Promesses cordicoles

« Trois jours avant le résultat des élections européennes, c’est un chanteur, Yannick Noah, hollandiste convaincu, qui s’était fendu d’une déclaration fracassante: «Je soutiens toujours François Hollande… C’est simple, si le FN arrive en tête aux élections européennes, je quitte la France.» L’ex-champion de tennis est un adepte sur le court comme dans la vie de la volée claquée. Spectaculaire, il ne fait pas dans la nuance. On devra attendre quelques semaines, voire quelques mois, pour voir s’il met sa menace à exécution. » pouvions-nous lire dans le figaro du lundi 26 mai 2014.

Immédiatement, il met venu à l’esprit les différentes personnalités qui ont évoqué voire mis en pratique leur exil, a priori si préjudiciable pour la France (Depardieu, Arnault, Noah,Aznavour,etc)…

C’est dire déjà l’importance que se donnent ses rigolos, notamment cet ex-tennisman, médiocre chanteur de soupes et grand moralisateur devant l’éternel (en ayant eu trois femmes Cécilia Rhode, Heather Stewart-Whyte qui l’assigna en justice et Isabelle Camus, avec lesquelles il eut respectivement 1 garçon et 1 fille, deux filles, et un garçon… c’est dire la grande stabilité affective de cet homme, une homme sur qui l’on peut compter !).

Tu dis que tu veux te barrer et bien…

Montage Noah casse-toiNous ne te retenons pas !

Mais, étant habitué à cette pratique dans ton milieu qui consiste à promettre mille et une choses sans lendemain, je pense que ce n’est pas tout de suite que nous aurons le privilège de ne plus t’avoir sur nos terres. En effet, tu nous l’avais déjà promis en 2007 et tu avais alors trahi ta parole comme le relate le NouvelObs du 29 mai 2007.

On pouvait lire : « Yannick Noah est décidé à rester en France malgré l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République. Le chanteur, ancien champion de tennis, qui avait annoncé son intention de quitter la France en cas de victoire du candidat UMP, explique dans une interview au Parisien/ Aujourd’hui en France du vendredi 25 mai qu’il n’a « pas de haine, pas de rancœur ni de rancune ».(…)Yannick Noah critique aussi la création d’un ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale: « mon côté africain n’est pas très à l’aise avec cela ». « 

Pas de haine, pas de rancoeur… encore heureux ! Avec tout ce que la France a fait pour toi !…Quant à ton côté africain, cette seule remarque montre bien ton sentiment ambivalent face à l’identité française. On n’appartient pas à cette communauté qu’en étant titulaire d’une pièce d’identité !

Cet individu ne doit sa notoriété qu’à un seul titre en simple gagné dans sa vie, celui de Roland Garros en 1983, sinon c’est le désert absolu. Son investissement calculé aux restos du coeur ne leurre plus personne, même une ancienne sans-abri le balance ici.

Pour finir, ce grand pourfendeur de la peste bleu marine doit en avoir marre de cette France moisie qui rejette l’Europe des États-Unis et de la globalisation, et doit surtout être très frustré que sa petite personne tellement importante pour les français (quand on le dit que les sondages, c’est de la merde !!… il ne fallait pas les croire Yannick !!) ait perdu son procès  face à Marine Le Pen nous rapporte Libération, qui l’avait qualifié sur un plateau de Canal+ «d’exilé fiscal» qui a «planqué» son argent à l’étranger. Elle avait rajouté «Cela veut dire qu’au lieu de payer ses impôts en France, eh bien ce monsieur se permet de donner des leçons de morale», «de donner des leçons de charité et de partage alors que lui, il ne partage rien, que son argent il est planqué et qu’il n’en fait pas profiter les malheureux Français».

Il ne veut rien partager au vu de ses nombreux litiges avec le fisc, il fait des promesses qu’il ne tient pas, il a une procédure aux fesses devant le conseil de Prud’hommes de Bobigny (Rabra Bendjebbour, l’ancienne nounou du fils de Yannick Noah et sa compagne Isabelle Camus, les poursuit pour « esclavage » et « abus de confiance »)… définitivement, casse-toi !

 

Aberration contemporaine

Alors que je suivais avec grand intérêt le match Racing-Métro vs Toulon qui s’est achevé par une belle victoire des parigots 14 à 3, je me suis mis à zapper au cours de la mi-temps, bien que les commentaires d’Éric Bayle et Thomas Lombard soient souvent efficaces et instructifs avec leur chouette palette.

