Barbares modernes

 

montage barbarie moderne

Les derniers évènements découlant de l’expression des libertés individuelles de certains adorateurs d’une religion de paix et d’amour m’ont immédiatement fait penser à un phénomène en cours depuis longtemps sur nos propres terres françaises et basé sur le principe de la Tabula rasa : la destruction de notre patrimoine culturel et historique représenté entres autres par les édifices religieux catholiques.

Il ne faut avoir aucun doute quant aux motivations des barbares islamistes comme pour celles des barbares républicains, ces motivations découlent du même principe de destruction des livres, expliqué par  Roger Chartier (Le livre en révolutions, Éd. Textuel, 1997) : « De l’Inquisition aux nazis, la destruction obsède les oppresseurs qui, en anéantissant livres et auteurs, pensent éradiquer à jamais leurs idées. ».

Je suis scandalisé lorsque j’observe qu’à des milliers de kilomètres, de sombres crétins enturbanés s’arrogent le droit d’anéantir les oeuvres du passé, les témoins minéraux façonnés par les mains des hommes, témoins d’un glorieux passé qu’ils veulent oublier.

Avec eux, pas de fioritures, pas de détours, on s’attaque à ces perles architecturales ou sculpturales au bulldozer ou au marteau-piqueur comme n’importe quel demeuré inculte verserait de l’acide sur une perle de nacre.

Rien de surprenant venant de tels sauvages moyen-orientaux !

Par contre, ce qui est plus étonnant et risible en même temps, ce sont les postures offusquées des occidentaux qui ne disent pourtant pas grand chose à propos d’actions similaires chez eux, menées par de nombreux politiques permettant le saccage de patrimoines locaux inestimables.

Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication (quotas de la diversité et des jolis minois obligent), déclare « La destruction d’œuvres majeures du musée de Mossoul par Daesh est une tragédie culturelle et humaine, une catastrophe sans nom pour l’histoire de notre humanité.

En s’en prenant à des chefs-d’œuvre inestimables des périodes assyrienne et hellénistique, aux collections d’un très grand musée et aux trésors du patrimoine culturel mondial, c’est la culture, qui unit les hommes et ouvre les esprits, front de résistance et rempart contre l’obscurantisme, que ces terroristes ont voulu atteindre. ».

Quel vibrant plaidoyer pour la conservation du patrimoine !!!

Mais seulement celui de l’Irak, heinnnn… car les clochers de France n’intéressent personne par contre !!!…

La réaction de Toutmou par contre n’a pas été des plus virulentes, il a doucement accusé les jihadistes de vouloir « détruire tout ce qui est humanité » d’après le Sud Ouest du 27 février 2015.

Il faut dire qu’il a sûrement du prendre l’habitude de tels agissement en étant en charge des affaires nationales depuis 2012.

Il doit être dans la confidence de cette stratégie, idéologique avant tout, d’éradication des églises de France.

Oui, il s’agit bien d’une stratégie, d’une volonté claire et nette de faire disparaître les repères les plus visibles de ce qui fait France.

Comme cela nous l’est expliqué par Contre-Info (billet du 27 juin 2013), la destruction de l’église Saint-Jacques d’Abbeville  » n’était en rien une fatalité mais un acte volontaire décidé par Nicolas Dumont, maire socialiste d’Abbeville, dont la seule motivation était de détruire l’église sans nécessité.

On y lit qu’un square remplacera désormais l’église détruite. Et que, selon l’élu, cet aménagement « à la louche […] coûtera 2 à 3 millions d’euros ». Si l’on rappelle que le budget prévu pour la démolition était au minimum de 500.000 euros (c’est le montant qui avait été provisionné par la ville), on constate que le maire envisage, sans sourciller, une dépense totale de 3,5 millions d’euros pour remplacer l’église par ce square.

