La justice française

Le Charivari, n°14, Honoré Daumier

9782234075481-001-xCette justice se fait secouer par les dernières déclarations de Toutmou sur la « lâcheté » de la magistrature, propos révélés « dans le livre Un président ne devrait pas dire ça… des journalistes du Monde, Fabrice Lhomme et Gérard Davet » d’après Alain Acco dans un article chez Europe 1.fr du 13 octobre 2016.

Quel plaisir de constater dans quel embarras se trouve l’incompétent corrézien, d’autant plus savoureux que ses tracas ont été générés par les démarches de salariés du Monde, organe de presse socialiste, à sa botte normalement !

« L’entourage du président est tout de même effondré par les propos rapportés par les journalistes qui viennent ruiner, nous dit-on, cinq ans de pratique irréprochable. »… tout simplement jubilatoire !

En plus, « les explications du chef de l’Etat n’ont pas calmé la colère des deux hauts magistrats. Ils doivent prononcer jeudi, à la Cour de cassation, un discours en réponse à ces déclarations. » donc nous n’avons pas fini de nous régaler.

Finalement, on se rend compte qu’il bavasse trop et que cela lui retombe sur le nez. Ma foi, c’est bien fait.

Toutmou a donc eu « des propos qui ont mis en colère l’institution judiciaire » et « cette dernière, représentée par le premier président et le procureur général de la Cour de cassation, Bertrand Louvel et Jean-Claude Marin, a rencontré le président de la République mercredi soir à l’Elysée. Selon les informations d’Europe 1, François Hollande, lors de cet entretien qui a duré à peine plus d’un quart d’heure et s’est déroulé dans un climat glacial, n’a pas cherché à démentir ses propos. Le chef de l’Etat était accompagné de son ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, mais aucun conseiller n’était présent. »

Bon, le climat glacial, il a l’habitude. Quoiqu’il dise ou fasse, il obtient ce résultat, que ce soit avec ses ex-compagnes ou avec le président Poutine.

Par contre, et pour revenir au sujet de ce billet,  cette anecdote présidentielle soulève tout de même les problèmes liées à la justice de ce pays.

Comme nous le révélait Valeurs Actuelles le 22 septembre 2015 dans l’article « En une semaine, trois personnes libérées par la justice en raison de défauts de procédure », le fonctionnement du pouvoir législatif paraît de plus en plus chaotique : « La justice française va décidément de plus en plus mal. En moins de deux semaines, trois personnes, qui avaient été condamnées en première instance, ont été libérées, alors qu’elles auraient dû rester incarcérées. » concernant trois affaires, dont deux gravissimes, pour lesquelles les prévenus ont été relâchés (« la veuve noire de l’Isère a été libérée par la cour d’appel de Grenoble, en raison d’un délai trop long entre le procès de première instance et celui d’appel. Manuela Gonzalez avait été condamnée à 30 ans de prison pour le meurtre de son dernier mari en 2008 » puis « Rajeswaran Paskaran a été libéré mercredi dernier, alors qu’il était condamné à vingt ans de prison pour avoir abattu un policier à la Courneuve en 2009 » et « Charles Pieri avait été condamné en 2013 à deux ans de prison pour détention d’armes par la cour d’appel de Bastia »).

Plus récemment, « Vingt-quatre personnes placées en centre de rétention administrative à Nîmes et menacées d’expulsion ont été libérées pour un vice de procédure. Leur transfert en urgence depuis le centre de Vincennes où un début de mutinerie avait éclaté, s’est fait en dehors du cadre légal.
« Les procureurs et les juges des libertés et de la détention de Paris et Nîmes n’avaient été prévenus que le lendemain de ce transfert, ce qui est illégal », explique à Midi Libre l’avocat Wafae Ezzaïtab qui a plaidé et obtenu la relaxe pour vice de procédure. » nous apprenait 20 minutes dans un article de Jérôme Diesnis du 17 juillet 2016. Voici 24 gugusses lâchés dans la nature alors qu’ils ont été à l’origine d’une mutinerie, une action violente contre les dépositaires de l’autorité de l’état français (au passage, on notera que l’avocat ayant permis cette saloperie porte un nom qui pourrait être celui d’un des réfugiés…).

amedy-coulibaly-que-repond-la-justice2Ne parlons même pas des multiples affaires judiciaires aux verdicts plus que scandaleux avec des condamnations soient exagérées, soient trop laxistes pour des faits qui auraient mérités à l’inverse soit plus de clémence, soit plus de sévérité.

