Fierté cordicole

En regardant les dépêches d’aujourd’hui, il y en a une qui m’a rappelé qu’il existait depuis quelques années une « journée sans pantalon » et je me suis brusquement demandé où était passé ce cher docteur Spivey et ses électrochocs, histoire de relancer les cortex des nombreux adeptes de cette ridicule et lamentable manifestation mondiale considérée comme « loufoque » (donc susceptible d’intéresser un service psychiatrique…) par la pravda française.

130919_e73lx_encephalogramme-plat_sn635

 Mais, que fait-on en cédant encore une fois à une énième pulsion, soi-disant pour casser des codes ou se sentir libre, si ce n’est d’imposer à l’autre la vision d’un spectacle relevant de l’intime, de suivre finalement d’autres codes plus libertaires et décadents, d’assouvir pitoyablement une envie en suivant sans réfléchir l’appel des néocrétins consumméristes de Cordicopolis.

La satiété d’indignes pratiques relève des plus primaires instincts et manque au plus élémentaire respect des autres comme l’illustre les deux clichés de ces dames d’origine asiatique détournant le regard des exhibitionnistes malsains. Sans parler de l’immense affront fait aux us et coutumes locales par des occidentaux persuadés par leur génie de la provocation.

Dames gênées dans le métro

« La pudeur est le parfum de la volupté; la satiété est l’arôme du dégoût. Et la pudeur accroît la volupté, comme la satiété l’écoeure. » disait André Suarès…

Quelle volupté à exhiber sa cellulite, ses bourrelets disgracieux, ses jambes filiformes d’anorexique ou ses cuisses velues à vous rendre jaloux le moindre Komondor passant par là ??…

femme bourrelets

Soyons stupéfaits par cette preuve d’un élan génialement icônoclaste qui fait se tenir droit comme un i une sorte de « blues brother » échappé de l’asile, dans une indifférence totale des voyageurs et typique des sociétés modernes constituées de robots humains blasés par les stupidités de leurs compatriotes.

Ces deux crétins sans nom sont les symboles incontestables de ce désir de se différencier par tous les moyens, souvent les plus absurdes car les plus faciles et accessibles (il est plus aisé de se mettre en caleçon et de se teindre les cheveux en mauve que de devenir prix Nobel), dans un monde de standardisation extrême tendant vers une finalité asexuée et métissée.

media_xll_5469666

Là encore, le manque de pudeur qui n’est pas de la pudibonderie mais seulement l’expression de plusieurs siècles d’évolution vestimentaire, de ce que l’on appelle l’héritage d’une civilisation millénaire, n’est autre que le témoignage de la vacuité des êtres issus de cette société mondialisée, globalisée au sein de laquelle le terreau riche de ses composants culturels, traditionnels a été remplacé par l’indigence d’un support artificiel de croissance en plastique PET.

Il n’y a qu’une fierté imbécile pour fédérer un groupe de demeurés en réalisant un événement aussi vide de sens comme celui des défilés printaniers d’invertis.

Ce cliché montrant un gros benêt en t-shirt violet contemplant béatement son voisin de wagon, à l’air tout aussi niais et respectant à la lettre la consigne

media_xll_5469644« être prêt à prendre le métro sans pantalon et être capable de garder un air sérieux en le faisant » émanant de ce misérable interface qu’est « face-de-bouc », consigne ne faisant appel à aucune sorte d’intelligence mais juste à une capacité à oser un défi digne des cours l’école primaire et relevant du stade anal puisqu’en l’occurrence, au bout du compte, il ne s’agit que de montrer son fondement !…

tete_dans_le_cul

Et s’il vous paraît appréciable, son fondement, honte à vous s’il vous vient l’envie de le toucher, de le tripoter car le pervers, c’est vous et vous seul, ce n’est pas celle ou celui qui porte une culotte ou un slip possédant l’inscription « hands off » (« pas touche » !).

