Fumiste officiel

Chaque semaine, les dépêches ou articles de presse apporte de l’eau à mon moulin concernant le baltringue qui est au palais de l’Élysée. Lui, dans un palais…

Ce petit d’homme n’a rien trouvé de mieux que de sélectionner à l’aide de Google ceux et celles qui vont avoir un énorme niveau de responsabilités dans les affaires de la France ! (cf. article ci-dessous du 20 février 2016).

article Figaro 20-02-2106

Après avoir remanié plusieurs fois son gouvernement démontrant ainsi son incapacité à faire des choix judicieux sur du long terme et après avoir choisi de nombreux collaborateurs ayant été impliqués dans des procédures judiciaires alors que ce bonimenteur avait promis l’inverse dans le JDD du 12 avril 2012 :« Et si des élus, socialistes ou autres, sont condamnés pour des faits de corruption, ils ne pourront pas se présenter pendant dix ans. Je n’aurai pas autour de moi à l’Élysée des personnes jugées et condamnées. », il décide d’achever la liste de son équipe gouvernementale à l’aide de moteur de recherche d’internet plutôt que de se baser sur une connaissance approfondies de ses collaborateurs qui devraient être des personnes de confiance.

La fumisterie et le bricolage dans toute sa splendeur !

Ne parlons pas ici de son manquement récurent à sa parole donnée comme avec les élus justiciables qui ont été listés par le blog « Pas si dupes » (57 élus socialistes n’étant pas tous devenus ministres… heureusement !), auteur de ce joli montage.

les_co10

Avec son nouveau remaniement, il y a toujours une belle brochette de condamnés, d’inquiétés par la justice avec à nouveau Jean-Marc Ayrault ou Harlem Désir auxquels se rajoutent Jean-Michel Baylet, Ségolène Royal ou Jean-Marie Le Guen donc finalement, même sa sélection google est un échec.

Là-dessus, et alors que nous sommes en période de crise, que les dossiers d’importance s’accumulent, Toutmou n’hésite pas une seconde pour se lancer un nouveau défi, celui d’être le président qui se sera absenté de l’Élysée le plus longtemps pour un voyage hors métropole.

Comme nous le relate LCI du 21 février 2016, « le président entame ce dimanche ce qui sera le plus long périple de son quinquennat. Il se rend tout d’abord en Polynésie française et à Wallis-et-Futuna, puis en Amérique latine ».

Nous apprenons que : « Plus politique, l’objectif du déplacement en Polynésie sera, selon l’Elysée, de « solenniser une relation avec la République un peu abîmée et froissée » lors du précédent quinquennat, avec un « enjeu principal »  et « Le président avait indiqué dès 2012 sa volonté de parvenir à un rapprochement avec l’ensemble de l’Amérique latine », fait-on valoir à l’Elysée. « .

 

En premier lieu, est-ce à ce point terrible de dire le mot France ou nation plutôt que République ??!!… Il est bien digne des prêcheurs qui lui arrive de fustiger chez les catholiques ou les évangélistes ! Ensuite, il se vautre dans le petit jeu du dénigrement du président précédent… rien de nouveau. Et enfin, ce nain lipidique n’espère rien de moins que de rapprocher l’ensemble de l’Amérique latine de la France… rien que cela !! Quelle ambition démesurée alors qu’il n’est même pas fichu de rapprocher les communautés au sein de son propre pays !…

En plus, « il sera accompagné d’une délégation substantielle de responsables d’entreprises (Carrefour, Thales, Arianespace…), aucun accord économique ou contrat commercial ne devrait être signé, une entorse à la « diplomatie économique » chère au chef de l’Etat », même là, alors que ce voyage devrait coûter au peuple français une coquette somme, il ne va pas au bout des choses en ayant la ferme volonté de signer des contrats avec des partenaires économiques étrangers. Pourquoi diable alors prendre un délégation de responsables d’entreprises si ce n’est que pour faire du tourisme ??!!!…

Nous avons bien un branquignole aux commandes de notre nation mais nous le savions depuis longtemps.

Sinon, pour finir, l’immense Gérard Depardieu, lors d’une conférence de presse, a dit tout haut ce qu’une grande majorité pense tout bas de Toutmou : « Je me sens très russe, même à l’étranger. Comment ne pas se sentir plus russe que français avec le président qu’on a en France? Pour moi, y a pas photo», « lui qui avait acquis la nationalité russe en 2013 après une polémique avec le gouvernement suscitée par sa décision de s’installer en Belgique pour des raisons fiscales. » nous rappelle l’article du Figaro du 19 février 2016 relatant l’entretien.