Et dernièrement, à propos d’une affaire que je connais bien ayant été tout près au moment des faits, L’indépendant du 15 septembre 2016 nous apprend, par un article de A.F. (avec Midi Libre) intitulé « Procés de la Féria de Béziers : quand le juge couche avec l’avocat », que dans une affaire concernant le meurtre d’un jeune homme au cours de la féria 2012 à laquelle je participais, dans une bodéga de l’avenue Saint-Saëns, à quelques encablures du drame.

lindependant-15-09-2016

Il s’agit d’un exemple, éclatant au grand jour, du manque de discernement et de moralité d’acteurs de la justice. Mais combien d’autres restent non dévoilés, immondes secrets d’alcôves ayant sûrement des implications injustes, malhonnêtes dans les décisions ultimes d’affaires judiciaires ?!!…

Finalement, les magistrats outrés par la sortie de Toutmou devraient éviter de faire les vierges effarouchées car de trop nombreux cas illustrant la déliquescence de l’appareil judiciaire et son manque de vertu, nous démontre que la justice française sombre et qu’il serait temps de mettre un gros coup de vis et de faire un grand ménage au sein de cette institution.

Probité socialiste

Encore une preuve dans un fait divers belge que les gauchistes, les socialos en particulier, sont travaillés par la sexualité à un tel niveau que cela en devient une belle démonstration de leurs travers.

Ils sont les instigateurs, avec l’aide hypocrite de la droite molle libertaire, d’une société hypersexualisée, les responsables d’une décadence qu’ils appellent à la fois modernité et tolérance.

Sous prétexte d’humanisme (le totem suprême, sorte d’ultime frontière philosophique),de libération de la femme, de liberté individuelle, d’ouverture d’esprit, etc, ils ont créé un frankenstein, créature du relativisme et de l’hédonisme, fait de bouts de pornographie, d’infidélité, de parodie de mariage pour invertis, de nudisme, de distribution de pilules abortives à des mineurs sans l’aval parental, d’exhibitionnisme, de publicités porno ou érotico-chics, d’assouplissements législatifs sur l’avortement,… et j’en passe !

Leur tolérance absolue n’est rien d’autre qu’un aveu flagrant d’absence de convictions, de morale, voire l’explication d’un profond désir d’acceptation, par une majorité de la population, de leurs propres déviances.

Ainsi, nous apprenons à propos de Jean-Charles Luperto, politicard socialiste belge que « la qualification retenue par le montage Jean-Charles Lupertoparquet est l’outrage public aux mœurs en présence de mineur(s) de moins de 16 ans » confie Vincent Macq, le procureur du Roi de Namur (source : SudInfo.be du 11 novembre 2014). Il est accusé de s’être masturbé en public, 4 plaintes ont été déposées…

N’y a-t-il pas un progressiste pour s’insurger sur la liberté individuelle et le désir sexuel des 12-16 ans ??!!!…

N’y a-t-il pas un tolérant avant-gardiste à la Cohn-Bandit (Dany ou Gaby) pour nous expliquer que les notions de moeurs ou de mineurs étant relatives (tiens… un terme qui  n’est pas inconnu…), il faut immédiatement abandonner cette qualification juridique rétrograde d’un autre temps, celui d’un patriarcat obsolète ??!!!…

En attendant, ce « […] ce jeune homme raffiné et râleur à ses heures n’a jamais dépassé le statut d’éternelle promesse. » comme le confie Vincent Rocour de La Libre.be, site d’informations belge, le lundi 10 novembre 2014, et que « toujours tiré à quatre épingles, homosexuel assumé, le jeune homme dénote un peu parmi les socialistes. »

