Arnaque moderne

« Le réac ne croit pas aux bienfaits d’une « culture pour tous » censée abolir dans les bourbiers du « dialogue » le privilège du penseur, de l’artiste, de l’érudit au profit des masses miraculeusement ouvertes à la créativité.

[…] Il ne croit pas que tout se vaut, cet article du crédo-moderne, selon lequel il est illégitime de hiérarchiser l’émotion esthétique. Entre Mozart et le rap, entre Vermeer et le tag, il discerne un fossé qualitatif.

[…] Si tout se valait, rien ne vaudrait sinon son prix aux étals du marché et il ne croit pas aux vertus civilisatrices du grand souk mondialisé. »

Denis TillinacDu bonheur d’être réac (Éd. des Équateurs, p. 79 et 80) – 2014

Créativité cordicole

Parce que nous vivons une époque cordicole formidable, débordant de créativité et au cours de laquelle s’exprime l’originalité la plus poussée et aboutie chez de nombreux artistes persuadés qu’ils renouvellent sans cesse leur domaine…

Étant magnanime, afin de ménager vos fragiles tympans, je vous mets à disposition la mélodie originale de cet immense compositeur que fut Johann Pachelbel, oeuvre datant de 1677, ce qui ne nous rajeunit pas, et qui démontre que tous nos artistes modernes et contemporains sont d’affreux réactionnaires rétrogrades qui n’ont pas fait table rase du passé !