Je suis tombé sur le classique Louis de Funès et « La Folie des grandeurs » de Gérard Oury CINE-CLUB+GAUMONT+LA+FOLIE+DES.. , film sorti en 1971 et diffusé depuis une quantité innombrable (ou pas…) de fois à la télévision , puis sur une tripotée d’émissions plus ou moins identiques (et merdiques sans intérêt), sur l’excellent Charlot et « Les temps modernes » (1936) Les-Temps-modernes_reference , lui aussi vu et revu, et parmi les très nombreuses fadaises des chaînes gratuites de la TNT, j’ai aperçu sur NRJ12 les mimiques débiles de Rowin Atkinson dans le non-moins débile « Bean, le film le plus catastrophe » (j’aurais plutôt employé le terme de catastrophique).

Mr Bean

Ce film a réalisé en France lors de sa sortie en 1997 environ 3 millions d’entrées… 3 millions… comment est-ce possible que des séquences aux effets « comiques » plus que discutables, aux gestuels se rapprochant plus des troubles du comportement, puissent intéresser autant de mes contemporains ???!!…

Les nombreuses scènes que j’ai pu visionner sur le net m’ont laissé plus que sceptique sur la qualité globale de ce que l’on peut, en fait, appeler un navet. Je suis à vrai dire inquiet sur l’état général des capacités d’analyse de mes concitoyens qui arrivent d’ailleurs à placer Noah ou Goldman en personnalité préférée !

Comment peut-on s’esclaffer devant la scène de l’éternuement de Bean face au tableau de James Abbott McNeill  Whistler ??…

Bean vs Whistler

En fait, si je cite cet épisode, c’est parce qu’il me rappelle l’évènement pathétique qui s’est déroulé en août 2012 à Borja (Espagne) lorsqu’une octogénaire a « restauré » l’oeuvre « Ecce homo »…

221852_ESP0001ee175219--469x239

…résultat déplorable et catastrophique que bon nombre de personnes ont salué, une pétition a circulé sur internet pour conserver cette « œuvre culte » ainsi «restaurée» en expliquant qu’il s’agissait d’ « un reflet intelligent de la situation politique et sociale de notre temps » (quelque 20 000 signatures furent récoltées), et le nombre de visites de l’église de Borja a explosé mettant en suspend le projet de réparation des dégâts (ici). Consternant !

Ceci me confirme la dégradation mentale d’un nombre de plus en plus grand de mes contemporains.

Pour en revenir à Bean, avec son faciès de demeuré forçant le trait de son personnage et donnant l’impression de s’adresser à des corniauds, je m’interroge sur son succès, sur cet engouement qui est, à mes yeux, une aberration anthropologique, au même titre qu’il m’est inexplicable qu’un grand nombre de français apprécie et rigole des sorties de l’inverti de service Laurent Ruquier.

laurent-ruquier-1_reference_article

Ce dernier, fier de ses jeux de mots misérables sur des sujets politiques et sociétaux majeurs (soutenus par des applaudissements commandés) et exhibant ces derniers temps un anneau à sa main gauche représentant l’infamie comme une énième provocation de la France normale, rencontre auprès de nombreux français un écho favorable incompréhensible et a, au sein du service audiovisuel public, une importance injustifiée. Là encore, une aberration contemporaine…

En tous les cas, on me dira ce que l’on voudra sur l’évolution du comique au cinéma, sur le décalage de notre humour avec celui des britanniques,… il n’empêche que, sans vouloir faire le vieux con mais je le fais quand même (et je ne suis pourtant pas vieux !… « c’est dire ! » ironiseront les gauchistes qui me liront),  les Monty Python évoluaient dans les stratosphères du sarcasme en comparaison avec ce pauvre ahuri d’Atkinson. Ce dernier n’a d’ailleurs rien inventé puisque ses déplacements loufoques ne sont que la reprise des « Silly walks » (pas forcément désopilant d’ailleurs !) de l’épisode 14 de MP Flying circus (1970)…

Et lorsque l’on écoute les babillages ironiques de Ruquier, je ne puis m’empêcher de penser à cette phrase de Charles-Augustin Sainte-Beuve : « Gardons nous de l’ironie en jugeant. De toutes les dispositions de l’esprit, l’ironie est la moins intelligente« , et je me dis que cette citation prend alors tout son sens !

Après ce tour d’horizon express du programme télévisuel de ma soirée dominicale, je suis donc vite revenu aux fondamentaux, aux coups de casques de Botha et aux charges de Ducalcon, cong !… c’est tout de même d’un autre niveau…