Oula… « homosexuel assumé »… ça sent l’indignation généralisée des bonnes âmes qui vont s’insurger (le père Hessel sera fier dites donc !) contre les possibles amalgames, qui vont dénoncer un climat homophobe ambiant (sûrement la faute à Zemmour ou Dieudonné…),… Gageons que les lobbies LGBT seront à l’affût de la moindre expression négative quant à cette affaire et à l’orientation sexuelle de cet élu équilibré, qui n’est pas différent des autres (sic).

Il dénote… en quoi ? est-ce son raffinement trop visible ? son caractère versatile digne des plus grandes capricieuses ?… son orientation sexuelles revendiquée, voire utilisée comme carte de visite ?

Ne le stigmatisons pas, voyons !

Même si la présomption d’innocence est un fait, il est évident qu’il n’y a pas de fumée sans feu (vieille rengaine souvent vérifiée) et qu’il paraît curieux que, sur plusieurs centaines d’élus belges, un innocent soit montré du doigt par erreur…

De toutes les manières, il était bien dans ces toilettes sordides de station-service comme le confirme son avocat, Marc Preumont, pour des rencontres d’invertis (d’ailleurs, l’avocat s’escane en prononçant « communauté gay » !! hilarant !) : juste cette présence reconnue dans un tel endroit scabreux sur une aire d’autoroute est pitoyable, indigne d’une personne aux affaires publiques devant montrer la voie (si je puis me permettre…).

Et voilà que môssieur, sachant que la meilleure défense est l’attaque, sort les grands mots pour embobiner son monde, il sort le phrasé de celui qui est bien rodé aux éléments de langage à la mode : « Ces décisions n’impliquent de ma part aucune reconnaissance d’une quelconque culpabilité pénale et j’estime pouvoir bénéficier, comme tout citoyen, de la présomption d’innocence, garantie démocratique de notre état de droit »…

Mais bien sûr ! Tu ne reconnais rien… avant qu’un politique reconnaisse quelque chose, il faut qu’il soit au bord du précipice !

Bref…

Ce garnement n’en ai pas à sa première déconnade puisque cette « éternelle promesse » n’avait pas hésité à menacer anonymement le bourgmestre de Jemeppe-sur-Sambre, Joseph Daussogne, le 21 juin 2007, en envoyant sur son téléphone portable un message l’insultant et lui disant que sa maison allait être incendiée (source : article « Levée de l’immunité pour Jean-Charles Luperto » de 7sur7 du 1er octobre 2008).

Pourtant, « il est alors bien dans les papiers du président du parti Elio Di Rupo. » (source : Libre.be du 10-11-2014).montage Luperto Di Rupo

Tiens… un autre atout de la Belgique !

Il faut croire qu’ils n’aiment que le haut niveau là-bas…

Dans un royaume qui a eu à sa tête, l’autorité morale et exemplaire, Albert II, aux prises avec une affaire d’enfant adultérin (Paris Match du 26 septembre 2014), la probité a du plomb dans l’aile !

Ils ont un sacré choix avec Elio Di Rupo et sa tête de salace à noeud papillon à qui l’on ne confierait pas ses gamins (oui, je fais du délit de faciès mais non, je ne fais aucun amalgame entre homosexualité et pédophilie !!… d’ailleurs, il a été blanchi paraît-il…), avec Guy Coëme (2 ans avec sursis), un autre socialiste exemplaire condamné comme les vertueux du PS belge Willy Claes (3 ans avec sursis) et Guy Spitaels (2 ans avec sursis) dans l’affaire Augusta-Dassault relatée par l’Express du 9 mars 1995.