Or, le devis pour la restauration de l’église établi par un architecte des monuments historiques en 2008 était de 4,2 millions d’euros. Soit une différence avec ce qui a été fait de 700.000 euros, une somme qu’il aurait été facile de couvrir par des subventions et éventuellement une souscription (voir l’exemple de la commune d’Arc-sur-Tille). »

Il y a bien une volonté idéologique et politique à la passivité manifeste de certains élus face aux dégradations du patrimoine chrétien ou à leurs initiatives destructrices aboutissant dans les deux cas à la destruction peur et simple des témoins de l’histoire de France.

Quelle tristesse d’assister impuissants aux abus de pouvoir de quelques baltringues guidés par leur idéologie et de constater, amers, les dégâts irrémédiables qu’ils causent !…

Des édifices sont non classés ou jugés sans intérêts patrimoniaux ou architecturaux par quelques fonctionnaires zélés, certes avec des compétences en la matière mais qui sont surtout poussés par des consignes économiques et idéologiques de leur hiérarchie.

Ainsi, « l’État fait néanmoins valoir qu’il ne peut tout classer. Il y a en France 45 000 églises paroissiales, dont 35 % bâties au XIXe siècle, dans leur immense majorité non classées. Des maires tirent à tort la conclusion qu’ils peuvent démolir », explique Isabelle Maréchal, chef du patrimoine au ministère de la Culture en 2013, dans Le Point du 13 aout 2013.

Or, depuis la loi de séparation de l’Église et de l’État, en 1905, l’entretien des bâtiments revient aux communes…

Ainsi, dans le Figaro du 28 mai 2012, à propos de l’église Sainte-Rita de Paris, Françoise Hamon, secrétaire général de l’Observatoire du patrimoine religieux (OPR) et ancienne conservatrice des monuments historiques, dénonce une décision «symptomatique du mépris du néogothique en France» et explique que « Sainte-Rita est une autre victime emblématique de la vague de «déconstruction» des églises en France. ». De son côté, Mathieu Ricard, architecte à Paris, s’étonne que «si des associations de riverains arrivent à collecter 2 millions pour sauver leur église de campagne, comme on l’a vu plusieurs fois ces dernières années, les villes qui ont plus d’argent et des budgets spécifiquement alloués devraient y parvenir. C’est donc bien un problème de volonté politique.».

destruction-eglise-bassee-59-meilleure-photo-friche-urbaine_25088

Cette volonté politique, ce sont les magnifiques vitraux de l’église de La Bassée (59) et le corps de son bâtiment qui en ont fait les frais et qui ont subi le pire des sorts, celui de l’indifférence.

En effet, le prétexte pour la démolition d’une grande partie de cet ouvrage fut celui, falacieux, de l’altération trop avancée des matériaux de construction et donc qu’il s’agissait d’une décision prise pour la sécurité des citoyens…

À la place, on y a érigé un immonde bâtiment moderne, aux vagues allures de casque de gladiateur Thrace,

La_Bassée_Saint-Vaast_arrierePour Philippe Boutry, président de l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne, auteur du texte « Le clocher » dans Les lieux de mémoire, il ne fait aucun doute que « la mémoire est une construction sociale alors que l’histoire est une donnée, fondée sur des traces, des monuments ou des documents.

Pour qu’il y ait une mémoire vivante, il faut que le passé soit et demeure intelligible à une conscience moderne. La crise de la mémoire que nous traversons, et qui met gravement en péril les « lieux de mémoire » spirituelle qui nous ont été légués, est une crise d’intelligibilité collective du patrimoine religieux des XIXe et XXe siècles.

Elle entraîne en effet une grave déperdition de sens pour le village français en ce début du troisième millénaire et est inséparable d’autres facteurs de mutation rapide des sensibilités rurales comme l’affaiblissement des contraintes sociales et familiales et des réflexes communautaires, la mobilité accrue des propriétés et des personnes, la sécularisation, la privatisation et l’individuation des conduites et des pratiques individuelles et collectives. ».

