Coronavirose, ça vire au sketch !

Que n’a-t-on pas entendu depuis des mois sur ce Covid-19 ou Coronavirose, terminologie que préfère ce cher Paul-Émic !… Que nous étions en guerre !… Sérieusement ?!… Comment peut-on affirmer une chose pareil en espérant garder une certaine crédibilité après, surtout quand celle-ci voit son capital déjà plus qu’entamé ?!!

Pour le présipède (merci Nouratin ! Ce petit surnom lui va si bien !), pas de souci ! Mais a priori il s’agissait plutôt d’un blitzkrieg car tout est retombé très vite comme une grippe classique…

De guerre, il n’y a eu que les morts ! Pour le reste, il fallait bien que le jeune arrogant montre un poil les « gros » bras, histoire de s’inventer une destinée, de se valoriser en exagérant la gravité du contexte et en prouvant à ses partenaires, ses mécènes qu’il est bien aux ordres du bloc bourgeois et qu’il suit les plans ! Ah, la précieuse ridicule !

Évidemment, le petit dessin du haut faisait partie du processus pour nous mettre dans l’ambiance ! Il m’a fait pensé à ceux utilisés pendant la Seconde Guerre Mondiale à propos de la méfiance envers les espions écoutant les conversations entre citoyens… Ambiance anxiogène garantie, comme toutes les mises en scène médiatiques dont nous ne voyons pas forcément l’envers du décors (cf. le tweet de Michael Downey du 18 mars 2020 et d’un(e) journaliste à Beyrouth en combinaison intégrale de protection face à son technicien de l’image habillé normalement !) et le ton martial de tous les pseudo-experts qui sont intervenus depuis le début de la pandémie.

New Rochelle, New York, 11 mars 2020.

Dans un entretien du 19 avril 2020 accordé au New Zeland Geographic, le professeur Michael Levitt, lauréat du prix Nobel de chimie et biophysicien de Stanford, affirme qu’il n’y a pas de preuve évidente que le Covid-19 provoque des pertes massives de vies humaines. Et que les personnes qui décèdent de cette maladie sont celles qui étaient de toute façon en danger de mort même sans le virus. Selon lui nous serions victimes d’une « panique du Covid-19 »…

Sur le blog d’Olivier Demeulenaere aujourd’hui, nous pouvons trouver quelques extraits. En voici deux :

« …La grippe a été presque totalement absente l’hiver dernier et, d’une certaine manière, les décès de covid-19 compensent cette absence… Comme il n’y a pas eu de saison de grippe sérieuse cette année, beaucoup de personnes fragiles sont encore en vie et elles sont évidemment la première cible du coronavirus. »

« Les estimations des [premières] modélisations étaient incroyablement fausses. Regardez ce qui s’est passé en Angleterre et aux États-Unis. Le groupe de modélisation de l’Imperial College a déclaré très clairement qu’il prévoyait 2 millions de décès aux États-Unis et 500 000 au Royaume-Uni. Quelques semaines plus tard, ils sont revenus sur ces chiffres : Oh non non non, nous voulions dire 20 000. [Donc] chaque année, pendant la saison de la grippe, on va devoir mettre la société en confinement. … Pensez-vous que ce soit une bonne idée ? »

Hier, chez l’excellent Lupus, il nous invitait à la distanciation médiatique (il aurait dû rajouter la distanciation politicarde aussi !) en nous présentant deux vidéos démontrant l’emballement (volontaire ?…) des merdias et leur rétropédalage par la suite.

Il y a aussi l’analyse « Coronavirus, mensonges et trahisons » de « J’suis pas content » du 18 mars 2020 qui vaut tout de même le détour avec entre autres celle qui devrait être tondue sur la place publique (oooooh c’est pas très humaniste toussa !), la charmante Laetitia Avia, et la journalope Anna Cabana « en position turlutte » (courtisane qui ressemble quand même pas mal à un travelo !) avec sa sortie sur le présipède, en date du 3 février 2020 sur BFMTV : « […] il y a dans son tempérament, dans son intelligence, dans son… dans la, dans la, dans la chimie assez exceptionnelle de son ADN quelquechose… […] ». Vous ne rêvez pas ! Une journaliste qui parle à l’antenne, en des termes plus qu’élogieux, du pitoyable gestionnaire de la pandémie qui s’achève !! Veut-elle une promotion ?…

Enfin, l’ami Paul-Émic y va lui aussi de la sienne, d’analyse en abordant plusieurs points forts intéressants dans un billet dont je vous propose une lecture des premiers paragraphes ci-après.

 » Le problème que pose une attaque bactériologique, c’est qu’il est pratiquement impossible d’en déterminer l’auteur si l’attaque est menée avec intelligence. Ce n’est que lorsque le jeux sont faits qu’émergera le véritable vainqueur et véritable commanditaire.

Dans le cas qui nous préoccupe  ─ la coronavirose, oui j’ai adopté ce nom  pour la grippe coronarienne, ça fait moins Terminator que ce nom avec des chiffres dedans ─ dans le cas de la coronavirose disais-je, les gens qui ne croient pas vraiment que ce virus bizarre soit l’enfant de dame Nature et encore moins qu’un Pangolin ait sodomisé une chauve-souris, ou inversement avant d’éternuer au nez d’un amateur de mets exotiques, ont d’abord suspecté la Chine d’avoir bricolé des choses pas claires dans un laboratoire vendu par la France et si j’ai bien suivi, fonctionnant sous la double autorité française et chinoise. Pas un bon point pour nous, mais on restait dans le domaine de l’accident. Plus tard on a appris que la fondation Soros, dont Bill Gates le vaccinomaniaque fou, n’est jamais très loin, possédait un laboratoire, de même niveau, à quelques rues de là.
Dans le genre coïncidences, ça commençait à faire lourd.

Puis la maladie est sortie de ses frontières malgré un confinement drastique de type camp de concentration, atteignant l’Europe, puis l’Amérique du Nord puis plus ou moins tout l’hémisphère nord avec un succès contrasté .
Tous les pays n’ont pas réagi de la même manière mais il faut honnêtement reconnaître que ceux qui ont réagi de la manière la plus drastique et la plus autoritaire n’ont pas nécessairement eu de meilleurs résultats que d’autres, le point déterminant semblant être la capacité d’accueil des malades et l’utilisation de traitements alternatifs forts contestés, pour ne pas dire diabolisés, en France.
Derrière cela  émerge le spectre de la Big Pharma, et de l’incontournable Bill Gates, le prophète, nous promettant la paix et la santé contre un gros, très gros pactole et la perte de la quasi totalité de nos libertés, de nous déplacer, d’entreprendre, de travailler de nous exprimer et même de pense
r ».

La suite est ici