Et de faire l’éloge de Vladimir Poutine en réaffirmant « son «admiration» pour Vladimir Poutine, «pour ce qu’il fait, et pour la population russe», «n’en déplaise à certains intellectuels français, y compris [ses] amis qui [lui] font des reproches» »

Entre un Poutine et un Hollande comme chef des armées, il n’y a « pas photo » comme dit Gérard !

 

Ce qui est rassurant, c’est que la côte de popularité de Culbuto s’effondre à nouveau et qu’une grande majorité de français n’ont plus confiance en lui, le Figaro du 20 décembre 2015 titre « Les français ne croient plus aux promesses de Hollande ».

Un désaveu cinglant, un constat pitoyable de sa politique (si c’est bien ce mot là qu’il faut utiliser…), l’article souligne de trop nombreux points d’importance pour qu’un homme digne de ce nom n’en tire pas des conséquences quant à son maintien à ce poste: « Après le matraquage fiscal du début de quinquennat, les Français ne se font guère d’illusion, non plus, sur une baisse de l’impôt sur le revenu en 2016: 84 % n’y croient pas, avec un niveau de défiance alarmant chez les femmes (88 %) et les fonctionnaires (89 %). La baisse des impôts est d’ailleurs, pour les Français, la réforme économique à conduire en priorité l’année prochaine (38 %).

[…] Quant à l’inversion de la courbe du chômage, promise déjà pour la fin 2013, la moitié des Français considère que le nombre de demandeurs d’emploi va au contraire progresser l’année prochaine.

[…] Enfin, la mise en œuvre du compte personnel d’activité (la grande réforme sociale du quinquennat, selon François Hollande lui-même), la suppression des 35 heures ou la réduction du nombre de fonctionnaires paraissent prioritaires pour moins d’un Français sur cinq. Seulement… »

INF270a4ecc-a725-11e5-8744-070ba4e7ed00-776x772

Nous allons devoir encore le supporter pendant deux ans à moins d’un miracle et qu’il annonce alors sa démission, ce que toute noble personne responsable ferait avec panache.

Mais ne rêvons pas, de noble, il n’en a que les deux syllabes formant le mot couillon.

Bref… Hollande est un fumiste !

[MAJ : depuis, l’ex-président du Sénat, Jean-Pierre Bel, dément avoir « googlisé » les futurs ministres dans le JDD d’hier 21 février 2016. Il dément… nous en prenons note mais les politiques parlent souvent avec la langue fourchue et tordue donc cette information de dernière minute n’enlève rien à ce billet.]

Effondrement français

19/06/1988. SOMMET DES PAYS INDUSTRIALISES A TORONTO

…ayant comme seule occupation de détruire la patrie.

Les coupables ont été ou sont aux commandes du bateau France qui sombre doucement mais sûrement vers les abîmes du N.O.M. multi-culturel et multi-ethnique états-unien dans l’indifférence la plus totale d’une grand majorité de son propre peuple, engloutissant avec lui l’exception culturelle et historique française sous le prétexte du bénéfique métissage et de la richesse du mélange culturel…

L’Homme moderne confond tout, relativise tout et il se noie dans ses sacro-saintes convictions républicaines du côté lumineux et éclairé de la force droits-de-l’hommiste-réinterprétés.

Il n’est pas nécessaire de se mélanger pour échanger et s’enrichir de l’autre, si tant est qu’il soit riche de quoi que ce soit.

Le mélange donne plus souvent un infecte mescladis dans lequel on ne distingue plus rien, surtout si certains ingrédients de ce mélange voient leurs quantités exagérées supplanter les ingrédients de base.

L’effondrement français est une réalité et un échec culinaire des responsables politiques et financiers de ces cinquante dernières années, lamentables cuistots de seconde zone, qui ont profité de notre nation et de sa population en jouant aux apprentis sorciers aux incantations funestes.

J’implore avec force et avec rage le sursaut national et la vraie justice qui convoquera la veuve pour tous ces salopards.

