Infâmes préjugés

« …Comprenez la douleur
Qui lui meurtrit les côtes
Ce n’est pas de sa faute
Au pauvre blanc
Il ne peut chanter en mesure
Il a bien une tessiture
Mais n’a pas le jazz, le jazz dans la peau
Le pauvre blanc n’a pas de tempo… »

Jean Yanne – Le pauvre blanc – 1965 (Rouvrez les maisons closes)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s