Reprise frenchie

« Je marche seul le long des rues
Où nous allions tous les deux avant.
A chaque pas, je me souviens
Comme on s’aimait auparavant.
Comment pouvoir t’oublier ?

Il y a toujours un coin qui me rappelle,
Toujours un coin qui me rappelle.
Je suis né pour t’aimer
Et je serai toujours ainsi.
Tu restes la vie de ma vie… »

Eddy Mitchell – Toujours un coin qui me rappelle – 1964 (Toute la ville en parle… Eddy est formidable )

La version originale :

Lou Johnson – (There’s) Always something there to remind me – 1964