Entente cordiale dézinguée

Les deux bouffons de l’Elysée et de Matignon collaboraient tant bien que mal, sachant chacun l’intérêt personnel de s’attacher les services de l’autre.

Celui qui est depuis belle lurette au fond du trou en terme de sondage et d’intentions de vote avait décidé de mettre dans sa poche la popularité (quoique ces derniers temps…), l’énergie et l’autorité de l’autre petit énervé de Caudillo.

Le gnome espagnol, malin comme une Taubira, n’a opposé aucune fin de non-recevoir à Toutmou sachant qu’en devenant premier sinistre, il aurait forcément le soutien sans faille de celui qui l’avait nommé et qu’il aurait ainsi beaucoup plus de marge de manoeuvre qu’en étant simple ministre ou député pour se dégager le passage et réaliser ses projets au service d’une seule ambition : celle d’être présidentiable.

Pour optimiser ses chances, il n’a eu de cesse de flatter son mentor jusqu’à sortir des énormité comme celle déclarée, avec un aplomb formidable (que les futurs politicards prennent cette interprétation théâtrale stratégique comme exemplaire !) sur BFMTV le lundi 13 juillet 2015 : « François Hollande s’est hissé au niveau de l’histoire » !!!!… non mais sérieusement… comment peut-on rester aussi serein en disant une telle déplorable et abusive déclaration ??! quelle pantalonnade !

Le Caudillo, sentant peut-être le moment venu, commence à hausser le ton et à vouloir s’affranchir de Toutmou plus ouvertement. Nous verrons d’ailleurs après cet épisode si la presse s’acharne sur Valls et sa trahison à l’homme qui l’a fait premier ministre comme elle a pu le faire pour Macron après sa démission (et son lancement en campagne présidentielle camouflée… personne n’est dupe !).

Ainsi, suite à la publication du livre « Un président ne devrait pas dire ça… » des journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, Valls aurait critiqué cette parution et le contenu de ce bouquin. Toutmou aurait répliqué vivement.

Ambiance, ambiance…

Selon BFMTV du 21 octobre 2016, « lors du dernier dîner de la majorité à l’Élysée mardi, François Hollande a recadré Manuel Valls qui avait haussé le ton, estimant que le livre de confessions du président était un suicide politique.

Ce soir-là, ce n’est pas du tout un dîner comme les autres. »L’ambiance et tendue, grave. Elle est même sinistre par moments », rapportent plusieurs sources.

Invités à cette rencontre hebdomadaire confidentielle: une poignée de fidèles, dont Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement; Didier Guillaume, le président du groupe PS au Sénat et celui de l’Assemblée nationale, Bruno le Roux.

Claude Bartolone, président du palais Bourbon et habitué de ces rendez-vous informels, a boycotté le dîner. Certains assurent qu’il aurait été vexé par le contenu des confessions explosives du livre. Autour de la table, la discussion est animée. Manuel Valls lui reproche cette initiative et s’en prend franchement à François Hollande. S’en suit un clash entre le président et son Premier ministre.

Il considère que ce livre ne correspond pas à l’idée qu’il se fait de l’incarnation de l’autorité de l’État et de la manière d’exercer le pouvoir. Sans compter que Manuel Valls est inquiet. Il craint que ce livre n’ait rouvert des plaies et fâché un certain nombre d’alliés issus de la majorité. »kak_deshonneur_president_pays

Pour le coup, je donne entièrement raison à l’espagnol mais il me semble que ce dernier a mis du temps à se rendre compte qu’au-delà du livre, c’est Toutmou lui-même qui ne correspond pas à l’idée que l’on se fait de l’incarnation de l’autorité de l’État et de la manière d’exercer le pouvoir !!

Il nous a pourtant donner des dizaines de preuves de son manque de réflexion dans la gestion de nombreux dossiers, de son manque de jugeote concernant le choix de ses moi-president-hollande-exemplairecollaborateurs qu’il a remerciés tout au long de ce quinquennat, que ce soit pour des raisons d’impopularité, d’affaires, de mésentente sur ses choix,…

Pour le suicide politique… je n’y crois pas car Toutmou est politiquement mort depuis un moment même si de nombreux journalistes politiques, histoire de combler de l’espace télévisuel, veulent faire croire à un phénix corrézien. Je penche plutôt pour un testament qui permettra d’entraîner dans sa chute finale quelques-autres de ses « charmants collègues ».

Pour terminer à propos du reportage télévisuel, l’éditorialiste politique de BFMTV Laurent Neumann y explique (1:05) qu’ :« Entre Manuel Valls et François Hollande, il y a une sorte de guerre de mouvements qui s’est enclenchée. Pour le moment, c’est François Hollande qui en a les clés parce que institutionnellement, c’est lui le chef de l’État, c’est à lui de dire s’il veut être ou non candidat. On a bien compris que Manuel Valls, lui, se préparait au chaos. »

Nous nous y préparons aussi !…

kak_hollande_peut-il_tenir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s