Il y eut avant lui Guido_Verhofstadt_die_30_Martis_2012une autre belle tête de vainqueur (là aussi, délit de faciès… je suis incurable !) en la personne de Guy Verhofstadt (ci-contre), un port digne des grands leaders, des charismatiques guerriers…

Lui, par contre, est un des rares à ne pas tremper dans des histoires de corruption (pour l’instant ?) mais ce sombre rongeur des valeurs traditionnelles et sensées de notre civilisation, qui n’a aucun souci financier à se faire (depuis mai 2012 il est, pour une durée de trois ans, administrateur indépendant du holding Sofina10. Il est également administrateur du Fonds de Pension néerlandais APG et de l’armateur Exmar. Ces trois mandats lui rapportent des revenus bruts respectifs de 130.000, 42.840 et 60,000 € en 2013 : c’est beau le socialisme !) et qui ose appelée sa nouvelle fondation « ceci n’est pas u ne crise » contre les nauséabonds replis identitaires, est entre autres à l’origine de la légalisation de la parodie de mariage des invertis, combat les souverainetés nationales en militant pour une Europe plus forte et condamne les démantèlements des camps de roms en France (camps qu’il n’a pas près de chez lui, bien entendu !).

Que dire de Patrick Moriau (PS), finalement reconnu en janvier 2007 coupable de faux et usage de faux dans une affaire de financement occulte de son parti (mais vu l’ancienneté des faits, il n’avait toutefois écopé d’aucune sanction… tiens donc !!..) et en 2011, il était rattrapé par une autre affaire, celle du projet immobilier CittaVerde à Farciennes qui lui vaudra d’être inculpé pour corruption passive. (source : Le Soir du 20 juillet 2013).

La liste est longue des donneurs de leçons socialistes dégueulant les mots d’égalité, de tolérance, de progressisme à tout va et qui n’ont pas plus de morale et d’honneur qu’un Ganelon (Georges Rovillard, Jacques Van Gompel, Jean-Claude Van Cauwenberge,…).

Tous ces salopards peuvent faire les pires actes, il suffit qu’ils s’excusent, comme a pu le faire Anne-Marie Lisier Lizin la présidente socialiste du Sénat en 2005 (La Libre.be du 12 mars 2005), ou qu’ils passent un coup de fil pour qu’ils ne soient pas inquiétés alors que les pauvres bougres réactionnaires comme moi seraient déjà en prison !!!

Ne parlons même pas de l’affaire des tracts à Huy en 2011 de la mère Lizin (source : 7sur7 du 31 mars 2011)montage Anne-Marie Lizin qui l’a fait condamner à 1 an avec sursis en 2013 (source : La Libre.be du 29 novembre 2013)…

Non mais regardez moi cette cabine de truie qui doit traquer à ses heures perdues les xénophobes, les homophobes, les europhobes de tout poil !!! Quelle exemplarité !!!

Et après cela, le « tous pourris » serait du populisme (ce qui n’est pas un gros mot !) ? serait un fantasme ?

Toutes les fientes sur pattes qui nous invectivent en nous faisant passer pour des complotistes décérébrés, je les conchie, je les vomis.

Pour revenir à notre éternelle promesse, à notre étoile montante du PS, et son « canular » téléphonique : « […] les choses se gâtent en 2007 à cause d’une blague de potache qu’il joue à Joseph Daussogne, le bourgmestre de la commune voisine de Jemeppe-Sur-Sambre. Sur un ton menaçant, Jean-Charles Luperto annonce à sa victime que sa maison va brûler. Jospeh Daussogne trouvera la blague tellement glauque qu’il portera plainte contre le député wallon devenu également bourgmestre de Sambreville en 2006. Il se chuchote que cette plaisanterie d’un goût douteux lui a coûté un poste de ministre en 2009. Le perchoir du Parlement de la Communauté française qui lui est confié à la place le consolera à peine. » (source : Libre.be du 10-11-2014).

C’est dire le niveau du gugusse et la valeur de sa conscience politique !!!

Cette interpellation pour exhibition et la mise en lumière de ce scandale ont en tous les cas un côté positif : il semble rester a priori quelques onces de bon sens à un peuple belge dont les politicards décadents ont adopté tous les standards idéologiques dissolus d’un Occident à la dérive !