Juste une reTuche…

L’ami Paul Fortune vient d’éditer un nouveau billet, ce qu’il n’avait pas fait depuis décembre; or ce qui est rare est précieux donc courrez vite le lire. C’est par ici.

Je ne me lancerai pas dans une analyse des gags ou de l’aspect comique capture_decran_2018-01-11_a_12.19.26.pngde telle ou telle réplique ou situation de ce nouveau volet de la saga des Tuches car la seule vision de la tronche de Jean-Paul Rouve (ci-contre) avec cette tête de demeuré consanguin, et la seule écoute de leur accent exagérément débile m’insupportent et m’empêchent de regarder ce film en entier. La seule bande-annonce fut déjà un calvaire, tout comme a pu m’exaspérer le film « Les ch’tis » en son temps; ce terrible navet aux sonorités plus qu’agaçantes a été tellement plébiscité en terme d’entrées que je m’interroge sérieusement sur l’état psychologique et intellectuel de mes compatriotes qui se sont rués de manière identique, et tout aussi préoccupante, pour voir « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu »…

Je ne retiendrai que la fin de son billet acerbe et tristement réaliste lorsqu’il nous fait partager sa pensée sur les comédies françaises actuelles, et je trouve qu’il cible parfaitement le problème essentiel de ces productions du rire en conserve devenues industrielles : l’humiliation systématique du pèquenot français de base.

« Il fut une époque où la comédie française savait être plus incisive, presque cynique parfois, et jouait sur la mise en ridicule des puissants et des pédants. Tout le comique de Louis de Funès réside dans la dérision du petit chef. Prenez les Bronzés ou le Père Noël est une ordure : on y trouve l’irrespect de ceux qui se prennent au sérieux, trait qu’on retrouve dans les comédies de Weber ou de Patrice Leconte. Toute cette veine tient à ce que la France est un pays de caste rigide et c’est bien pour cela que les comédies excellent à y ridiculiser les puissants, grands ou petits. Ce trait semble avoir progressivement disparu. On ne se moque plus que grassement du vulgaire, façon semble-t-il de dire au peuple de fermer sa gueule et de se voir con.

Il est triste que les Français adhèrent massivement à leur humiliation. Peut-être le méritent-ils, au fond. »

À l’aune des résultats des élections présidentielles de ces dernières décennies et de l’inertie du peuple français, en tout cas de ce qu’il en reste, il le mérite, c’est certain.

7 réflexions sur “Juste une reTuche…

  1. Je n’ai vu que les Ch’tis pour accompagner quelqu’un mais ce film caricatural interprété par des allogènes se moquant d’une région et de ses habitants m’avait profondément fait ch’tier .
    Pour répondre sur le fond je reprendrais la réponse de Dieu à Abraham à propos de Sodome « Si j’y trouve dix justes j’épargnerai la cité ». Se trouvent-ils dix justes dans ce pays vérolé au cœur ?

  2. Des histoires où la classe supérieure se moque des ploucs. Quand les ploucs aiment ça au lieu de se révolter, c’est qu’ils acceptent d’être pris pour des cons et même qu’ils reconnaissent qu’ils le sont.

  3. S’il n’y avait qu’en France où les gens adorent être pris pour des cons à la télé et au cinéma. Aux USA, vous avez le Jerry Springer Show où ils vont chercher les pires white trash du fin fond des Appalaches dans leurs trailers pourris, et ça marche. Le populo amerloque adore se regarder dans le miroir. C’est scénarisé à mort et bien rodé, avec un petit couplet moralisateur à la fin du show. Il n’y a pas de raison que les Français ne bénéficient pas également de la merde américaine.

  4. Quand tu sais pas pourquoi tu as honte d’être français ~~

    La distance entre cette daube et « Le Père Noël est … » Hier, sur « Quotidien » je crois, le deviendu russe Depardiou disait qu’il n’y avait plus de ciné français.

    Hier, j’ai revu « Subway » Adjani, Christophe Lambert, Michel Galabru..
    quel désastre ! le rare cinoche actuel.

  5. Je ne savais même pas que ça existait, les Tuche…
    Je n’ai pas reçu les Ch’tis comme ça. Je n’y ai pas vu de charge à fond contre les habitants de cette grotesque appellation des désormais Hauts de France, comme ils disent. J’y ai vu une certaine tendresse. Mais peut-être y ai-je mis la mienne pour mes ancêtres et cette région de souffrance et de bonne humeur.
    Mais Dieu que la Line joue faux là-dedans !
    Elle ne parle pas le Picard. Ça sonne faux.
    C’est un comble que les allogènes jouent plus juste que la native !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s