Un UMPiste hors-la-loi… ah bon ?… lequel ?

Décidément, il n’y a pas une semaine sans que nos zélites supraphénomales nous pondent une bricole qui, selon l’humeur du jour, nous fera désespérer du niveau consternant de nos dirigeants ou alors nous fera éclater de rire face à autant d’incompétence et d’incurie dans la gestion de la nation.

En dehors de l’énorme camouflet que le matador Valls et son caniche à lunette Cazeneuve ont pris en plein museaux à Marseille, ce qui me met bien en joie en cette fin de soirée surtout après l’impayable billet de Lenonce à ce sujet, nous apprenons dans LePoint du 10 février 2015 que « Stéphane Tiki, camerounais sans titre de séjour mais qui assure avoir fait une demande de naturalisation française, a annoncé qu’il se mettait « en congé » de la présidence des Jeunes Populaires de l’UMP, poste qu’il occupait depuis décembre. La décision du jeune homme de 27 ans fait suite à un article du Canard Enchaîné à paraître mercredi selon lequel il vit en France depuis dix ans et est sans papiers. Une affirmation « inexacte et mensongère », affirme l’intéressé, sans pour autant dire qu’il est en règle. »

montage panneau sans-papiers

Le type dit représenter le premier parti de France, paraît-il, et il est hors-la-loi depuis dix ans !!

Nul n’est censé ignorer la loi et « en tant qu’étranger, il peut bien entendu être président des Jeunes Populaires, mais ne peut en aucun cas prétendre à des fonctions électives. » rappelle l’article.

Les dirigeants de l’UMP qui l’ont choisi sont des nuls, de véritables brêles.

Deux heures et demi avant la décision du jeune sans-papier, LeScan du Figaro du même jour nous révélait que « l’ex-ministre UMP Thierry Mariani s’agace : «J’ose espérer que c’est une mauvaise blague. Je ne comprends pas qu’il ne soit pas français. C’est la moindre des choses pour être à la tête des Jeunes UMP». Celui qui est aussi député dit être «sans voix» et regrette le «grand amateurisme» de la direction de l’UMP «qui doit se poser des questions». «Décidément, il se passe toujours quelque chose à l’UMP», conclut le parlementaire.

Même constat de Philippe Gosselin, député UMP de la Manche: «L’UMP, ça va bientôt être comme dans le vieux slogan publicitaire des galeries Lafayette: ‘à tout instant, il se passe quelque chose’! Sauf que les problèmes sont actuels et le slogan ancien! Cherchez l’erreur!», a-t-il déploré, bravache. ».

Finalement, il ne s’agit donc pas d’une blague et nous sommes bien en face d’un bien bel amateurisme.

Nos politiques tant à gauche qu’à droite nous fournissent la preuve toutes les semaines, si besoin en était, qu’ils sont inaptes à gouverner, sans une once de bon sens, que certains relèvent tout simplement d’instituts spécialisés pour attardés mentaux.

Les politiques se plaignent constamment du manque d’intérêt des citoyens français pour la chose politique mais ils sont les premiers responsables de cette défiance.

Depuis des décennies, ils scient la branche sur laquelle ils se sont tous regroupées pour se gaver des fruits dont elle regorgeait mais aujourd’hui, ils arrivent en bout de taille et les fruits sont tous pourris.

Vivement que tous ces faisans se ramassent les becs par terre et que l’on fasse une belle brochette !

Projet Affiche-B def-PG

Embonpoint ferroviaire

une_canard_21052014-S

D’après des informations révélées mercredi par Le Canard Enchaîné, la SNCF a commandé près de 2.000 nouvelles rames pour ses futurs TER, trop larges. Le secrétaire d’Etat aux transports demande une enquête interne.L-Etat-demande-une-enquete-sur-les-nouveaux-TER-trop-larges_article_main

Ce marché d’une valeur de quinze milliards d’euros se partage entre Alstom – avec un millier de promesses de commandes – et le canadien Bombardier (860 réservations). Quant à la question de l’ingénierie, elle était gérée par la SNCF, qui a pris en main l’appel d’offres et le cahier des charge avec à l’intérieur… les dimensions des futurs trains.

Le matériel concerné : 182 rames TER Regiolis d’Alstom et les 159 Regio 2N de Bombardier, qui vont entrer en service progressivement jusqu’à fin 2016.

quai-en-travauxAu final, la SNCF devra raboter près de 1.300 quais pour un coût estimé à 50 millions d’euros.

 

Caricature-twitter-sur-l-achat-de-rames-de-TER-trop-larges_scalewidth_630

Mercredi, en milieu de journée, Frédéric Cuvillier, le secrétaire d’État aux Transports, a annoncé qu’il allait demander une enquête interne à la SNCF et RFF pour faire la lumière sur cette affaire en dénonçant « des situations qui donnent une très mauvaise image du service public ».

Uniformes SNCFLa mauvaise image du service publique est une triste réalité, et cet épisode ne fait que confirmer les multiples constats quotidiens des usagers.

Cet épisode met aussi en lumière le formidable niveau des ingénieurs et politiques français, tous diplômés des universités françaises, et fournit de l’eau au moulin de la faillite de l’enseignement supérieur français dont parle ce cher Skandal dans un de ses billets dont il a le secret.

Il nous indique aussi un article  de Contrepoints, de Sylvain Jutteau, fort intéressant sur les racines d’une telle erreur avec notamment la notion de « responsabilité collective » induisant une irresponsabilité individuelle.

Il conclut par :« Nous avons en France en matière de chemin de fer un exemple du principe développé par Willy Munzenberg, le théoricien de la propagande socialiste : « En matière de communication vers les masses, le mensonge est égal à la vérité ».

Pour lutter contre les fruits de cette propagande, et revenir à une organisation saine et équilibrée, dépolluée d’idéologie, apprenons à nous informer par nous-même en recoupant les sources, et apprenons à autrui à le faire. Le mensonge a des jambes courtes, la vérité le rattrapera. Cultivons-en l’espoir »

Édifiant…