Égalité progressiste parfaite

 

montage Khomri vs Giroud

Comme d’habitude, les actualités défilent à une allure tellement ahurissante qu’il est toujours difficile, en tous les cas pour moi, de réagir instantanément aux évènements.

Concernant la sortie de l’éminence grise Myriam chez Bourdin le 15 novembre dernier, devant tant d’incompétence (face à la grossièreté et l’imbécilité de Bourdin), j’avais pensé à la phrase de Françoise Giroud mais pas au montage ci-dessus (merci à Contre-Info et Walfroy).

Même si, entre autres, Skandal en avait fait déjà le tour ici, je ne pouvais pas ne pas ajouter mon grain de sel.

Cette illustre inconnue n’est pas là par hasard, elle le sait très bien, bien qu’elle s’en défende (déjà pour les municipales de 2008, « les ténors du coin (Delanoë, Vaillant, Caresche…) cherchent un profil atypique. « Une femme jeune, issue de la diversité », se souvient le député Christophe Caresche » selon le Point du 2 septembre 2015 qui ajoute « Bertrand Delanoë, toujours friand de « diversité » et de visages frais, puis en 2014 Anne Hidalgo la nommeront adjointe »).

Issue d’une promotion, non pas « canapé » mais « gastronomique » suite à « un dîner qui a changé bien des choses dans la vie de Myriam El Khomri. L’an dernier, au début de l’été, l’ancien maire du 18e Daniel Vaillant convie à La Table d’Eugène, un restaurant du coin, plusieurs élus de l’arrondissement parisien et… le président de la République. Adjointe du maire de Paris, Myriam El Khomri, comme toujours souriante et chaleureuse, s’assied non loin de François Hollande. À peine deux mois plus tard, la jeune femme (37 ans aujourd’hui) est bombardée ministre de la Ville. « François Hollande s’est manifestement souvenu d’elle », raconte un convive« , elle n’a obtenue ce poste uniquement par népotisme puisque « Elle ne connaît pas grand-chose à la politique de la ville ? Et alors ? En 2008, elle ne connaît pas non plus grand-chose à la petite enfance quand Bertrand Delanoë la nomme adjointe à la Mairie de Paris »… tout est dit !

Cette personne n’a jamais travaillé dans le privé d’où son ignorance à propos des types de contrat que l’on y trouve comme le CDD, et c’est à « cette jeune femme de 37 ans, benjamine du gouvernement, inconnue du grand public, qu’incombe de réaliser enfin l’inversion de la courbe du chômage et de négocier les réformes ultra-sensibles de l’assurance-chômage et du Code du travail.  » (Les Échos du 2 septembre 2015) : on sent tout le sérieux de Toutmou, tout son intérêt pour le peuple de France !

Cerise sur le gâteau,  « C’est un pari », avoue-t-on au sein du gouvernement. Myriam El Khomri n’est pas à proprement parler une spécialiste des questions d’emploi… »  : un pari !!!…

Nos dirigeants jouent avec l’avenir des travailleurs français et des forces vives de notre nation ! Et personne ne relève tous ces aveux, personne ne s’indigne, notamment les spécialistes de l’indignation…

« En réalité, Manuel Valls entend s’y atteler lui-même. « La réforme du marché du Travail, ce sera la réforme du Premier ministre », prévient déjà un ministre. »… comment ? à quoi va donc servir cette fonctionnaire grassement rémunérée par les français ?… cette nomination ne serait donc pas un pur casting ??!!!… Vous dites qu’elle n’a pas été choisie pour ses origines ethniques ??…

Quelle mauvaise farce… et une nouvelle fois, ce sont les français qui paieront l’addition mais ils ont l’habitude et ils sont déjà passés à autre chose… certains finiront même par revoter pour cet armada d’amateurs puisqu’il suffit d’un dramatique évènement pour que Toutmou remonte de manière fulgurante dans les sondages (cf. Le Monde du 1er décembre 2015), sachant toutes les réserves que l’on peut prendre avec ces derniers et toute l’estime que j’ai pour eux

4822069_6_23c6_une-infographie-de-l-afp_870b20a1f24f700fa4dedb482e555970

En tous les cas, cette infographie est claire : ce ne sont pas les actions de Flamby qui le rendent populaires (popularité a priori) mais celles des autres, celles des ennemis de la France et de la chrétienté. Pitoyable inaction présidentielle…

Un escroc français !… fuyons !

montage Fillon opportuniste

On apprenait dans le Figaro du 28 octobre 2014, il y a seulement 6 mois, qu’au cours d’une émission de radio d’Europe 1, le député François Fillon expliquait : « J’ai toujours refusé de participer aux émissions que je ne considère pas comme de vraies émissions politiques, où on mélange politique et amusement », à propos d’un programme à venir auquel ont participé des politiques tels que l’ex-ministre UMP Michèle Alliot-Marie ou l’ex-député PS Julien Dray.

