Va te faire empapaouter Mark !

Merci à Paul de l’Échelle de Jacob ! J’ai le bouquin en bibliothèque mais je ne connaissais pas le site du même nom (on ne peut malheureusement pas laisser de commentaires)… il vaut vraiment le détour !

Dans cette extrait vidéo posté le 18 juin 2021, Roger Waters atomise Mark Zuckerberg lors d’une conférence à New York, le 10 juin dernier, pourtant consacrée à Julian Assange. Il en profite donc pour faire une digression percutante qui fait plaisir à entendre !

RTBF nous résume ses propos dans un billet du 15 juin 2021 : « Il a expliqué avoir récemment reçu une demande de la part de Mark Zuckerberg pour utiliser son titre « Another Brick in the Wall (part II) » dans une publicité qui ferait la promotion d’Instagram. Il aurait reçu une très belle somme d’argent pour ce faire mais il a refusé.

Il s’explique : « Ils veulent prendre le contrôle sur tout. Et donc, ceux à qui il reste un peu de pouvoir, comme moi, dans le sens où j’ai encore les droits sur mes chansons, peuvent décider de ne pas participer à ces conneries, Zuckerberg. »

Il poursuit : « Ils veulent agrandir encore plus Facebook et Instagram pour pouvoir encore nous censurer, nous tous ici présents, et ainsi faire taire des personnes comme Julian Assange. »

Il a ensuite fait référence aux débuts de Mark Zuckerberg, lorsqu’il était encore à Harvard à créer FaceMash, une sorte de Tinder où les utilisateurs pouvaient comparer la beauté des étudiantes : « On se demande comment ce petit enfoiré, qui a démarré en cotant des filles : « Oui, celle-là vaut 4/5… Ou celle-là est moche, on lui donne juste 1/5″… Comment ce type a pu acquérir autant de pouvoir ? Et pourtant il y est parvenu, et c’est l’un des idiots les plus puissants du monde ».

Dommage qu’il ait, dans le même temps, des comptes sur Facebook et Instagram, ce qui semble à première vue paradoxal… Mais, face à de tels rouleaux compresseurs médiatiques, on se demande si il n’y a pas uniquement, comme moyen efficace, une lutte de l’intérieur pour donner un espoir de faire bouger les lignes un de ces jours !…

La balance est bousillée depuis un bail !

Rien de nouveau sous le soleil… dès qu’un arriviste se retrouve aux responsabilités, il se croit tout permis, encore plus dans une Ripoublik bananière.

Voici un exemple, parmi tant d’autres, trouvé sur Contre-info.com et datant d’aujourd’hui, le 20 mars 2020 qui illustre bien le « deux poids, deux mesures » des « gauchistes de l’égalité sans limite » alors qu’il n’y a aucune urgence absolue et vitale.

Cela me rappelle une phrase de Nicolás Gómez Dávila qui explique dans Carnets d’un vaincu (Éd. L’Arche, Paris, 2009, p. 70) : « Il suffit au dirigeant actuel de se proclamer de gauche pour que tout lui soit permis et que tout lui soit pardonné« .

La balance de l’équité, de la justice est bousillée depuis un bail dans ce pays et surtout, elle n’est pas réparée.

Faudrait pas déconner non plus !

Le député Laetitia Avia, censeur d’internet, veut forcer son attachée parlementaire à enfreindre le confinement

« Laetitia Avia est ce député africain chargé d’organiser la censure complète d’internet pour le compte du Régime. Elle s’était auparavant fait connaître par un comportement frisant le cannibalisme.

« Restez chez vous et recourez au télé-travail ». La consigne du gouvernement est plutôt claire. »

« Or, selon des informations de Libération mercredi, une élue ne donnerait pas vraiment l’exemple. Il s’agit de Laetitia Avia, députée LREM de Paris. Cette dernière insisterait pour que son attachée parlementaire, pourtant confinée dans sa maison secondaire dans le Gard, revienne dans la capitale.