4346641_5_d889_une-fille-participe-a-la-journee-dans-le_4c0d50d54c14b04f4734a9c6d3268a64

Sûrement la même personne qui serait scandalisée par la bourgeoise paradant avec des signes ostentatoires de richesse et qui excuserait le malheureux ayant eu l’envie de les toucher, de les prendre à pleines mains !!… Encore un paradoxe cordicole…

Sachez aussi que selon les dernières recommandations des organisateurs : « Dès que les portes se ferment à l’arrêt avant le vôtre, enlevez votre pantalon (…). Si quelqu’un vous demande pourquoi vous avez retiré votre pantalon, dites-lui qu’il vous gênait ou que vous aviez trop chaud », car le courage est proportionnel à la température extérieure, tout comme le nombre d’épaisseurs vestimentaires sur un corps, on attend d’être bien au chaud pour se dessaper. Il ne faut pas déconner, être valeureux à des limites !

1297363276179_ORIGINAL

Sinon, que dire de cette mère à l’exemplarité douteuse, comme celle du mollasson de l’élysée se disant normal, qui trimbale son enfant à moitié nu dans un endroit où le froid est bien présent au vu de son pull-over et des polaires des adultes à côté de lui ??!!…

4346650_5_0a20_no-pants-subway-ride-a-hong-kong_021509222a3d1aeb40242e7d3a8a79e6

Pauvre gosse… Peut-on parler d’une mère responsable ??… On enlève des gamins pour des raisons bien moins graves que cela !!…

J’écris ces quelques lignes tout en écoutant Adagio for strings de Samuel Barber et je me demande avec une profonde tristesse comment des centaines d’années d’évolution peuvent donner à la fois cette œuvre musicale exceptionnelle et à la fois aboutir à « une journée sans pantalon » !!!… Consternant !

Et je repense à cette phrase de mère Térésa :  « La perte d’une certaine pudeur comme la perte de la pureté sont les causes profondes de la décadence du monde.». Amen…

Chronophagie

18548

Voilà au moins deux semaines que je n’ai pas trouvé de temps pour rédiger un article de fond sur un des multiples sujets qui m’interpellent en ce moment, et Dieu sait qu’ils sont pléthore.

J’ai bien démarré plusieurs brouillons restés en sommeil, j’ai le disque dur du mac qui se remplit de moult informations ou images que j’aimerai tant avoir déjà publiées avec un commentaire comme peuvent le faire avec talent de nombreux compatriotes réac tels Dixie, Carine, Skandal, Nouratin, LHDDT (et j’en passe) mais j’ai du mal à trouver du temps pour réaliser un suivi régulier de ce blog et pour laisser quelques commentaires chez mes affreux collègues, tous auteurs de la France Orange Mécanique.

Je suis sûrement atteint de chronophagie mais je vais sévèrement lutter contre celle-ci !

Comme l’écrivait très justement l’Amiral ici en février dernier, le temps consacré au ouèbe par un réac (hormis nos sages retraités) est inversement proportionnel à celui dont dispose le blogueur gauchiste ou de gouvernement qui est soit célibataire, étudiant en psycho, chômeur, fonctionnaire syndiqué, alcoolique ou camé mais qui a toujours un sacré paquet de RTT ou de temps libre…

Bon, je sais, je stigmatise, j’exagère, j’abuse : je suis franchement dégueulasse avec les célibataires, les étudiants en psycho, les chômeurs et les fonctionnaires syndiqués à la CFTC !!… désolé…

Drôle d’exercice…

Le penseur de Rodin
..que celui de se mettre à remplir une page blanche qui deviendra un texte déroulant à l’écran !

Le début est plutôt laborieux avec la découverte de toutes les options et possibilités offertes par WordPress mais la multitude de sujets à aborder et de témoignages à livrer décuple ma motivation à venir à bout de toute cette satanée mécanique.

La régularité sera à coup sûr le plus difficile des défis à relever.

On verra…

Bien content en tous les cas de me lancer enfin, depuis le temps que je me balade de blog en blog avec délectation !