Lard comptant pour rien

montage Lard comptant pour rien

« Tous les arts sont comme des miroirs où l’homme connaît et reconnaît quelque chose de lui-même » nous disait le philosophe Alain (cf. Vingt leçons sur les Beaux-arts, éd. Gallimard, 1931, Seizième leçon, p. 225), et bien cette sorte de magma charnel informe, ce lard dégoulinant en dit long sur l’artiste et sur la société dont il est issu. Il est bien le symbole de délabrement moral et esthétique, de l’effondrement et la disparition des valeurs séculaires fondatrices de notre civilisation occidentale.

Il n’est pas une semaine sans que l’on assiste à des « performances » de gugusses autoproclamés artistes, que l’on nous impose à la vue de façon totalitaire des structures, « sculptures » ou « tableaux » ignobles, insensés, inutilement provocateurs dans des lieux publics, financés par nos impôts sans nous avoir concertés au préalable,… bref, nous sommes assommés par cette production industrielle de déchets artistiques.

Cet art contemporain, déjà bien descendu en flèche par ce cher Jean Clair que j’ai évoqué plusieurs fois sur ce blog, se fait étriller par Annie Le Brun qui vient de sortir un livre intitulé « Ce qui n’a pas de prix », et cette dernière s’est entretenue à ce sujet avec le journaliste Paul Sugy dans Le Figaro du 30 juin 2018.

en-tête article Annie LebrunC’est l’occasion d’analyser la supercherie moderne de cette expression artistique décadente et dégénérée, une des plus grandes arnaques de ces dernières décennies.

Ainsi l’article explique qu’« avec «Ce qui n’a pas de prix», l’écrivain Annie Le Brun dénonce la collusion entre l’art contemporain et la finance. Selon elle, quand l’oeuvre devient marchandise et que la valeur l’emporte sur la beauté, la sensibilité est lentement anesthésiée. »

Voici donc de nombreux extraits du Figaro qui sont des plus instructifs et des plus pertinents (pour la totalité de l’article, c’est ici).

Bonne lecture !

FIGAROVOX.- Votre livre s’ouvre sur ces mots: «s’il est une caractéristique du siècle commençant, c’est bien le jetable». Selon vous, le monde est en train de s’enlaidir sous le poids d’une culture du déchet?9782234085985-001-T

Annie LE BRUN.- Voilà cinq ou six ans que j’ai commencé à constater combien le monde s’enlaidissait, alors qu’on se préoccupait de culture et d’esthétique comme jamais encore. Incontestablement quelque chose avait changé depuis mon essai écrit en 2000, Du trop de réalité, où j’analysais quel excès de marchandises, d’images, d’informations re-conditionnait nos vies. En fait, nous étions passés de ce «trop de réalité» à un trop de déchets, c’est-à-dire à un monde que son propre fonctionnement conduisait à sa perte, ne pouvant plus ni réguler ni contrôler les nuisances qu’il produisait dans tous les domaines, qu’il s’agisse du dérèglement climatique, de la dérégulation économique et des désastres humains qui en résultent…

D’autant qu’aux formes d’enlaidissement repérées s’ajoutaient celles d’une esthétisation intensive servant à nous tromper sur ce que nous vivons comme à nous faire accepter, tout en la déniant, la marchandisation de tout comme seule réponse à une situation catastrophique.

L’art contemporain marque selon vous une anesthésie de la sensibilité. Pourquoi?

Depuis la collusion qui s’est faite dans les années 90 entre l’art dit contemporain et la finance, celui-ci s’est peu à peu trouvé investi de la mission de nous faire assister au spectacle de la transformation de l’art en marchandise et de la marchandise en art, autrement dit de la violence de l’argent travaillant à liquider la nuit de l’incalculable. Jouant la sensation contre la sensibilité, le gigantisme des œuvres présentées n’est pas un hasard, Il s’agit d’une reconfiguration de la perception, au cours de laquelle la sidération qui s’ensuit favorise la disparition de tout esprit critique comme l’instauration d’un nouveau mode de servitude par insensibilité mimétique. N’est-il pas étonnant que Charles Saatchi, l’artisan de la victoire de Magaret Thatcher, l’inventrice de la fameuse formule: «There ‘s no alternative» soit devenu l’un des plus grands promoteurs de l’art dit contemporain?

