Fraîcheur estivale

L’Impératrice – Vanille Fraise – 2015

et pour l’original de la petite mélodie ci-dessus, voici un bon morceau de funk !

« I thought I could forget ya
I was even willing to bet ya
That I could live without your love,
That I could live without your love… »

Anita Ward – Spoiled by your love – 1979 [Songs of love]

Oeil pour oeil, dent pour dent !

Telle était la devise d’un site, aujourd’hui, en sommeil et inaccessible (sauf en cache) : Frenchcarcan.
Le travail de Yann était d’une rare efficacité visuelle et pédagogique, une remarquable besogne tant sur la forme que sur le fond.

Pour ma part, il reste  un des meilleurs porte-étendards de la réacosphère et, je le dis avec un brin de nostalgie, il fait partie des premiers sites qui ont participé à me faire basculer un peu plus dans le camp du mal, des affreux nauséabonds que j’abhorrai il y a encore 6 ans, ancien gauchiste repenti que je suis.

Il est toujours actif sur dailymotion ici où l’on peut encore apprécié son talent et ses géniales ritournelles funky signant ainsi de façon originale ses petites perles de format mp4.

Après cette pause musicale allogène au groove indéniablement époustouflant, laissons là ces morceaux choisis et revenons à nos moutons, ou plutôt devrais-je dire : revenons à nous, moutons malgré nous, écrasés par le poids de la matrice mondialisto-libérale à propos de laquelle Frenchcarcan avait mis en avant certains de ses aspects dans un excellent montage.

En voici un autre pour finir (après, allez vous balader et vadrouiller sur la page Frenchcarcan de Dailymotion), qui est, à mon sens, un des plus aboutis avec en fond le court-métrage de Godfrey Reggio « Evidence » (oeuvre dérangeante et effrayante) sur une musique de circonstance de Philip Glass « Façades », avec à la fin un clin d’oeil à une série culte  » Le prisonnier « .

Merci Yann.