Il s’agissait en l’occurrence de « Politiques Undecover » (n’oublions pas l’indispensable terme anglais donnant ce côté branchouille, hype, d’un concept anglo-saxon creux et vulgaire), une émission décrite ici dans le Le Point du 15 décembre 2014.

François Fillon dénigre alors le modèle d’émissions de plus en plus présent sur les chaînes télévisées et tente d’apporter un certain sérieux à l’image de plus en plus dégradée du corps politique.

Du vent !

En effet, le 15 avril 2015, le même bonhomme se déjugeait publiquement sans sourciller (nous l’aurions vu sans problème sinon !!) dans l’émission Top Gear de la chaîne RMC Découverte, présentée par l’inélégant et pitoyable acteur Philippe Lellouche.

Rappelons-nous les paroles de Fillon : « J’ai toujours refusé de participer aux émissions que je ne considère pas comme de vraies émissions politiques, où on mélange politique et amusement »…

Top Gear, une référence en terme d’émission politique sérieuse comme chacun sait…

Magnifique !

Ce François de l’UMP ressemble à celui du PS qui est un plus grand champion du changement de direction (et qui pourtant dit « garder le cap »… allez comprendre !) et de trahison de promesses.

f5.highresCes splendides exemples de manquement à la parole donnée me font penser à deux ouvrages que j’ai découverts grâce à Jean Tulard au cours d’une émission f4.highrestélévisée sur l’Histoire de France, émission dont le nom m’échappe.

Ces ouvrages regroupent, sur une période allant de l’Ancien Régime à la Restauration, les opportunistes pour le premier et les fidèles à des convictions ou à une parole donnée pour le second : « Le dictionnaire des Girouettes » et « Le dictionnaire des Immobiles« , numérisés chez Gallica (l’un faisant 444 pages et l’autre 50… différence tragiquement banale !).

La trahison et le manque de droiture sont, on le sait, des sports nationaux pour nos politiques et pour tous ceux qui exercent une quelconque responsabilité, quelle soit syndicale (une pensée spéciale pour Édouard Martin chez Atlantico du 18 décembre 2013…) ou associative (Jean-Luc Roméro passé de l’UMP au PS, Figaro du 7 décembre 2009, ou Sébastien Chenu passé de l’UMP au FN, Figaro du 12 décembre 2014).

Merci en tous les cas à François Fillon pour la visibilité qu’il en donne.

Éloge de l’autorité

Sur Atlantico, le 19 mars 2014,  Michel Erman évoque, à propos de cette stupidité de « présidence normale », le dernier ouvrage du professeur émérite de philosophie (Paris X) Robert Damien, « Éloge de l’autorité : Généalogie d’une (dé) raison politique », paru chez Armand Colin.

couverture Éloge de l'autorité

« La notion d’autorité serait-elle devenue un archaïsme dans nos catégories politiques d’individus postmodernes ?

Quand on se rappelle un de Gaulle incarnant le chef avec ses qualités de prudence et d’audace ou un Mitterrand ne négligeant pas la posture de père de la Nation, comment ne pas broncher sur le « président normal » – oxymore calamiteux destiné à amoindrir la notion de pouvoir – et se demander si, en politique, la figure de l’autorité n’est pas passée de la volonté de servir en commandant à la nécessité de diriger en (com) plaisant. Ou comment faire croire qu’entre gouvernants et gouvernés règnerait une innocente égalité plutôt qu’une altérité médiatisée par les institutions !

Sans compter que l’Europe des marchés et la mondialisation dépouillent en partie ladite autorité de ce qui fait ses vertus : l’action sur le réel et l’exercice de la puissance. Soyons un rien irrévérencieux, aujourd’hui celle-ci ne se manifesterait-elle pas plus souvent dans le pouvoir de nomination que dans le pouvoir de décision… » Dans son Éloge de l’autorité, le philosophe Robert Damien rappelle que cette dernière s’autorise moins de la force que du symbolique et de l’éthique.