[…]

D’un autre côté, le beau et le laid ne sont pas toujours aisés à définir…

Il serait ridicule de prétendre définir la beauté. Diderot ne s’y trompe pas en précisant au début de son article de l’Encyclopédie «Comment se fait-il que presque tous les hommes soient d’accord qu’il y a un beau ; qu’il y en ait tant entre eux qui le sentent vivement où il est, et que si peu sachent ce que c’est?». Pourtant Victor Hugo, en évoquant la beauté comme «l’infini contenu dans un contour», dit de quoi il retourne et laisse à penser que la laideur est tout ce qui empêche le surgissement de cet infini sans parler l’appel d’air qui va avec.

Or, n’est-ce pas justement ce à quoi travaille l’actuelle marchandisation du monde, en substituant la multitude de ses produits à l’ouverture de toute perspective qui lui échappe? Et c’est précisément là que se mène la guerre dont je parle et dont, sans le savoir, chacun de nous est l’objet. Il s’agit d’une guerre implacable contre tout ce dont l’on ne peut extraire de la valeur, et du coup c’est la totalité de notre vie sensible qui s’en trouve menacée. Car je pourrais tout autant parler d’une guerre contre le silence, d’une guerre contre l’attention comme d’une guerre contre le sommeil, ou encore d’une guerre contre l’ennui, d’une guerre contre la rêverie… C’est sans doute pourquoi il a été misé sur l’art contemporain, fort de tous les moyens symboliques pour induire à la fois ce qui concerne l’objet, le corps ou l’espace. Il serait pourtant trop facile d’en conclure à une guerre de la représentation, alors que ce n’est là qu’un des aspects d’un combat protéiforme, dont l’étendue et la complexité parviennent paradoxalement à en dissimuler l’existence dans tous les domaines, qu’il s’agisse de l’art, de la santé, de l’enseignement… c’est toujours la même guerre contre ce qui n’a pas de prix.

[…]

Cette incorporation du discours dans l’œuvre elle-même ne rend-elle pas impossible toute critique de l’œuvre?

Non, il est essentiellement cynique, induisant un ensemble de protocoles, de conduites, de postures, qui autorisent une attitude de surplomb, permettant d’avancer une chose et son contraire, à la seule fin que surtout rien ne change. Il s’agit de l’art officiel de la globalisation, c’est pourquoi, en référence au «réalisme socialiste», j’ai parlé de «réalisme globaliste», qui a la supériorité de ne pas sembler servir une idéologie avec ses thèmes et ses mots d’ordre précis mais d’agir en profondeur pour instaurer un système de servitude volontaire mais aussi involontaire sinon inconsciente.

[…]

N’y a-t-il rien à sauver dans l’art contemporain? Existe-t-il des artistes que vous continuez d’apprécier?

Il ne s’agit malheureusement pas d’un problème esthétique. À cet égard, rien n’est à sauver, quand la question est de trouver comment s’opposer au cours catastrophique que prennent les choses. Il faut se souvenir de ce qu’annonçait Arthur Cravan en 1912: «Dans la rue, on ne verra bientôt plus que des artistes, et on aura toutes les peines du monde à y découvrir un homme».

Je trouve la référence finale excellente et tellement visionnaire. Dans cette société du futile, du spectacle permanent, de la gesticulation inutile, chaque unité de la multitude humaine de notre Occident malade se prend pour un artiste; chacun fait tout pour avoir son « quart d’heure de célébrité mondiale », dixit le dégénéré d’Andy Warhol.ob_954dd3_annie-le-brun-pm

Grâce aux réseaux sociaux, à internet, aux merdias, n’importe quel imbécile peut avoir une renommée soudaine et très souvent furtive mais qui dénote bien de l’abaissement du niveau intellectuel général, du manque de discernement et de valeurs du troupeau de citoyens décérébrés par les écrans et un système éducatif à la dérive gangréné par des adeptes de la religion du laid, de déplorable et du déchet.

Je souhaite tellement que le réveil des peuples européens s’accompagne d’une mise au ban de tout ce système, de toute cette nébuleuse de l’art comptant pour rien. Il s’agit en tous les cas d’une véritable guerre (terme employé sur le verso du livre d’Annie Le Brun).

Cette guerre idéologique, cet affrontement culturel auraient tendance à plutôt virer en notre faveur mais rien n’est encore fait.

L’avenir nous le dira, évidemment, mais allez savoir pourquoi, pour le coup, je suis assez optimiste !

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

2 réflexions sur “Lard comptant pour rien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s