On assiste donc, d’après lui et la sociologue française des religions, Danièle Hervieu-Léger, dans Le Point du 13 août 2013, à l’exculturation du catholicisme français et s’explique par un « désengagement spirituel » et est le symptôme d’une mutation profonde, qui met à mal le tissu social.

L’élimination des clochers du paysage français est bien un signe, un symbole d’une déliquescence nationale, le résultat d’actes barbares au sens premier du terme, générés par des forces étrangères à la France que ce soient les puissances économiques de l’extérieur ou que ce soient les forces politiques de l’intérieur plus citoyennes du monde que françaises.

N.B. : pour plus d’information, allez sur Patrimoine en blog et Églises menacées.

Pouvoir ministériel et franc-maçonnique

Depuis quelques mois,  je m’étais éloigné de ce blog pour diverses raisons comme le font certains compatriotes à l’image de l’Amiral , d’abord par manque de temps, entre le travail, les trois enfants, les activités musicales, associatives et sportives, les priorités furent vite ciblées, et ensuite aussi, par lassitude face à l’immense quantité d’informations arrivant de toute part et l’énorme quantité de faits politiques ou de discours idéologiques absurdes et impensables à devoir traiter.

Mais, même face à un flot quotidien d’agressions et de destructions des fondements de notre civilisation, de la société dans laquelle j’ai grandi et que je veux conserver en l’état, il faut s’efforcer de faire un tri et continuer à réagir, il faut occuper l’espace médiatique afin que notre « niche écologique » ne finissent pas par être envahie par toute sorte de parasites et autres espèces malveillantes.

C’est pour cela qu’à nos heures perdues, et Dieu sait que j’en ai quelques-unes en ces temps de convalescence, il est nécessaire d’alimenter nos blogues de la réacosphère. Nous sommes vivants et bien là. Le combat qu’il soit virtuel ou réel (de ce point de vue, il se fait un peu attendre me semble-t-il !) ne s’arrêtera pas tant que les forces visqueuses progressistes persisteront dans leur désir d’imposer à tous leur vision merdique de la société.

Ainsi, parmi les quantités astronomiques de nouvelles aberrantes, nous apprenons ici que le ministricule naturalisé Valls a fait convoquer par ses sbires de la Sûreté départementale Agnès Marion,conseillère d’arrondissement FN dans le 7ème arrondissement de Lyon et candidate aux européennes de 2014 (colistière de Jean-Marie le Pen) pour le simple photomontage ci-dessous.

Photomontage non conforme

Cette audition « libre » avait pour but d’établir les liens qu’elle entretiendrait avec le groupe « Les enfants des Terreaux », enfants-terreauxainsi que la part éventuelle que elle aurait prise à la conception et à la mise en ligne de ce visuel. Vous rendez-vous compte du crime ??!!… Cela méritait évidemment de faire perdre leur temps à la Sécurité départementale !

Agnès Marion explique : « Au delà des tentatives d’intimidations que la police a exercées sur l’élue et la candidate aux Européennes que je suis (convocation à domicile, menaces de perquisition, de garde à vue, etc.), qui sont autant de manœuvres indignes au moment où la campagne électorale bat son plein, il me semble que cet épisode nous éclaire un peu plus et sur la personne de notre 1er ministre et sur l’usage qu’il fait des services de l’État.

On peut regretter que, malgré des postures de « fier-à-bras », M. Valls fasse montre d’une sensibilité de jeune fille : sa réaction laisse penser que notre 1er ministre est, au mieux, hermétique à la tradition d’impertinence que tant d’esprit Français ont incarné, de Montaigne au professeur Choron en passant par Beaumarchais ou Honoré Daumier, ou qu’il est au pire dangereusement prompt à restreindre la liberté d’expression… ».

Pour plus de précisions, allez chez nos efficaces et scrupuleux compagnons du Salon Beige.

