France musique, France d’avant

Il m’arrive d’écouter France Musique à bord de mon véhicule léger familial de marque française (nous ne ferons pas de pub…), histoire d’être dans de bonnes conditions auditives (sans ma femme et sans ma marmaille ! 😉 ) pour réfléchir sur l’avenir de la France tout en conduisant…chouette programme !

Il arrive aussi qu’au lieu de pouvoir écouter de sublimes oeuvres classiques (Hector Berlioz et Songe d’une nuit de Sabbat dans Carrefour de Lodéon de Frédéric Lodéon du 12 octobre dernier) ou de formidables morceaux de jazz (Ray Charles dans OpenJazz d’Alex Duthil de ce mercredi), nous tombions sur des émissions qui vous parlent de la France, la véritable, celle d’avant, celle qui n’existe plus (pour l’instant !).

Ainsi, pas de remue-méninges, pas de cogitation ou de spéculation quelconque, il suffit juste de se laisser porter par le témoignage et les histoires de l’invité quand celui-ci vaut le détour, comme ce fut le cas samedi dernier, le 24 octobre 2015, chez Benoît Duteurtre animant « Étonnez-moi Benoît ».

Il recevait Pierre Barillet aux sympathiques anecdotes mon-film-244-femme-sans-nom-simone-simon-francoise-rosay-rita-hayworth-celeste-holm-g-cervi-p-lane-905533312_MLet aux fantastiques souvenirs qui relatait un temps que les moins de vingt ans (et les moins de 40 ans aussi !!!) ne peuvent pas connaître.

J’ai pu ainsi découvrir l’épatante Simone Simon que je vous ai proposé d’entendre dans le billet Opérette rétro de ce lundi et, j’ai eu le grand plaisir de savourer une nouvelle fois l’opérette « Ta bouche » de Mauribtv1b6405135rce Yvain et Yves Mirande grâce à un extrait du second acte, scène du restaurant (dès 8:53 ici, avec l’interprétation de Jacques Pruvost, Pierre Sa$T2eC16R,!zoE9s5ne3OyBQcFNNrgow~~60_35uget, Lina Dachary en 1969 sous la direction de Marcel Cariven) qui nous permet de nous replonger dans une époque mainteant bien lointaine mais si française, celle des brigades du tigre et de l’entre-deux- guerres.

Une époque de légèreté, d’enthousiasme et d’optimisme qui donne envie, que nous voudrions connaître nous aussi, surtout à la veille d’évènements historiques imminents en Europe, d’ampleur similaire à ceux de la seconde guerre mondiale.

Bref, je vous laisse profiter de cette mémoire encore vivante de la première moitié du XXe siècle, du récit précieux d’un pays qui s’est effondré sous les coups de buttoir du progressisme, de la mondialisation, du multiculti,…

L’entretien est parfois un poil pompeux, trop parisien voire sur un ton pédant (façon de parler qui a tendance à m’agacer, du style « il en est« .. et il en est ! je sais Corto qu’il ne faut pas généraliser mais quand même… et puis, cela me permet un petit clin d’oeil à l’Amiral !) mais cela est largement surmontable quant au contenu de l’entretien et surtout, cela change tout de même des ziva, zarma et autres richesses ethniques !

Il parle de la France d’avant, de ce qu’était « vraiment Paris », « l’essence même d’une époque de gaieté » (à partir de 20:28), et là est l’essentiel !

6 réflexions sur “France musique, France d’avant

  1. C’était vraiment très chouette et une bande de salauds majoritaires nous a tout cassé. Maintenant c’est foutu, c’est du passé….mais parlons en encore, c’est tout ce qui nous reste.
    Amitiés.

  2. tiens…on est foutu !…ça me rappelle quelqu’un !!! 😉
    oui, nous avions beaucoup de belles choses à disposition, des bâtiments magnifiques, des artistes inventifs et talentueux sans intervention d’une diversité exotique soi-disant enrichissante par définition, une nation prospère et dynamique,… oui, ils en ont cassé beaucoup mais tout n’est pas foutu, non !
    allez que diable ! cher Nouratin, gardez espoir et confiance !!!
    Nous sommes les lanceurs d’alerte et la relève est là pour un changement radical, j’en suis convaincu !
    Mais vous avez raison, continuons de parler encore et encore de nos glorieux passé car l’histoire étant un cycle, nous y reviendrons.
    Amitiés.

  3. Perso, c’est au dessus de mes forces, non pas d’écouter ce genre de musique et de chansons, bien au contraire, mais bien d écouter France machin qu’elle se nomme musique, Inter, bleue … radio France quoi !
    Et il a bien reson d en avoir été, c’est peut etre bien pour cela qu il sut dépeindre d’une façon poignante, Cukor 🙂 Nous sommes des êtres sensibles, que veux tu ! 🙂

    1. Ces radios ne sont que des diffuseurs d’idéologies basées sur la détestation de tout ce qui fait France, la vraie. Dire que ce sont nos impôts qui rémunèrent toute cette clique de vendus et d’opportunistes !!… Cela me dégoûte !
      Sinon, la sensibilité… il en faut un peu mais pas trop !!!
      Celui qui suit est très sensible… je déteste !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s