De retour

J’avais laissé fin juillet mon lugubre établissement portes mi-closes pour me rendre, comme tout bon festaïre, aux traditionnelles fêtes de Bayonne.

Cette féria bien réactionnaire avec son folklore très codifié, ses bandas odieusement autochtones et sa gastronomie  trop typiquebayonne1, fut un excellent millésime, d’une cuvée à la hauteur de la qualité de son affiche affreusement xénophobe puisque l’on y retrouve de nombreux éléments que tout bon gauchiste exècre, à savoir l’utilisation nauséabonde du bleu, blanc, rouge pour le titre (faisant appel aux plus bas instincts patriotes), l’absence d’individu issu de la formidable diversité multiculturelle française, une unité vestimentaire terriblement conforme (couleurs qui devraient être le bleu et le blanc pour respecter celles de Bayonne) et la présence d’un ensemble musical bien trop spécifique et pas assez ouvert aux musiques du monde…

Bref, nous étions bienheureux dans un entre-soi culturel, soi-disant rassurant (si,si ! ce sont les détenteurs de la vérité, les bien-pensants qui le disent !! l’entre-soi est uniquement RASSURANT on vous dit !), parfois bien triste en observant dépités les loques avinées se trimbalant hagards ou se vautrant lamentablement dans les caniveaux, mais le plus souvent, joyeux, festif, amical, permettant de multiples rencontres et de nombreux échanges avec une grande diversité de personnages sans pour autant qu’ils proviennent de contrées au-delà des mers ou des océans.

De retour au bercail et avant de repartir pour finir le mois d’août dans les Alpes, je pris une importante décision, celle de démissionner de mon poste d’enseignant après plus d’une décennie de bons et loyaux services au sein d’une structure agricole que je qualifierai d’ingrate, ayant à sa tête depuis deux ans une carriériste, pas des plus finaudes, qui m’empoisonnait le quotidien en m’imposant par sa simple présence et sa vulgarité intrinsèque, le cruel constat de la terrible réalité consistant à trouver de plus en plus d’affreux incompétents à des postes à responsabililtés.

Difficile de se battre contre des moulins à vent même aux ailes trouées lorsque l’on est tout seul, sans le soutien en premier lieu de ceux qui subissent eux aussi les humeurs aléatoires et les fourberies de la frustrée en poste, ou simplement des collègues de travail qui n’ont pas pris la mesure du problème, pourtant tellement représentatif de notre société en perdition. Il valait mieux partir, ce que j’ai fait sans hésiter.

Ainsi, depuis le mois de septembre, ai-je intégrer un nouveau poste, toujours dans le milieu éducatif mais en m’occupant à présent de jeunes délinquants… tout un programme ! En tous les cas, ceci me permet de toucher du doigt le volet judiciaire concernant les mineurs de ce pays, et d’être le témoin direct de ce que Zemmour dénonce concernant certaines statistiques ethniques.

Tous ces évènements, plus ceux liés à la rentrée scolaire et à la reprise d’activités bénévoles, ne m’ont pas permis d’éditer de nouveaux articles malgré une actualité toujours aussi riches en absurdités et en immondices. Il faut dire que cet éloignement de la vie numérique me convenait et je n’étais pas assez concentré et motivé pour m’y remettre.

Maintenant que les choses se stabilisent et se régularisent, j’ai une grande envie de revenir pour retourner l’enseigne de mon troquet du côté « ouvert », encore plus quand je lis les billets des uns et des autres qui n’ont pas cessé leur excellent travail d’analyse et de ré-information. Sans parler du mémorable déjeuner de blogueurs à la mi-septembre qui m’a permis de rencontrer des gens forts sympathiques et intéressants, bien loin des caricatures des affreux réac mangeurs d’enfants et adeptes des HLPSDNH.déjeuner blogueurs Aveyron 2 19-09-2015

Dans un cadre champêtre des plus agréables et au cours d’un déjeuner des plus réussis tant au niveau des plats que des breuvages, j’ai pu mettre des visages à des animateurs de blogues que j’appréciaient déjà par leurs écrits comme l’Amiral, Marc, Boutfil (crédit photo). Ce rendez-vous et nos discussions m’ont permis de confirmer tout le bien que je pensais d’eux. J’ai aussi eu le plaisir de rencontrer Gilles, Dominique et Sylvette, compagnons de route des uns et des autres.

Un grand merci à notre hôte (du jour en ce qui me concerne car la joyeuse troupe était là pour quelques jours), l’affable Corto, qui a réuni tous les ingrédients pour que ce moment soit marquant et inoubliable.

Pour le moment, en tous les cas, les affaires reprennent.