«Cette collègue est en vacances depuis le 7 mars dans le Gard et sa députée veut depuis lundi soir (soit après l’allocution d’Emmanuel Macron, ndlr) qu’elle rentre à Paris. Ce qu’elle a clairement refusé pour faire prévaloir sa santé. Cela n’a aucun sens», a déploré Laurence de Saint-Sernin, la secrétaire générale du syndicat Solidaires de l’Assemblée nationale, alertée mardi. Détail notable : l’attachée parlementaire est atteinte d’une maladie auto-immune, ce qui l’expose davantage au risque de contamination du coronavirus. Pour la secrétaire générale du syndicat Solidaires, Laetitia Avia «met en danger sa collaboratrice, prend le risque de propager l’épidémie et ignore les règles liées au confinement de la population». Selon Libération, la députée LREM aurait même proposé de demander au ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, de mettre des moyens en œuvre pour assurer le retour de son assistante. […] » (source Le Figaro)

Ce « deux poids, deux mesures » est la règle depuis toujours mais ces dernières décennies, il s’agit le plus souvent d’une balance ne penchant pas pour les Français de souche, les natifs européens enracinés de longue date. Ainsi, le 17 mars 2020, Contre.info balançait aussi cette information :

« Fabuleux message d’une préfecture posté sur Twitter (à 23h28 lundi!). D’autres préfectures ont fait de même.
Voici bien les priorités du Régime.
La « préférence étrangère » parfaitement illustrée.

Les Français discriminés négativement, chez eux. »

« Comme c’est la guerre (comme s’en ait gargarisé le minot puisqu’il n’est pas foutu de déclencher la vraie contre les envahisseurs, les destructeurs de notre. monde), les services publics sont interdits aux Français, mais pas aux clandestins».

 

Hypocrisie bobo (2)

Après la publication du précédent billet, à propos du paradoxe bobo, j’ai repensé à un entretien que j’avais vu après mon virement idéologique, cette vidéo sur Yves Cochet m’avait conforté dans mes choix que j’assumais déjà pleinement.

Yves Cochet, ancien ministre de l’Environnement (2001-2002) et véritable bobo (citadin écolo gaucho vivant dans les beaux quartiers), effectue depuis des années des travaux de recherche sur l’écologie et sa nécessité aujourd’hui.

Député parisien de la 11e circonscription (jusqu’en 2011), élu sous l’étiquette «les verts », il avait fait, le 14 octobre 2008 à l’Assemblée Nationale des déclarations basées sur les quatre orientations principales suivantes : autosuffisance alimentaire et énergétique, principe de subsidiarité avec une France fédérale dans une Europe fédérale, relocalisation de l’économie puis instauration de quotas notamment en matière énergétique et alimentaire.

Pour résumer, il se positionnait en faveur des principes de frugalité et de décroissance, ce  qui n’avait pas manqué de surprendre agréablement les identitaires (du Projet Apache) à l’époque. Les militants identitaires n’avaient donc pas manqué l’occasion de venir féliciter de vive voix le décroissant monsieur Cochet, lui expliquer leurs points communs (sur le principe de subsidiarité, sur lautosuffisance énergétique et alimentaire, sur le localisme) mais aussi lui demander de pousser jusqu’au bout sa réflexion et lui faire intégrer que relocaliser l’économie passait avant tout par relocaliser l’homme dans ses patries charnelles.

Une délégation s’est donc rendue à une conférence quil donnait jeudi 2 avril 2009 à la Fnac Montparnasse, sur le sujet : « Dérèglement climatique : peut-on encore agir ? ».

Voici la conversation incroyable de Yves Cochet avec les identitaires au cours de laquelle il admet qu’une censure politiquement correct existe en France, et pourtant, il continue à militer au sein de structures politiques à l’origine de cette censure… l’incohérence gauchiste dans toute sa splendeur !

Et c’est ce genre d’olibrius qui possède ou qui a possédé certaines rênes du pouvoir !!!…Misère…