L’autorité permet l’exercice d’un pouvoir qu’elle transcende, lui donnant ainsi sa légitimité dans la société démocratique où il s’agit non d’ordonner mais de convaincre. Avec cette réserve qu’elle risque toujours de paraître soit excessive soit insuffisante. C’est précisément cette légitimité et ses nombreuses défiances que le livre interroge en relisant Machiavel, Tocqueville ou Bachelard. La démocratie est indissociable d’un idéal antiautoritaire, mais les citoyens manifestent toujours peu ou prou le besoin d’être « conduits », comme le disait Tocqueville. Ils attendent d’un chef de l’exécutif qu’il soit un meneur, et ils font parfois de lui leur idéal du moi.

Comment concilier ces idéaux sans y voir le culte du désordre et celui de la servitude ? Certains répondront qu’il faut substituer à la verticalité du pouvoir et au spectre de la loi une horizontalité des délibérations et des décisions, il s’agit plus ou moins de la fameuse démocratie participative.

En contrepoint, Robert Damien réhabilite le conflit en démocratie : en suivant Machiavel, il soutient que les individus entrent en compétition pour échapper à la domination et, dans le même temps, se perfectionner, de là naît une hiérarchie juste. Si la thèse est classique, ce qui l’est moins est de faire de la règle du jeu et de l’esprit d’équipe le modèle du contrat social puis de l’entraîneur sportif celui du chef politique incarnant l’autorité. On lira à ce propos les belles pages que l’auteur consacre au rugby et dans lesquelles il rend à l’autorité acceptée son sens étymologique d’augmentation de soi. Entre la méditation et le traité, cet ouvrage, exigeant, peut se lire comme un miroir tout à la fois des princes et des citoyens. »

2014 le bilan

Comme certains de mes petits camarades de la réacosphère comme Carine, l’Amiral et Skandal, je me soumets à l’exercice de présentation du rapport annuel 2014 de mon humble établissement qui sert de refuge à mes observations, mes pensées, aux musiques que j’apprécient ou mes témoignages quant à mes lectures.

Il paraitrait que des lutins statisticiens que le père Noël a foutu dehors ont vendu leurs services au plus offrant et c’est WordPress.com qui a récupéré l’équipe de choc qui s’occupe de rédiger ce fameux rapport.

présentation résultats

En voici un extrait :

chiffres intéressants

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Il est curieux de constater que mon meilleur jour est le mardi comme chez Carine et Skandal (avec son mercredi, l’Amiral fait son rebelle ou son instit… ah non, mince, nous sommes à présent à la semaine de 4 jours et demi…) mais je suis bien loin de leur popularité avec mon petit 25 000 visites (69 000 chez le charmant volatile, 130 000 chez le chirurgien et 210 000 fois chez le catapulteur).

Rien de bien grave puisqu’en ce qui me concerne, même si ces statistiques donnent des indications intéressantes, le plus important est d’amener ma pierre à l’édifice de la réaction et de la conservation.

Ceci dit, les visites entre 2013 et 2014 ont doublé donc je vais poursuivre mon entreprise en essayant de faire mieux l’an prochain, m’efforcer d’être plus intéressant, plus percutant… nous verrons bien.

Petit à petit l’aiglon fait son nid et comme l’écrivait Frédéric Mistral : « Race d’aiglon, jamais vassal ! ».

Je ne lâcherai donc rien, nous ne lâcherons rien jusqu’à ce que ce foutu monde retrouve son bon sens et sa cohérence d’antan.

Merci à toutes et à tous que vous soyez des visiteurs réguliers ou de passage.

Une salutation particulière à mes contributeurs les plus assidus que sont Carine, Josette, Paul-Émic et François le français ainsi qu’à mes référants, le surprenant Corto en première place, le très joueur Pharamond, la joviale mouette (décidément ! 😉 ), l’excellent Noix Vomique et l’enfant terrible Brebisgalleuse.

Excellentes fêtes de fin d’année et rendez-vous pour une année 2015 qui nous réserve de nombreuses surprises !

PHO46137042-8d21-11e4-b435-046264622a48-640x230

95464520_o

(montage trouvé par hasard chez « semaine de Gaby« )

montage Joey Starr président