Frissons rythmiques et patriotiques (6)

« Oh, I wish I was in the land of cotton,
Old times there are not forgotten.
Look away, look away, look away Dixie Land!

In Dixie Land, where I was born in,
early on one frosty mornin’.
Look away, look away, look away Dixie Land!

Then I wish I was in Dixie! Hooray! Hooray!
In Dixie’s Land I’ll take my stand, to live and die in Dixie!
Away! Away! Away down South in Dixie!
Away! Away! Away down South in Dixie!… »

Daniel Decatur « Dan » Emmett – I Wish I Was In Dixie Land – 1859

Petit clin d’oeil à notre chère Dixie en espérant qu’elle revienne en réacosphérie !…

Le dormeur de Notre-Dame

Mardi 21 mai 2013, un patriote, un intellectuel, un père de famille s’est sacrifié sur l’autel de l’ancien monde dans l’espoir d’accélérer le réveil du peuple de France et d’Europe face à la démolition méticuleusement organisée de notre splendide et glorieuse civilisation occidentale.

Je voulais écrire un texte en sa mémoire ayant quelques uns de ses ouvrages dans ma bibliothèque et étant un fidèle lecteur de la NRH mais finalement, Dixie qui ne le connaissait pas a écrit un hommage magnifique et émouvant d’une portée allant bien au-delà de mes voeux.

Merci à elle !

Malgré un parcours chaotique avec quelques étapes auxquelles je n’adhère pas forcément, son discours sur notre époque, sa culture et ses références en font un homme dont je me sens proche comme de nombreux camarades bloggeurs.

Le début de son livre « Histoire et tradition des Européens » illustre à merveille mes propos et je ne peux m’empêcher de vous faire partager ces quelques lignes.

« Ce livre a commencé d’être écrit dans les premiers jours d’un nouveau millénaire. Il est né d’une souffrance surmontée, d’une très ancienne méditation et d’une volonté. Ce n’est pas dans la mollesse, mais dans la fermeté de l’esprit et la résolution du coeur que sera engendré notre avenir.

…(citant Simone Weil la philosophe) » L’Europe a été déracinée, coupée de cette antiquité où tous les éléments de notre civilisation ont leur origine ». Victimes de leur acculturation, les Européens vont donc chercher ailleurs et dans la négation d’eux-mêmes des remèdes illusoires à leurs maux. »

Voilà, un homme qui dès les premières pages cite Ortega y Gasset et Simone Weil n’est pas un mauvais homme.

Pour finir, voici son ultime déclaration trouvée sur fdesouche (merci Carine !).

dolvuv.jpg

Je dédicace à Dominique Venner et à toute sa famille ce magnifique morceau, certes mélancolique mais plein d’espoir lorsque l’on se met à lire le poème de Georges Meredith associé à cette oeuvre.

Ralph Vaughan Williams – The Lark Ascending – 1920

Adieu valeureux guerrier…