sens propre : les vêtements sont un premier élément, le charisme un second, et il y en a bien d’autres (repère audible comme le langage soutenu ou le vouvoiement). Ainsi, me suis-je mis à ressortir des anciens costumes de l’armoire, vestiges d’un passage dans une entreprise privée.

Depuis, le regard des élèves mais aussi des parents, et de tous mes interlocuteurs, a changé même si je n’ai jamais eu réellement de problèmes particuliers en classe de part ma présence physique à la base. Malgré tout, il s’agit d’un plus indéniable et il faut bien que quelqu’un essaie de donner une impulsion…

Ensuite, concernant l’uniforme pour les jeunes, outre le fait d’un souhait  d’égalité entre les différentes couches sociales, égalité dont je me moque éperdument (il y aura toujours celui qui aura un uniforme provenant de chez un tailleur reconnu et celui qui l’achètera bon marché), afin d’éviter la focalisation des uns et des autres sur les marques (sentiment d’infériorité de l’élève portant des vêtements de marques quelconques de grande surface par rapport à celui qui aura du Puma, Nike, Reebook, Adidas,…remarquons en passant que nous assistons de plus en plus à une généralisation du « streetwear » : sorte d’uniforme informe qui ne dit pas son nom !!). Je ne parle même pas des couvre-chefs (casquettes et autres bonnets ridicules) conservés sur la tête à l’intérieur de l’établissement, des doudounes ou des écharpes multicolores aux effigies des clubs de Marseille ou Saint-Etienne qu’il faut faire enlever en début de cours en expliquant les usages basiques d’attitude qui devraient être acquises par l’éducation parentale.
The-Charlatans-by-iamisigo-6 Je disais donc, outre le fait de tendre vers un nivellement des différences sociales en classe par le port de l’uniforme, il est évident qu’en bannissant tous les attraits et les symboles du monde moderne superficiel et creux, les élèves ne peuvent que se recentrer sur la mission première d’un établissement scolaire : l’enseignement !

Ainsi, plus besoin de perdre son temps à savoir quelle est la tenue du jour, à se maquiller pour ressembler à une adulte et brûler des étapes fondamentales dans la construction de sa personnalité.

L’originalité des individus ne doit pas se traduire par un affichage vestimentaire intempestif mais elle doit s’exprimer dans les réalisations pédagogiques des élèves, tant au niveau des écrits qu’au niveau artistique ou sportif.

Il est certain que l’exemple doit venir d’en haut, des professeurs (même s’ils sont  très brillants et excellents pédagogues, le laisser-aller ne doit pas être de mise, le fond doit être cohérent avec la forme) mais aussi de tous les représentants d’une autorité qu’elle soit politique (tenues vestimentaires et pratiques langagières à revoir), religieuse ou parentale.
Progrès habit prof

Il est évident aussi qu’il ne s’agit pas de l’unique solution aux problèmes de l’éducation des enfants de France mais c’est un des leviers à utiliser pour espérer un changement en profondeur du niveau des usagers des institutions pédagogiques.