Comme si ce photomontage à propos du ridicule caudillo ne correspondait pas à la réalité, celle d’un petit ministre de l’intérieur frustré donnant des ordres disproportionnés et inadaptés aux « menaces » contre les forces de l’ordre, que j’évoquais dans un précédent billet où quelques « zélites » établissaient une hiérarchie dans les gazages de populations… Certes, les anciens et les petits-enfants des clichés (Manif pour tous, 24 mars 2013) ne sont pas morts…

Montage Valls gaz manif

Même ses camarades idéologiques de Médiapart s’indignent (ils ont l’habitude, sorte de réflexe éthologique) qu’il généralise ses méthodes de gazage au traitement du problème des gentils citoyens français ROMS !… Il pourrait se limiter à ne gazer que ces sales fascistes de la manif pour tous…

Mais sinon, aux dernières nouvelles, y a-t-il eu une quelconque convocation pour ce photomontage concernant Jérôme Cahuzac, l’ex-ministre délégué au Budget ??… Non, bien entendu, aucun intérêt, pas d’élections en vue, pas d’adversaire politique à harceler !

Photomontage Cahuzac conforme

Bon puisque c’est comme ça, j’y vais aussi du mien ! Il n’y a pas de raison que seule Agnès Marion soit convoquée !!

Montage Valls constipation

Ce qui est, une fois de plus, révoltant et horripilant, c’est l’abus de pouvoir exercé par des minables sans charisme, qui n’ont aucun fait de guerre (au sens propre) à leur actif et qui joue les guerriers, cachés derrière une fonction dont ils sont indignes et un service d’ordre « républicain » (police et magistrature) zélé qui met bien moins d’énergie à s’occuper des vrais racailles (souvenons-nous entre autres des verdicts inadmissibles et scandaleux dans l’affaire du RER D du mois de mars 2013, et des verdicts plus que cléments pour les casseurs de Nantes du 22 février dernier comparés aux condamnations contre les défenseurs du mariage, sans parler des « bousculades » à 1 millions d’euros des « supporters » du PSG) que des quelques résistants aux lamentables idées du Nouvel Ordre Mondial.

Gauche comme droite, il faut croire que le poste de ministre de l’Intérieur génère des comportements similaires puisque Sarkozy à l’époque avait déployé des moyens disproportionnés lui aussi pour satisfaire un de ses fils et retrouvé un scooter dérobé (ici).

L’utilisation des moyens policiers ou judiciaires à des fins politiques et personnelles est de plus en  plus banalisée et normalisée, à la vue de tous.

Le « deux poids, deux mesures » est une réalité ! Il ne s’agit pas d’un fantasme d’adeptes illuminés du complot !!….

La preuve en est avec la convocation de Guillaume de Thieulloy  au tribunal de grande instance de Paris pour un autre photomontage dénonçant les arrestations arbitraires des défenseurs de la famille et de la France. Résultat des courses : mise en examen pour diffamation ! Rien que ça !

La réalité dérange en Socialie, il faut la tordre pour arriver à ses fins, les adeptes d’Hollandie adorent l’inversion des rôles (pas qu’au niveau des sexes et des genres) : les victimes deviennent bourreaux, les résistants sont condamnés.

6a00d83451619c69e2017eea3cb5d7970d

Combien d’interpellations dans les milieux gauchistes qui ne connaissent ni la haine, ni la provocation, ni le rejet de l’autre ?

Combien d’enquêtes, de mise en examen pour ces insultes et appels aux meurtres ?

Pas de plainte en tous les cas des Enfants des Terreaux ! Pas comme certains glorieux et honorables apôtre de la F-Maçonnerie…

Graffitis Lyon appel au meurtre 06-12-2013

Finalement, nous le savons depuis belle lurette, les soi-disants « républicains » ne valent pas mieux que ceux qu’ils ont remplacés à coups de guillotine !

Tout se paiera un jour, les collabo seront tondus et les initiateurs du N.O.M., de la déconstruction de l’ancien monde  se balanceront en haut d’une potence.