À la lecture des journaux et au vu des informations télévisées, il y a toujours moult grain à moudre et d’incessantes raisons de ne pas se taire et d’investir comme l’on peut l’espace numérique pour participer au réveil français, à l’élan patriote d’une future réaction salvatrice face à ce monde chaotique qu’il faut combattre et anéantir, en entraînant dans sa destruction tous ses serviteurs de gauche comme de droite.

Tiens… cela me fait penser au début d’un excellent film « Mad Max »,MadMax_MaxatOverlook_0206_1635_003 nous nous dirigeons vers un chaos similaire mais contre lequel se dresseront, non pas quelques Max par ci par là, mais des légions de français qui compteront ceux de la réacosphère !

J’en suis convaincu !

Paradoxe cordicole

montage altitudesDrôle d’époque que nous vivons : les chantres de la chasse aux discriminations et de l’ouverture aux autres font la fête à des associations ayant des critères d’adhésion bien précis et dans lesquelles les gens recherchent à se retrouver entre eux !!…

Ainsi, en pleine errance télévisuelle, je tombe tout à l’heure sur l’émission « La nouvelle édition » de Canal+ la-nouvelle-edition-mardianimée par Ali Badiou qui est assisté par une fine équipe de gauchistes bien-pensants dont le fameux Nicolas Domenach, toujours prompt à faire la leçon de morale à Zemmour dans « Ça se dispute » sur i-télé.

Le sujet que les champions de l’indignation et du « choquage » (expression zemmourienne) abordent alors est celui des personnes de grandes tailles dans nos sociétés occidentales dans une enquête nommée « Dans la peau d’un grand ».

Il y a donc dans le reportage de la publicité pour « le salon des grands » banniere-salon-des-grands

et pour une association appelée « altitudes » qui permet à tous les géants parisiens de se retrouver entre eux.

logo_altitudes

Cette association est présidée par Didier Mattiuzzi qui d’abord nous explique que les personnes de grandes tailles doivent payer plus cher leur billet d’avion car elles prennent plus de place… on sent la pleurnicherie cordicole à base d’horribles standards discriminatoires !

Mais il paraît évident qu’étant donné l’existence d’une taille moyenne de 1m75 pour les hommes, autour de laquelle une grande majorité d’habitants, et donc de potentiels voyageur par les airs, se retrouve, et bien, il parait évident disais-je que les industriels adaptent leurs produits au plus grand nombre !

Comme il me semble indiscutable qu’une personne de grande taille (ou obèse) soit dans l’obligation de payer plus cher qu’une personne dans la norme étant donné que la masse des passagers a une incidence directe sur le carburant consommé !!… les tarifs des billets d’avion devraient être au prorata de la masse des gens comme il y a des tarifs différents adaptés aux masses des bagages.

Ceci dit, le paradoxe que j’ai relevé est venu juste après.

Le reporter Yvan s’entretient avec Benjamin, membre de l’association avec ses 1m96, et ce dernier lui explique « que l’on soit tous à la même hauteur, on se sent plus à l’aise, plus normal, pour une fois ça change ». Pour terminer, Yvan nous explique que l’adhésion à « Altitudes » n’est possible que si vous faites au minimum 1m90 pour les hommes et 1m80 pour les femmes, et que « les grands ont décidé de se fédérer ».

On passe alors à la séquence en plateau et là…rien !!!

Quelques boutades, une ou deux informations peu passionnantes mais rien d’autre…  rien sur l’immonde publicité pour un entre-soi intolérable, pour des critères d’adhésion hautement discriminatoires !!!

Peut-on imaginer une seconde Badou et Domenach en train de rigoler sur un sujet traitant d’une association exclusivement destinée à des blancs ??!!!…

Il existe le CRAN pour les noirs, il existe des équipes de football de portugais,… et cela ne choque pas du tout les commissaires politiques du vivre-ensemble !

Ce qui m’excède le plus, ce n’est en aucun cas que de telles associations existent mais le deux poids, deux mesures des gauchistes.

Il est normal que les gens recherchent leurs semblables, normal qu’il y ait donc apparition de ce qu’ils appellent ghettos de communautés. Ceci ne veut pas dire pour autant que l’on rejette l’autre, que l’on vomit la différence !!

Saloperie de paradoxe cordicole ! Vive les clubs réservés seulement aux hommes, vive les bains-douches réservés uniquement aux femmes !!!

Je ne parle même pas d’Yvan qui n’a qu’une seule explication à la grandeur des hollandais ou des allemands : leur alimentation riche en protéines… rien sur des milliers d’années de sélection génétique et de reproductions entre grands !!…

La génétique, c’est tabou, c’est nazi…