Progrès cordicole déterminant

logo-otg-cartouchewebJ’ai reçu mardi après-midi un message électronique concernant la théorie du genre et son introduction larvée dans notre société jusque dans nos établissements scolaires : cela n’est pas nouveau mais cette théorie fumeuse progresse maintenant dangereusement et à grands pas (pas nouveau car en effet, elle avait déjà fait son irruption à Sciences Po il y a quelques temps alors que Richard Descoingsmontage richard-descoings en était le directeur, personnage  trouble de gauche porté sur l’argent (ici et ici) qui voyait dans des oeuvres classiques , là où les auteurs exaltaient de beaux et sains sentiments, des pulsions sexuelles – ceci résume bien toutes la différence entre des gauchistes obsédés par un sujet et les autres ! – et dont le plaisir était de casser les hiérarchies (ici)…étrange pour celui qui était justement au sommet de la hiérarchie jusqu’à son décès mystérieux en avril 2012).

Voici la teneur de ce message.

Après avoir fait adopter à marche forcée, le projet de loi Taubira ouvrant le mariage et l’adoption aux couples homosexuels, le gouvernement s’apprête à franchir une nouvelle étape, peut-être encore plus dangereuse.
Le 4 janvier dernier, Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale adressait une circulaire à l’ensemble des recteurs pour leur demander  » de s’appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités » afin de lutter contre les préjugés liés à « l’identité de genre ».

imgscan-contrepoints-2013622-théorie-du-genre-1024x644

« Genre ». Derrière ce mot qui était alors utilisé pour la première fois dans un texte officiel du ministère, c’est une véritable idéologie qui fait son entrée dans l’Education nationale.

Née au début des années 70 sous l’impulsion entre autres de la persévérante et obstinée Judith Butler Judith Butlermontage2(on a connu plus féminin et l’on peut comprendre ses problèmes d’identité mais de là, comme Freud a pu le faire à partir de ses propres déviances et traumatismes, à faire des généralités…) , au sein des milieux féministes les plus radicaux et des communautés LGBT (Lesbienne, Gay, Bisexuel, Transsexuel), la théorie du genre vise à renverser « l’ordre hétérosexuel », à remettre en cause les fondements biologiques et naturels de l’identité sexuelle des personnes, et au final à nier l’altérité et la différence des sexes.

Depuis, l’influence des militants de la théorie du genre ne cesse de grandir au sein du ministère de l’Education nationale (comme d’ailleurs au sein de toutes les sociétés occidentales) : rédaction des manuels scolairesexpérimentation des crèches neutresvolonté de débaptiser les maternelles, etc…

Aujourd’hui, il y a urgence.

La député PS, Julie Sommaruga, a fait adopter un amendement à la future loi sur l’école qui rend obligatoire, dès la prochaine rentrée scolaire, l’enseignement de la théorie du genre pour tous les élèves à partir de 6 ans.

Nous sommes déjà plus de 150 000 à avoir signé la pétition ci-dessous pour exiger le retrait de cet amendement.
pétition non théorie genre
Face à cette extraordinaire mobilisation, Vincent Peillon tergiverse.

Il faut mobiliser un maximum de  françaises et de français alors faites signer à vos proches la pétition. MERCI !

N.B. : vous aurez constaté comme les défenseurs et les promoteurs de cette théorie progressiste fondamentale ont un profil des plus troubles et étranges !!… Donner des allures scientifiques et cartésiennes à des explications vaseuses et être un apôtre de la tolérance à l’extrême m’a l’air plus que suspect !